Les voleurs de fumée, Tome 1 – Sally Green

J’ai découvert Sally Green avec la trilogie 𝗛𝗮𝗹𝗳 𝗕𝗮𝗱 que j’ai adorée. Dès que j’ai vu que les éditions J’ai Lu aller sortir 𝗟𝗲𝘀 𝘃𝗼𝗹𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗳𝘂𝗺𝗲́𝗲, je savais que j’allais me jeter dessus mais il me fallait tous les tomes avant ^^. 𝐵𝑎ℎ 𝑜𝑢𝑖 𝑗’𝑎𝑣𝑎𝑖𝑠 𝑝𝑎𝑠 𝑒𝑛𝑣𝑖𝑒 𝑑’𝑒̂𝑡𝑟𝑒 𝑓𝑟𝑢𝑠𝑡𝑟𝑒́𝑒.

Lire la suite

Campus, Tome 1 : Bienvenue à Easton – Kate Brian

J’avais très hâte de découvrir cette série Young Adult, j’adore les thèmes universitaires, mais je ressors de ma lecture assez dubitative.

J’ai apprécié mes premiers chapitres, l’auteure a un style d’écriture assez captivant et addictif si bien que, sans que l’on s’en rende compte on arrive à la moitié du roman.

Et puis tout un coup ça commence à ne plus aller, l’intrigue qui me paraissait super intéressante ne l’est plus, au contraire cela devient même banal, je dirais.

J’appréciais vraiment Reed au début, j’avais hâte de voir son évolution et son ascension à Easton. Et puis au fur et à mesure des chapitres elle a changé. Devenant uniquement obnubilée par le fait d’intégrer le cercle intime des filles Billings. Elle ne remarque même plus ce qui se passe autour d’elle, devenant soumise alors qu’elle cache du caractère. Je n’ai jamais compris cette notion de changer de personnalité pour être acceptée dans un groupe.

Non vraiment, je suis déçue, je pensais avoir affaire à une bonne intrigue universitaire, mais pas tout. La romance qui devait me faire rêver est elle aussi tombée à plat.

Oui, c’est un premier tome et il pose les bases, mais je trouve qu’il a manqué de saveur malgré une belle écriture et des actions. C’est dommage, car l’intrigue me tentait vraiment. Je verrai sûrement au tome 2 comment cela évolue.

Qu’en avez-vous pensé ?

Je remercie les Editions Page Turner pour ce Service presse.

Note : 3 sur 5.

Lien broché Amazon : https://amzn.to/3mTeCSn

Twisted Tale : Profondeurs de l’océan – Liz Braswell

20200711_140158_0000
Twisted Tale : Profondeurs de l’océan – Liz Braswell ¤ Éditions Hachette Romans (Sept 2019) ¤ 304p

C’est la première fois que je lis une réécriture de conte Disney et je dois dire que j’étais assez curieuse ! Etant fan inconditionnelle de « La Petite Sirène » , la phrase d’accroche « Et si Ariel n’avait jamais vaincu Ursula ? » m’a eu avant même d’avoir lu une seule ligne !

20200711_133629

Et mon dieu, que j’ai adoré ce livre. J’ai du l’engloutir en seulement quelques jours. Ce fût un réel plaisir de plonger dans cette histoire et retrouver mes personnages préférés.

Ce que je trouve bluffant, c’est que l’on ressent la même atmosphère que dans l’animation, ainsi que la magie Disney en un peu moins niais. Comme si c’était une réelle suite et non pas une simple réécriture !

Cela rend la cohérence entre l’animation et le roman hyper fluide.

L‘histoire est sur la même lignée que l’animation sauf qu’au lieu de gagner, Ariel perd contre Ursula. Le récit se passe donc cinq ans après cette fameuse défaite..

Cette « suite » est vraiment très bien pensée, ultra addictive et un peu plus mature.

20200711_133703

L‘auteure alterne les points de vues entre plusieurs personnages, on retrouve donc Ariel, Eric, Ursula, Eureka, Sébastien.. Chacun aura son rôle et sa place à jouer dans l’avenir du royaume de la terre et de la mer.

C’était vraiment sympathique d’être dans leur tête et les retrouver quelques année après la fin de « La Petite Sirène » (avec la fin modifiée, forcement).

Chacun a changé, evolué… Ariel est devenue plus sérieuse et moins impulsive, Eric est moins rêveur et éclatant. Ursula/Vanessa quant à elle, reste fidèle à son personnage, c’est à dire machiavélique et manipulatrice !

L’intrigue et les rebondissements sont bien menés et justement dosés.

J’ai personnellement ressenti aucunes longueurs tant je me suis éclatée dans ma lecture. L’auteure fait également quelques clin d’oeil à l’animation en reprenant certains détails qui apportent encore plus de cohérence entre l’animation et le roman !

Quant à la fin, elle est relativement surprenante mais un peu trop rapide. Je ne m’attendais pas vraiment à ça et je dois dire que je suis autant frustrée que rêveuse.. C’est une fin mitigée pour ma part mais qui ne gâche en rien le plaisir prit pendant ma lecture.

C’est le premier « Twister Tale » que je lisais et je n’en doute pas que ce ne sera pas le dernier car ce premier essai m’a clairement fait rêver et retomber en enfance. J’ai d’ailleurs ma petite idée de mes prochains achats… Qui seront sans doute « La Belle et la Bête » et « Peter Pan » .

Note 5

belle-decouverte

Dark Elements, Tome 1 : Baiser Brûlant – Jennifer L. Armentrout

Les Tentatrices - Résumé WP(1)
Dark Elements, Tome 1 : Baiser Brûlant – Jennifer L. Armentrout * Éditions J’ai Lu pour Elle (Juin 2020) * 416 pages

J’avais vraiment hâte de commencer cette série. Le T0.5 m’avait mis l’eau à la bouche sans vraiment étancher ma soif.

Comme je l’avais dit dans mon précédent avis, le thème sur les Gargouilles est rare et c’est avec beaucoup de curiosité que je me lance dans cette nouvelle série. Je me suis demandée comment JLA allait bien pouvoir traiter le sujet sans tomber dans les clichés à outrance.

20200630_103155

Alors oui, je ne vais pas vous mentir ! Questions clichés, on y est malheureusement. Je trouve également dommage que l’auteure ait repris quasiment le même schéma qu’avec Covenant. J’ai retrouvé parfois quelques similitudes qui m’ont fait tilter… Mais heureusement, cette auteure arrive toujours a sortir son épingle du jeu.

Malgré les clichés et les similitudes, elle a réussi à me happer dans son univers. J’ai adoré la façon dont elle mène l’histoire entre les Gargouilles et démons. Avec une rivalité qui dure depuis des siècles mais dont on découvrira que tout n’est pas juste noir ou blanc mais que pleins de nuance viennent s’ajouter à l’équation et surprendront sûrement le lecteur.

 

Entre secrets & faux semblant, elle distille au compte gouttes les révélations et les clés du destin de notre héroïne, Layla.

20200630_103136En parlant de cette dernière, j’ai beaucoup aimé son personnage. Je me suis prise d’affection pour elle ! Elle est complètement perdue tant dans ses sentiments que dans la nature de ses origines mais j’ai aimé la voir évoluer de page en page et s’affranchir des diktats qui lui ont toujours été enseigné depuis qu’elle est jeune.

La romance, si l’on peut dire, s’installe doucement et la tension grandit chapitre après chapitre.

Les répliques entre les protagonistes nous charment et on se prend d’affection pour chacun d’entre eux. A raison, je ne cite aucun des autres prénoms car je préfère vous laisser le soin de découvrir les relations et les liens qui se tissent et parfois se dénouent.. Même si certaines choses sont prévisibles, on se surprend tout de même à être pris par l’histoire et a tourner les pages sans se rendre compte.

« Baisers Brûlant » ne sera pas le roman ponctué d’actions mais plutôt celui des révélations, de la mise en place de l’histoire et de la découverte des personnages.

Un premier tome réussi malgré certains clichés et similitudes ! J’attends la suite avec impatience.

Note 4

Je remercie J’ai Lu pour Elle pour l’envoi de ce Service Presse

Hunger Games 4 – Suzanne Collins

Résumé WP
Hunger Games, La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur – Suzanne COLLINS – Editions PJK – 20 mai 2020 – 560 pages

Ça a été très très difficile d’écrire cette chronique pour moi. Je ne savais pas trop par quel bout le prendre. Je ne voulais pas écrire une chronique trop longue, mais pas trop courte non plus… alors allons-y ! Qu’est-ce que j’ai pensé du spin off d’Hunger Games ?

Bon je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : j’ai adoré. Retrouver la plume de Suzanne Collins, l’univers d’Hunger Games, aaah, j’en ai eu des frissons ! Je vais avouer que je n’étais pas du tout emballée par le pitch. Même si c’est intéressant d’avoir le background du grand méchant de l’histoire, j’aurais préféré une histoire sur Haymitch par exemple mais bon, je n’ai pas boudé mon plaisir. Nous allons donc suivre l’histoire des Dixièmes Jeux de l’histoire, comment ils ont été modifiés au fil des années et surtout, comment Coriolanus Snow s’est transformé en ce monstre qu’on connaît.

101880338_262018248348854_5496731439279898624_n

La plume de Suzanne Collins est toujours aussi addictive. Elle a ce je-ne-sais quoi de spécial qui nous embarque. J’ai eu du mal à me plonger dans les premiers chapitres. Ils m’ont laissée un peu perplexe et étaient un peu longs. On apprend bien vite que la maison Snow est tombée en désuétude et que Coryo va avoir besoin de remporter les Hunger Games pour survivre. Malheureusement, le Tribut qu’on lui accorde n’est pas du tout favori : Lucy Gray est une musicienne du District Douze, menue et caractérielle. Néanmoins, une fois arrivée dans le roman, tout part sur des chapeaux de roue et je n’ai plus vu les heures passer.

Je n’ai pas aimé son personnage, je ne me suis pas attachée à elle, mais j’ai adoré la manière dont elle a été créée. J’ai adoré suivre son aventure et elle avait un truc particulier qui m’a beaucoup attiré. J’adorais Katniss, et rien ne la remplacera mais Lucy Gray est un personnage vraiment intéressant et haut en couleur.

Je n’ai pas trop accroché à leur pseudo romance. Enfin, quelque part elle suivait bien le cours de l’histoire et était nécessaire, a permis ce crescendo d’émotions jusqu’au final. Coryo est plutôt bien écrit, on sent que plus les semaines passent et plus il tombe dans le personnage que l’on connaît de base.

101989545_971856779937718_5454040353415888896_n

C’est difficile de parler de ce roman sans spoiler car la deuxième partie de l’histoire se déroule face à un événement auquel je ne m’attendais pas du tout. Il vient redonner du peps à l’histoire, dynamiser l’intrigue et sérieux, quel plotwist !

Je n’ai pas forcément apprécié les autres personnages comme Sejanus ou Tigris mais là encore, ils étaient importants à l’histoire. En fait, je crois que la force de ce roman, à mon sens, n’est pas les personnages, là où je les avais adorés dans les premiers romans.

Je crois que le côté nostalgique a beaucoup joué. On retrouve beaucoup de fan-service dans ce roman mais je suis tellement fane que ce n’est pas grave… Et ce final ! Suzanne Collins tient toutes ses promesses. Elle a le courage de tenir son personnage, la tension est à son comble, j’ai adoré ce final.

Ce qui m’a aussi conquis ce sont les clins d’œil constant à la trilogie de base. J’ai presque envie de tout relire maintenant que je comprends mieux ce personnage ! Les chansons, LA chanson, putain, LA chanson de mon cœur qui prend tout son sens. C’est un mini-spoil mais sérieux, si vous avez aimé cette chanson dans les premiers opus, vous allez être terrassés par son histoire. J’ai adoré l’utilisation des geais moqueurs. Je pensais qu’elle allait tomber dans une redite de la trilogie initiale, mais pas du tout.

 

En bref : un livre rondement mené, une intrigue haletante, un tome qui tient toutes ses promesses alors que j’étais loin d’être conquise au début.

Moi qui avait un intérêt décroissant pour la saga, je me suis retrouvée durant mon adolescence à dévorer le tome 1 lors des vacances d’été.

Un bon plongeon dans mon passé. Je veux un film ! Je veux un tome 5 !

May the odds, be ever in your favor !

Note 4,5

Eve of Man – Giovanna & Tom Fletcher

Eve of Man est une petite pépite de Young Adult. Je ne m’attendais clairement pas à accrocher autant à l’univers et c’est une très belle découverte pour ma part. Un peu déçue de ne pas avoir compris qu’il s’agissait d’une trilogie, car l’attente pour le prochain tome va être un supplice !

Nous plongeons dans un monde pas si éloigné du nôtre, si ce n’est qu’il y a une technologie légèrement plus avancée que et un problème majeur : plus aucune femme n’est née depuis près de cinquante ans.

Jusqu’à ce que l’incroyable se produise et qu’Ève vienne au monde. Ève est alors mise « en cage », protégée dans un immense Dôme qui surplombe la ville et où elle grandit dans l’espoir, peut-être, de procréer avec un Potentiel, l’un des hommes choisis par le gouvernement pour espérer avoir une descendance. A part les « Mères », des vieilles femmes âgées de 60 ans et la directrice du programme, Vivian, Ève ne connaît personne, ne rencontre personne et a pour unique amie Holly, un hologramme quasi-humain pour faire croire à la jeune femme qu’elle n’est pas seule.

Mais alors qui est Bram, et comment parvient-il à entrer en contact avec Ève ?

Je préfère vous laisser la surprise. J’ai adoré le parti pris des deux auteurs. Je pensais tomber sur une romance un peu bateau et banale où l’héroïne tomberait folle amoureuse du résistant qui voudrait la sauver des griffes du méchant gouvernement, alors que pas du tout ! La façon d’introduire le protagoniste masculin est très très ingénieuse et je ne l’avais encore jamais lu en science-fiction. Alors je ne vais pas vous mentir : de nombreux plotwists sont assez prévisibles et je n’ai pas lu ce roman pour sa trame.

Il y a ce petit détail qui change tout : les héros.

Je suis tombée amoureuse de Bram, de sa façon de voir Ève, de voir la vie, de voir l’amour. 

97949929_898891683910699_1983711644445835264_n

Je suis tombée amoureuse de ces personnages jeunes, naïfs.

On sent bien qu’il s’agit d’un Young Adult mais j’ai aimé retrouver leurs premiers émois. Je me suis beaucoup attachée à Ève, qui essaye de faire de son mieux alors qu’elle est pieds et poings liés.

La plume des auteurs est vraiment douce, adaptée au roman. Le seul petit défaut que je trouve au texte est peut-être ses moments un peu répétitifs. Nous avons beaucoup d’introspection de la part des protagonistes et certains passages auraient mérité d’être un peu élagués. De plus, les auteurs ne prennent pas forcément le temps de donner des raisons extrêmement scientifiques derrière l’incapacité chronique des femmes à procréer. En tout cas, pas dans ce premier opus.

Néanmoins, c’est une superbe découverte qui me laisse encore de nombreuses questions en tête, car le roman se coupe à un endroit charnière. Je suis très frustrée de ne pas avoir la suite entre les mains haha. Ce roman est bien la preuve que parfois, une jolie plume et des personnages attachants peuvent faire plus qu’une trame originale. 

 

Pour conclure : une très belle découverte young adult science-fiction, efficace, et dont les sentiments romantiques ont tout de suite fonctionné pour moi. Le genre de lecture dont on a besoin en ce moment, je trouve.

belle-decouverte

Note 4,5

Je remercie Page Turners pour ce service presse.

Dark Elements, Tome 0,5 : Amour d’Antan – Jennifer L. Armentrout

Résumé WP(5)
Editions J’ai Lu pour Elle (Mai 2020) – Env. 148 pages

J’attendais la sortie de cette série depuis déjà quelques mois, intrigué par le résumé. Il faut dire que je n’ai que très rarement lu de série abordant le thème des Gargouilles, j’étais donc très curieuse de voir comment Jennifer L. Armentrout allait développer le sujet.

Il faut se l’avouer, une Gargouille ce n’est pas tellement sexy et je ne vous le cacherais pas, la façon dont les décrits l’auteure ne fait pas non plus ultra rêvé. Mais j’ai aimé qu’elle ne tombe pas dans le trop « too much » pour rendre leurs apparences moins fantasques aux yeux du lecteurs (mais elle se rattrape avec leurs apparences humaines, ahah.)

Pour en revenir à l’histoire en elle-même, « Amour d’antan » est un petit préquel qui, d’après moi, n’est pas indispensable de lire pour pouvoir se plonger dans le premier tome et en comprendre l’univers. Mais il est tout de même plaisant de pouvoir en apprendre plus sur le rôle des gargouilles et ce qu’ils entreprennent sur terre pour protéger les humains des démons.

Par contre, j’ai un peu moins aimé leur côté « les hommes à la guerre et les femmes à la maison »… Heureusement ce côté légèrement « soumis » est gommé par le personnage féminin, Jasmine, et son tempérament quelque peu rebelle.

Sa relation avec Dez est mignonne mais le pardon est un peu trop simple et facile à mon goût. J’aurais aimé un peu plus de difficulté que de simples conditions pour que Jas pardonne à Dez. Bon forcément en 140 pages, difficile de développer une histoire mais tout de même.. !

On a également la surprise de croiser Layla, le personnage principal de la série. Je ne m’attarderais pas sur elle mais j’ai vraiment hâte de me plonger dans son histoire qui va, je pense, être pleines de complexités et de frustrations.

Bref, si ce tome 0.5 n’est pas indispensable, il a le mérite de nous donner un petit avant-goût de l’univers pour nous faire patienter avant la sortie du tome 1 !

3,5.png

Retrouvez ce livre sur Amazon en cliquant sur le lien :

Showstopper, Tome 1 – Hayley Barker

J’avais hâte de lire ce roman. Entre la couverture, le résumé et l’univers autour du cirque, Je me suis lancée dedans dès réception du livre.

Grace aux chapitres très courts, alternant le point de vue des deux personnages principaux, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Cela rythme à merveille le récit et nous permets de ne pas voir les pages défilées.

Les sujets abordés, notamment le racisme, est vraiment décrit de façon réaliste. Nous ne pouvons que penser à l’esclavage des noirs ou bien à ce qui peut, à tout moment, arriver tant l’humanité est parfois cruelle.

La violence et la cruauté sont omniprésentes tout au long du roman. Nous restons sur le fil du rasoir, dans une atmosphère lourde et sombre. Ça nous glace d’horreur à chaque scènes que subissent les Bâtards et nous nous rendons compte que l’auteure n’a pas fini de nous « surprendre » dans cette cruauté qu’ont les Purs pour les Bâtards.

Il est d’ailleurs dommage ne pas avoir plus de détails sur comment et pourquoi tout ceci est arrivé. Cela aurait pu être intéressant et apporter un peu plus de profondeur à l’histoire, plutôt que d’être TROP concentré sur les pensées des protagonistes. Un juste milieu aurait été bienvenue.

Aussi, je n’ai pas été convaincue par Ben et sa prise de conscience qui arrive du jour au lendemain, tout comme ses sentiments envers Hoshiko. C’est bien trop rapide et peu réaliste du coup. Le couple Hoshi/Ben ne m’a pas du tout convaincu ni touché.

Par contre, j’ai aimé l’univers noir du cirque. L’auteure a su très bien décrire les costumes, l’ambiance du cirque, les gourmandises.. Il me semble n’avoir jamais lu de livre sur ce genre d’univers et c’était vraiment sympathique et original !

Je ne sais pas encore si je lirai la suite (parce que oui, c’est un Tome 1 ! Je ne sais pas pourquoi je m’entête à croire que je lis des oneshot à chaque fois..) mais si c’est le cas, j’espère que l’auteure saura me convaincre et mettre plus de profondeur à son histoire.

King of Scars, Tome 1 – Leigh Bardugo

king of scar re.png

Avis de Jess

Si je vous dis que « King of Scars » était LE livre que j’attendais le plus en cette rentrée de septembre 2019. J’avais de grande attente le concernant parce que j’avais adoré le personnage de Nikolaï et je n’avais qu’une hâte : le retrouver pour connaître son histoire.

Malheureusement, gros chou blanc pour ma part. J’ai du abandonner ma lecture à la moitié du livre et c’est avec beaucoup de regret que je vous livre cet avis qui ne sera pas très long.

Il faut savoir que l’histoire ne se concentre pas seulement sur Nikolaï mais sur plusieurs personnages, déjà première déception. L’histoire se concentre plus sur le sort de Ravka que réellement le Roi de Ravka et ce qui a pu lui arriver après la fin de Grisha.

Nous retrouvons certains personnage, en suivant leurs points de vue avec alternance, que nous avons pu voir dans la série « Grisha » et d’autres dans « Six of Crows » . Et malheureusement, je n’ai pas encore lu cette dernière duologie et je pense que cela  a contribué au fait que j’ai eu beaucoup beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire.

J’ai ramé mais ramé pour lire juste la moitié du livre ! J’en ai ramé à m’en faire mal, et lire pour me faire du mal.. Non merci. C’était long, descriptif avec très peu d’actions, ce qui ne m’a pourtant pas dérangé dans « Grisha » mais ici.. c’était une réelle torture. J’ai trainé pendant deux mois à me trouver des excuses entre chaque chapitre pour lire d’autres livres et ne pas culpabiliser de le mettre de côté.

Le fait que je ne sache pas qui est la moitié des personnages que nous croisons m’a complétement perdu et peu intéressé pour le coup. Du coup, je pense que je laisserai une deuxième chance à « King of Scars » quand je me plongerai dans « Six of Crows » parce que j’adore Leigh Bardugo et l’univers qu’elle a crée.. Et j’espère que je retrouverai l’engouement et tout ce que j’ai adoré dans l’univers Grishaverse !

Je remercie Page Turners éditions pour l’envoi de ce Service de Presse.

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2