Dangerous Love, Tome 3: In Love With Danger – Mady Flynn

Image Résumé
Collection HQN (Novembre 2019) – Format Numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions HQN pour ce service presse.

Ainsi s’achève la trilogie « Dangerous Love » avec ce troisième et dernier tome « In love with danger ». Et mon dieu, quelle trilogie nous a offert Mady Flynn !! Cette histoire, dans son entièreté, n’a pas d’équivalent. Elle est atypique, originale et captivante!

Nous avions laissé Hazel, abasourdie, à la découverte de ce que Matt et Chris lui ont réservé! Chris, alias « l’étrangleur » et amant de la criminologue, va collaborer avec le FBI pour tenter de démasquer le copycat qui sévit et fait de nombreuses victimes. L’enquête patauge et Chris pourrait apporter une certaine expertise pour tenter de déterminer le profil de ce nouveau serial killer. Pour la jeune femme, voir les deux hommes qu’elle aime collaborer et travailler ensemble, va la rendre plus fébrile que jamais…

Jamais encore dans cette saga, les deux héros ne s’étaient retrouvés côte à côte. Toujours rivaux, le flic contre le criminel, le fiancé contre l’amant. Pourtant ici, Mady Flynn donne une tournure intéressante à sa trame, en faisant naître une sorte de complicité entre les deux hommes. Hazel ne maîtrise plus rien, tout lui échappe et elle a du mal à faire face à cette situation, peu commune il faut bien le reconnaître. Matt est sa part de lumière, Chris celle de son obscurité. Elle oscille sans cesse entre les deux, Hazel a autant besoin de l’un comme de l’autre. Le triangle amoureux n’a jamais été fort, voire omniprésent dans l’histoire, que dans ce troisième tome.

Pourtant, dans la vie il faut savoir faire des choix et des compromis. L’héroïne apparaît ici comme égoïste, l’auteure n’essaye d’ailleurs pas de l’en dédouaner. Hazel est ainsi, elle ne peut faire ce choix, elle ne peut pas envisager d’être séparée de l’un ou de l’autre. Cet aspect du personnage est parfois agaçant et à la fois questionnant. Après tout, pourquoi choisir ? On pourrait y voir ici une autre idée du « trouple », certes en milieu hostile…

Il faut reconnaître que ces trois personnages, hauts en couleur, ont un goût immodéré pour les situations tordues. Chris et Matt semblent accepter l’importance que l’un et l’autre ont aux yeux d’Hazel. Comme si leur relation avec elle complétait l’autre. Cela est à la fois déroutant et captivant. Ils mènent la danse dans ce dernier tome, quitte à retirer tout pouvoir de contrôle de la part d’Hazel, qu’ils cherchent à protéger. La criminologue va devoir apprendre à naviguer à vue, sans road book.

Ce troisième tome m’a tenue en haleine, car l’enquête est rudement bien menée. Les fausses pistes, les nouveaux meurtres, les maigres indices, le travail de l’équipe d’investigation…tout est minutieusement orchestré par Mady Flynn, à qui je tire une nouvelle fois mon chapeau !! Si le premier tome reste définitivement mon préféré, ce troisième opus nous apporte tout ce qu’on aime dans cette saga : suspens, rebondissements et moments torrides !!

Je pense que l’auteure, a cherché à dérouter ses lectrices face à cette histoire incroyable, et le pari est gagné ! Comme je vous le disais en début de chronique, cette histoire n’a pas d’équivalent à mon sens. Pleine de paradoxes, elle vous fera vous questionner, vous mettre à la place des héros, en vous disant : « mais que ferais-je si j’étais eux, comment  réagirais-je ? ».

Mady Flynn n’oublie pas non plus, dans ce dernier opus, de faire référence au cheval de bataille d’Hazel, à savoir l’impossible (ou pas) réhabilitation et réinsertion des serials killers dans la société. Chacun pourra avoir son idée sur le sujet, mais j’ai trouvé cela passionnant.

La saga toute entière est à lire, même si parfois elle peut paraître pointue au niveau de la psychologie des personnages et des questionnements d’Hazel quant au profil des serials killer, elle va vous embarquer, à tel point que vous n’aurez pas envie de lâcher votre livre. A cette occasion, profitez de l’offre spéciale du 25 décembre prochain, car le premier tome de cette saga « Attracted By Danger », en format Epub, sera gratuit toute cette journée. Profitez-en pour faire connaissance avec Hazel, Chris et Matt, si ce n’est pas déjà fait !

«  Matt est ma raison de vivre, l’homme auprès de qui je veux m’éveiller tous les matins ; Chris est celui que j’ai besoin de voir chaque jour pour me rappeler qui je suis»

Hazel

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

couv num

 

Salvatore, Mafia et Dark Romance – Natasha Knight

Image Résume
Novembre 2019 – Format Numérique

Avis de Valou

Je remercie Laure Valentin pour ce service presse.

« Salvatore» est le premier tome d’une saga dans le milieu de la mafia, écrite pas Natasha Knight, auteure très prolifique aux Etats Unis. «  Mafia et Dark Romance », «Benedetti Mafia World » en VO compte 6 tomes dans sa version originale.

En France, le premier tome est donc consacré à Salvatore Benedetti, le futur héritier du clan du même nom.

5 ans avant le début de l’intrigue, la guerre des clans entre les Benedetti et les DeMarco fait rage. Franco Benedetti, le parrain sans cœur, fait signer à son pire ennemi, un contrat qui lie son fils et futur successeur Salvatore à Lucia DeMarco, alors seulement âgée de 16 ans. Les deux jeunes gens sont obligés de signer, contraints et forcés, ce contrat qui va changer leur vie à jamais…

L’histoire début quand Lucia a 21 ans et se rend aux obsèques de son père. Alors qu’elle a vécu dans une sorte de pensionnat aux Etats Unis sous haute surveillance pendant 5 ans, elle va recroiser le chemin des Benedetti qu’elle hait plus que tout. A l’issue des funérailles, Lucia va devoir repartir avec Salvatore pour respecter le contrat qui avait été conclu des années auparavant.

La cohabitation entre Salvatore et Lucia risque de provoquer bien des étincelles !

Nous ne sommes pas en présence d’une réelle Dark Romance pure et dure. Je dirai qu’il s’agit plutôt d’une Romantic Suspens sombre. L’univers de la mafia abordé ici est dangereux et la situation subie par Lucia, n’a absolument rien de romantique. Elle est obligée de partager le quotidien, d’un homme, bien que sexy et ténébreux, dont elle ne sait rien. Lucia a un tempérament de feu et est bien décidée à ne pas se laisser faire, ni dominer par Salvatore.

Salvatore, lui, est partagé entre la compassion qu’il ressent pour Lucia et le fait qu’il soit obligé de se comporter comme un être odieux avec elle, pour que son père n’intervienne pas dans leur relation.

Tous les deux sont entêtés et déterminés, ce qui fait que leur relation fonctionne et qu’on s’attache à leur couple. Lorsque le désir va se mêler de leur relation déjà tumultueuse, l’empire des sens va alors les révéler l’un à l’autre.

Ajoutez à cela des intrigues propres au milieu mafieux, à savoir coups bas, faux semblants et enjeux de pouvoir, et vous aurez un roman plaisant à lire, addictif et très épicé. Les scènes érotiques sont nombreuses et crues. La découverte du plaisir de Lucia, qui n’a jamais connu d’autre homme auparavant, alimente la construction de sa relation avec Salvatore. Quelques scènes s’apparentent un ersatz de pratiques BDSM, mais cela reste relativement soft. Les sentiments vont éclore entre ce couple atypique et tempétueux et cela rend la lecture captivante et attrayante. La plume de l’auteure est fluide et agréable à lire. Elle pose les jalons des tomes suivants, en amenant des personnes secondaires hauts en couleur. Dominic, le frère de Salvatore, sera le héros du tome suivant qui promet d’être plus sombre, relevant davantage d’une véritable Dark Romance.

Affaire à suivre, je serai ravie de lire la suite. Je vous recommande cette lecture si vous aimez les relations passionnées et dangereuses dans l’univers corrompu de la mafia. La trame n’est, certes, pas hyper novatrice, mais elle est bien menée. L’équilibre entre les moments d’intimité entre Lucia et Salvatore et les rebondissements sont savamment dosés, pour vous faire passer un bon moment livresque.

Note 4

cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique ou broché:

 

couv num

 

 

Savage – Sonia Eska

Image résumé
Editions Addictives, Collection Luv ( décembre 2019) – Format numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions Addictives pour ce service presse.

Je suis ravie de retrouver une fois encore la plume de Sonia Eska. « Vicious Temptation » avait été un très beau coup de cœur en mars dernier et m’avait laissé un très beau souvenir livresque.

Cette fois-ci l’auteure nous entraîne au cœur des JO de Rio, entre le bassin de la piscine olympique et le ring des combats de freefight.

Aria veut gagner la médaille d’or, elle le doit à la promesse qu’elle a faite à sa mère. Elle se conditionne pour atteindre son objectif, quitte à se priver de tous les plaisirs de la vie. Sa relation avec son père, et entraîneur, se détériore de jours en jours, la belle rousse s’isole de sa famille. Elle est seule, seule face au bassin de nage…

Il y a quelque chose de très mélancolique et de profondément touchant chez ce personnage. Elle fait preuve d’une telle abnégation pour réussir, quoiqu’il advienne, quitte se mettre en veille pour tous les autres centres d’intérêts qu’elle pourrait avoir. Elle parait froide, égoïste, sans cœur. Pourtant, elle fait preuve d’une telle force et d’une telle volonté!  Ce sont souvent des caractéristiques communes aux athlètes de haut niveau : faire beaucoup de sacrifices pour la gagne, comme pour un combat sur un champ de bataille. Quoiqu’il advienne donc…

Casey « Prince » est blessé et meurtri dans sa chair. Le Freefight lui apporte l’apaisement et à la fois le défouloir dont il a besoin. Sa personnalité borderline, souffle le chaud et le froid, notamment lorsqu’il est en présence d’Aria. Cet homme a la rage au cœur et c’est probablement ce qui va faire battre plus fort celui de la belle. Leur rencontre est explosive, sexuellement parlant, Casey et Aria ensemble, c’est tout simplement de la dynamite ! Regards ardents, peu de mots échangés, désir et rage contenus, : voilà ce qui pourrait constituer leur relation. Ils vont devenir la créatine de l’autre, idéal pour doper leurs performances sportives et les mener à la médaille d’or. Mais à ce jeu de dupes, ils pourraient l’un comme l’autre, se brûler les ailes.

L’univers sportif des deux disciplines choisies est rudement bien documenté. On sent que Sonia a beaucoup travaillé son sujet. Les JO, nous les regardons souvent à la télévision et ici l’auteure nous offre une autre vision des choses, de l’autre côté du prisme.

J’ai été prise dans le jeu de la relation qui se joue entre Aria et Casey. Il y a beaucoup de passages narratifs, qui permettent une certaine introspection de la part de ces deux héros. Leurs personnalités montrent combien ils n’ont besoin que peu de mots pour se faire comprendre. J’ai trouvé que leurs jeux de regards et le langage de leur corps sont sacrément bien écrits, et permettent de ressentir toute cette intensité « sauvage » qui anime ce couple.

Je me suis retrouvée totalement happée par la trame de cette histoire, par ces personnages cabossés mais déterminés. Les différents rebondissements qui jalonnent le récit sont prenants, sous couvert du secret de la toute première rencontre entre Aria et Casey, qui rôde comme un spectre autour de leur relation. Le poids du passé et les blessures de l’enfance, sont à nouveau abordés finement au niveau de la psychologie des personnages. Les séquelles des traumatismes vécus par Aria et Casey sont à vif, comme des plaies béantes qui ne cicatrisent pas. Ce sera probablement le combat contre ce passé qui sera le plus dur à affronter, au-delà des batailles de chronos dans le bassin olympique et des affrontements sur le ring.

Vous l’aurez donc compris, Sonia Eska nous offre à nouveau une romance totalement addictive, qui remue les tripes. J’ai passé un excellent moment livresque à tel point que je n’avais pas envie de quitter les personnages et cette histoire.

Je terminerai ma chronique par les paroles d’Aria, qui je trouve justes en tout point. L’eau est mon élément, celui dans lequel je me sens le mieux, c’est pourquoi ses mots m’ont particulièrement touchée.

« Nager c’est se perdre en connaissant pourtant l’issue de secours. C’est étouffer le monde extérieur, oublier ses contrariétés et laisser ses émotions au fond de l’eau. Nager, c’est être forte. Et Gagner. […]. Nager ici c’est aussi lui. C’est le sentir près de moi, même s’il ne m’approche plus. »

Aria

 

Cliquez ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

couv num

Possessed Souls – Shelby Kaly

Image résumé
Black Ink Editions (Novembre 2019) – Format numérique et Broché

Avis de Valou

Je remercie les éditions Black Ink pour ce service presse.

Je ne connaissais pas la plume de Shelby Kaly, aussi « Possessed Souls » fut une découverte pour moi. J’ai tout de suite été happée par ce jeu de séduction torride entre faux semblants et jeux de dupes, sous fond de Romantic Suspens.

Megan a tout de la femme fatale, sulfureuse, aux accents de garce. Cette très belle femme a toujours su utiliser son corps pour obtenir ce qu’elle veut, mais pas n’importe comment, sans réflexion. C’est elle qui maîtrise et qui possède les cartes du jeu en main. Ne jamais montrer la moindre faiblesse ou la moindre faille : être forte, toujours. Voilà le credo qui résume en tout point le personnage de Megan. Lorsque son père lui somme de séduire Connor, pour en savoir davantage sur lui, la jeune femme accepte cette « mission » en pensant ne faire qu’une seule bouchée du beau propriétaire d’un night club londonien.

Connor ne laisse rien paraître de ses sentiments, pourtant il souffre. La mort de sa fiancée, Alyssa, lui a laissé un trou béant dans le cœur. Plus rien ne compte pour le beau gosse tatoué, mis à part son meilleur ami Thomas, la gestion de son club et les coups d’un soir. Ce personnage de beau gosse ténébreux, m’a touchée, surtout lorsqu’il essaye de lutter contre ses sentiments naissants pour la belle Megan, alors qu’il sait pertinemment qu’il va se brûler les ailes auprès d’elle…

Et puis ces deux-là vont se rencontrer, des étincelles, que dis-je, des éclairs vont jaillir entre eux, au premier échange de regards ! Bam, Bam, Bam, accrochez-vous, mettez vos ceintures, vous embarquez à bord de « Kaly Airlines », ça va secouer !!! Si vous voulez lire une histoire passionnée, torride et érotique, foncez lire « Possessed Souls » et sortez le ventilo en même temps, vous en aurez besoin, même si nous sommes en plein hiver!

 Malgré la froideur et le côté calculateur du personnage de Megan, je me suis vite attachée à elle, car au delà de son côté manipulateur, elle cache des blessures enfouies. Son père et son frère sont plus que détestables. Elle n’est qu’un objet sexuel pour eux, un faire valoir de luxe pour arriver à leurs fins. Ces deux être abjects ont forgé Megan, telle qu’elle est au début du livre. Elle cherche à devenir leur égal, quitte à vendre son âme au diable…Connor va provoquer en elle un cataclysme. Elle n’était pas prête à devoir affronter la résistance de Connor, qui se doute que la belle est vénéneuse et prépare un mauvais coup…

>Leur attirance est magnétique, hyper intense ! Les scènes de sexe sont rudement bien écrites, parfaitement maîtrisées, sans jamais être vulgaires. Alchimie et osmose, voici les maîtres mots à utiliser pour décrire ce qui anime Megan et Connor. Vous allez devenir addict à leur fusion !

«Plus de pression familiale, plus d’armure, plus de faux-semblants, je suis moi à travers ma volupté. Megan »

Suspens, rebondissements, danger, horreur, tout s’accélère sur la seconde partie de la trame. Chapitres après chapitres, j’avais hâte de savoir ce qu’il allait devenir de nos héros. J’ai aimé lire en Megan cette femme si forte, voire dure, et fragile, voire brisée, à la fois. J’adore ce genre de personnages pour lesquels vous savez d’emblée, que l’auteure a encore beaucoup à vous raconter, pour comprendre leur fonctionnement. Je comparerai Megan à une sorte de biker sans foi ni loi, tous les moyens sont bons pour atteindre son but. Son mode de vie, avec ses régulier(e)s, montre comment elle met un point d’orgue à ne rien ressentir, et certainement pas de l’amour, qu’elle n’a jamais reçu par ailleurs de la part de sa famille.

Le duo qu’elle forme avec Connor, ce couple de « Gambler », m’a conquise, j’ai dévoré ce roman, je ne me suis jamais ennuyée. La playlist concoctée par Shelby est parfaite et illustre à merveille la romance de Megan et Connor.

Enfin, je verrai bien un spin-off sur Alyssa, affaire à suivre…

 Je vous recommande donc de lire cet opus, si vous voulez avoir chaud et passer un moment de totale addiction livresque, alors ce livre est fait pour vous !

« Aimer c’est prendre des risques. Aimer, c’est se donner corps et âme à quelqu’un sans attendre quelque chose en retour. Aimer, c’est accepter de perdre. Connor »

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique ou broché sur Amazon:

COUV NUM

Ghost Secrets – Lina Hope

Image résumé
Editions BMR (octobre 2019) – Format Numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions BMR pour ce service presse.

Je ne connaissais pas la plume de Lina Hope. Le pitch de son roman m’a tout de suite attirée, j’avais donc hâte de découvrir cette romance New Adult.

Kurt a 23 ans. Il est détruit, il a perdu l’amour de sa vie, Léna, dans un accident de voiture. Passionné de skate board, la disparition de Léna le plonge dans le néant. « Ghost » de son surnom, erre, boit beaucoup trop et a enclenché un compte à rebours morbide…

Jazzy est passionnée de dessin. Elle s’exprime à travers son art. Mais elle aussi est détruite. « Zombie » de son surnom, essaye de rattraper son retard scolaire et se renferme sur elle-même. Seuls la musique et le dessin semblent l’apaiser.

Pourtant le destin va se jouer de ces deux-là  et ils vont se rencontrer. Peut-être vont-ils devenir le pansement de l’autre pour guérir leurs blessures encore à vif et douloureuses…

Habituellement, je ne suis pas fan des histoires dans lesquels les héros sont jeunes. Mais ici ce n’est qu’un détail. Lina Hope nous offre une trame poignante et tellement touchante. La mélancolie et la tristesse qui entourent ses personnages sont bouleversantes. Vous n’en resterez pas indifférentes face à cette romance.

Kurt et Jazzy sont des personnages forts. Leur peine est rudement bien décrite. Le désespoir des personnes endeuillées est parfaitement illustré par les réactions de deux personnages principaux. Kurt souffre horriblement. Il est tellement mal qu’il devient égoïste dans sa douleur.

J’ai été tour à tour, profondément touchée par lui et à la fois j’avais envie de lui mettre des claques. Kurt est un paradoxe à lui tout seul. Si mature et si puéril à la fois. Il fuit ses responsabilités, préférant se noyer dans l’alcool et les filles faciles. « Sexe, alcool, compte à rebours et rock n’roll », ainsi est la description de l’auteure sur son personnage principal.  Il en vient à mettre de côté sa propre famille. Sa rencontre avec Jazzy va secouer son cœur, qui va se remettre à battre.

Jazzy se montre méfiante vis-à-vis de Ghost. Son cœur saigne aussi, la jolie jeune femme ne se remet pas des pertes qu’elle a subit. Pourtant, la prévenance de Ghost va lui faire du bien et elle va s’attacher à lui. Seulement, leurs secrets respectifs risquent de mettre à mal leur amitié naissante.

J’ai passé un très bon moment livresque. A plusieurs reprises, j’ai failli pleurer au cours de ma lecture, tant les sentiments des personnages sont rudement bien écrits. La plume de Lina Hope est très fluide et extrêmement bien maîtrisée. Accompagnée d’une playlist Rockn’Roll, cette romance prend aux tripes. Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Ma préférence va bien sûr à celui de Poppy, je ne vous en dirai pas davantage à son sujet, à vous de le découvrir, mais je suis certaine que vous aussi vous allez craquer.

La romance n’est pas légère ici, les thèmes du deuil et de la perte de l’être aimé sont très présents.  Mais si vous recherchez une histoire d’amour intense alors c’est le roman qu’il vous faut. Le récit est délicat et punchy à la fois. L’auteure sait relancer sa trame avec des rebondissements. L’équilibre entre les secrets dissimulés et leurs révélations est savamment orchestré.

Vous l’aurez compris, je vous recommande vivement cette lecture. Lina Hope m’a conquise avec cette histoire poignante. C’est une belle découverte !

« Tous les deux, on connaît la douleur, le manque et la perte. Tous les deux, on s’est trouvés et maintenant on apprend à guérir ensemble ». Jazzy.

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

COUV NUM

Nos Belles Erreurs, Blackwell-Lyon, tome 3 – J.Kenner

Image Résumé
Martini & Olive Books ( Décembre 2019) – Format Numérique

Avis de Valou

Je remercie Julie Kenner et les éditions Martini & Olive Books pour ce service presse.

J’avais vraiment hâte de découvrir ce que l’auteure nous avait réservé pour l’histoire consacrée à Connor et Kerrie. Je peux vous dire que je n’ai pas été déçue, j’ai dévoré cette histoire courte et cette fois-ci, très intense.

Connor et Kerrie ont vécu une histoire d’amour intense et passionnelle. Connor a 14 ans de plus de Kerrie et pour lui cette différence d’âge est insurmontable. Il a mis fin à cette belle relation à contrecœur. Tous les deux ont conservé des relations amicales et continuent de travailler ensemble. Mais lors des fiançailles de Cayden et Gracie, le désir a eu raison de Connor et Kerrie. C’est de là que le malaise prend sa source. La situation ne va pas être simple, d’autant plus qu’ils vont devoir collaborer sur une mission périlleuse.

Connor va-t-il prendre conscience de sa bêtise et comprendre que Kerrie est la femme de sa vie ?

Je suis ravie d’avoir lu l’histoire de ce couple, j’en attendais beaucoup. Le personnage de Kerrie est un pilier de Blackwell Lyon Security, toujours de bonne humeur, c’est un véritable rayon de soleil pour ses proches. Au contact de Connor elle irradie. Elle fait preuve d’une force incroyable pour supporter de continuer à croiser l’homme qu’elle aime sans pouvoir le toucher et l’aimer comme elle le voudrait.

Entre Connor et Kerrie, la passion fait rage. Ils sont insatiables et faits l’un pour l’autre. Ce roman est rapide à lire mais terriblement addictif. J’ai retrouvé ce que j’aime dans la plume de Julie Kenner, cette véritable intensité des sentiments, couplée à l’explosion des sens. C’est précisément cet aspect là qui m’avait plu dans la saga Stark et que je retrouve ici.

Mon seul bémol est que cette histoire est trop courte. J’aurai aimé en lire davantage sur ce couple et avoir le point de vue de Kerrie. Mais sans conteste, c’est le meilleur des trois tomes que j’ai pu lire de la saga « Blackwell Lyon ». Il y aura un prochain tome intitulé « Nos plus beaux rôles », je me demande s’il ne sera pas consacré à Del, la sœur de Jézébel, héroïne du premier tome.

En tous les cas, je vous invite à découvrir la romance de Connor et Kerrie : intense et fulgurante, passionnée et passionnante !

Je vous laisse avec les mots magnifiques de Connor, qui décrivent bien l’ambivalence de ses sentiments et l’ampleur de son « sacrifice » amoureux :

« J’ai sacrifié le bonheur de ces nuits-là aux promesses pour son avenir »

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

COUV NUM

Nos drôles de Jeux, BlackWell-Lyon, Tome 2: J.Kenner

Image résume
Martini & Olive Books ( Novembre 2019) – Format Numérique

Avis de Valou

Je remercie Julie Kenner et les éditions Martini & Olive Books pour ce service presse.

Julie Kenner poursuit son incursion au sein de BlackWell Lyon Security. Si le premier opus était basé sur l’histoire de Pierce et Jezebel, le second se centre sur Cayden et Gracie.

Cayden le meilleur ami de Pierce et le frère jumeau de Connor. Blessé lorsqu’il était au front en Afghanistan, Cayden a perdu un œil. Il a su tirer partie de cette fatalité, tel un pirate il arbore sa différence avec fierté. Il est profondément marqué par l’infidélité de son ex-épouse. Alors quand un client lui demande d’enquêter sur sa compagne qu’il soupçonne de le tromper, Cayden se jette à corps perdu dans cette mission. Mais il n’avait pas prévu que ladite compagne soit Gracie, mannequin pour de la lingerie « grande taille » (tout est relatif hein!). D’emblée leurs personnalités respectives matchent et Cayden doute de la possible infidélité de Gracie. Il est charmé par sa simplicité et sa beauté.

Cette romance New Adult, s’apparente à une nouvelle. Très courte, comme pour le tome précédent, « Nos Drôles de jeux » se lit très vite. L’auteure va à l’essentiel et nous offre ici une romance tendre et romantique, sous fond de trame teintée de suspens.

Julie Kenner évoque, avec beaucoup de justesse l’impact , souvent néfaste, de la célébrité sur la vie privée. Le revers de la médaille est souvent douloureux. L’analogie est bien menée avec le parallèle fait sur le cyber harcèlement et plus généralement à propos du côté pervers des réseaux sociaux. Gracie les utilise comme un outil de travail, mais ils deviennent rapidement dangereux pour elle.

J’ai aimé aussi que l’auteure aborde comment la confiance en l’autre peut être totalement altérée à la suite d’une infidélité. Cayden en est l’exemple même. Il n’arrive plus à accorder sa confiance aux femmes, profondément meurtri, et cela va lui jouer des tours avec Gracie.

Comme à son habitude, Julie Kenner prouve encore une fois que sa plume très fluide et très agréable à lire. Mais je dois reconnaître que j’ai été un peu déçue par cette romance. Il m’a manqué un soupçon d’intensité et de passion. Je garde en référence la saga Stark, et même si ici l’enjeu est différent, ce tome me semble moins captivant. Le fait que c’est une histoies courte, je m’attendais à une trame plus piquante.

Néanmoins, je prendrai plaisir à lire la suite « Nos Belles Erreurs », car la romance entre Connor et Kerrie me tente depuis le début. J’ai hâte de lire ce que nous a réservé l’auteure pour ce couple atypique.

Note 3,5

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

COUV NUM

Just Win Baby – Chlore Smys et Juliette Pierce

Just win baby Résumé
Black Ink éditions ( octobre 2019) – Format Numérique

Nous remercions les éditions Black Ink pour ce service presse.

Avis de Julie

« Just win baby » est une histoire intrigante qui m’a prise dans ses filets petit à petit.

Les plumes de Chlore Smys et Juliette Pierce sont un bel alliage, si je connaissais la première la seconde est une belle découverte.

Cole ne vous fait pas rêver en premier lieu, il traite les femmes comme des objets avec un mépris, une haine, une violence, non dissimulés, auxquels il faut ajouter cette colère qui gronde et son bouillonnement de réflexions constant qui le ronge. Il n’est pas celui qui est en tête d’affiche, ou connu pour briller mais plutôt reconnu pour son côté sombre. Et là, je ne cesse de me demander ce que cache cet homme, que veut-il fuir ?

Lexie cache un nombre de secrets assez conséquent, c’est évident dès le départ ! Comment avec son intelligence, elle peut être amie avec Haley ? Quelle personne malfaisante et fausse, et ce n’est pas la seule, un joli panier de crabes vous accueille à Holy Cross !

Cette histoire fait référence au code du paraître social, à cette illusion que donne les réseaux sociaux mais aussi à leurs pouvoirs, leurs poids dans l’image que les gens véhiculent. Cette fausse société où il faut paraître ou l’on peut fabriquer et détruire des images, des histoires, des vies et dont les jeunes raffolent, et les milieux professionnels se servent également.

C’est très bien amené par les extraits de réseau à chaque fin de chapitre, mais par son importance dans l’histoire également. Il faut souligner tous les petits clins d’œil sur de ces fins de chapitres, touchants, drôles, et sympathiques.

Les auteures dépeignent cette université et sa communauté de « footeux » de façon assez détestable, où rien n’est vrai, tout n’est que sexe, alcool, ragots, à celui qui sera le ou la plus populaire tout en sachant qu’il ne faut pas renverser les codes et la hiérarchie. Le jeu tactique du football est très fourni et détaillé et met en évidence un gros travail de recherche sur ce sport ainsi que sur le comportement des hyperactifs.

L’alliance de ces deux êtres, pas si éloignés que ça, est étonnante mais devenir les observateurs des changements qu’ils s’apportent est très intéressant et captivant à lire, tout comme le jeu de ghosting de Lexie, qui amène un jeu du chat et de la souris. Elle peut d’ailleurs, devenir énervante à ne pas savoir ce qu’elle veut parfois, surtout avec Cole.

Ce duo est surprenant et détonnant à la fois car la vie leur a donné la rage de réussir et quand ils se soudent pour le faire, il ne vaut mieux par être sur leur passage. Le duo a son mode fonctionnement bien à lui qui le restera jusqu’au bout.

Ses quatre mains savent créer à la perfection l’ambiance malsaine et hypocrite qui règne dans ce groupe de cheerleaders et de footballers, tout comme la dualité des sentiments, qui habite Cole et Lexie.

On peut agiter les pompons, car selon moi, vous avez remporté vos playoffs d’écriture puisque malgré les épreuves, vous nous faites aimer ce couple improbable sur lequel on ne misait pas. Son ascension nous touche par son côté humain, avec ses hauts et ses bas, ses tricheries, mais assez réaliste, sur ce que sont ces petits microcosmes où l’on se regarde beaucoup le nombril pour tirer son épingle du jeu.

Ce sont deux belles plumes qui se sont associées en beauté pour nous livrer une vision décadente et peu reluisante de ce milieu sportif universitaire, des réseaux sociaux en étant authentique, percutante pour notre plus grand plaisir.

 

Avis de Valou

J’étais pressée de découvrir ce qui se cachait derrière le titre alléchant de « Just Win baby », d’autant plus qu’il est écrit à 4 mains par Chlore Smys et Juliette Pierce.

Cole et Lexie. L’un est un quaterback cantonné aux bancs de touche, l’autre faire partie de l’équipe des cheerleaders et étudie le journalisme. Tous les deux évoluent sur le campus universitaire de Holy Cross. Vous n’êtes pas en présence d’un épisode gentillet de « Dawson » (qui se souvient de cette série ?) mais plutôt dans un ersatz de « Gossip Girl » version football américain. Ça promet!

Sur le papier rien n’était pas pour que ces deux-là aient des atomes crochus. Et pourtant…ils vont créer une sorte d’alliance pour atteindre leur but commun : la gagne. La gagne et uniquement la gagne, à tout prix, peu importe les conséquences ou les dommages collatéraux qu’ils pourraient créer au passage. Une relation étrange et parfois malsaine va alors naître entre eux, mais pourrait-il y avoir l’amorce de la naissance de réels sentiments ?

C’est trash, c’est violent, dérangeant parfois, mais ce n’est pas tellement éloigné de ce qui se passe sur les campus universitaires américains. L’univers du football universitaire est un microcosme où les enjeux de pouvoir sont plus importants que les études en elles-mêmes. L’inégalité du système est mise en avant : ceux qui ont les moyens et de puissants alliés s’en sortiront toujours. Les autres doivent ruser. Chacun veut tirer son épingle du jeu, pour s’en sortir et faire quelque chose de sa vie. Cole voudrait jouer en temps que titulaire pour être repéré et être « drafté » pour la NFL. Lexie veut s’extraire d’une adolescence douloureuse et réussir ses études. Qui s’en sortira vainqueur ?

Les auteures nous offrent ici des personnages atypiques, écorchés, à vif. Cole deale pour s’en sortir. Rien n’a d’importance à ses yeux. Les filles, il les prend puis les jette. Son hyperactivité est rudement bien abordée. Lexie, son « écrivaine » va entrer dans sa vie et va bouleverser l’ordre qu’il s’était établi. Leur pacte du « Just Win Baby » va le galvaniser. Alors qu’il se rabaisse sans cesse, la belle va lui faire voir les choses autrement. Mais le chemin vers la victoire sera long et douloureux. Serait-il capable d’aimer ?

Lexie se sent redevable envers sa meilleure amie Haley. Leur relation est toxique et malsaine. Mais Lexie est capable de tout pour ses amis, du meilleur comme du pire. Elle a une telle détermination, qu’elle fait fi de ses douleurs et de ses failles. Son pacte avec Cole va lui donner un but, elle va tout donner pour y arriver, telle une attaquante sur un terrain de jeu. Ce personnage est très fort et très attachant.  

« Si l’enfer est pavé de bonnes intentions, Cole est le démon qui me fait chavirer », dira Lexie. Cela illustre parfaitement bien le tableau de leur histoire.

Leur relation basée sur du « fake », sur un deal, et pourtant, plus on avance dans l’histoire, plus on se prend au jeu et plus on se passionne pour ce couple. Disputes, colères, non-dits, rapports bestiaux puis passionnels, Cole et Lexie passent pas tous les états. On ne s’ennuie pas une seule minute ! Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que ces deux-là sont faits l’un pour l’autre. Même s’ils communiquent très mal et s’ils se font souvent de la peine, ils se comprennent. Le besoin qu’ils éprouvent l’un de l’autre est poignant.

Je me demande comment les auteures ont pu travailler ensemble cette trame rudement bien menée et hyper bien documentée. J’ai aimé la mise en exergue de l’influence, bien souvent néfastes des réseaux sociaux et des dégâts qu’ils peuvent provoquer. J’ai aimé aussi les nombreux clins d’oeils qui jalonnent le récit. Le seul petit bémol est que j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de passages très narratifs. Même si ces moments permettent de comprendre le cheminement des personnages, il m’a manqué davantage de dialogues. Cela ne m’a pas empêché de passer un bon moment livresque, avec une mention spéciale pour le chapitre 34 intitulé « No Tears ».

En définitive, Chlore et Juliette nous ont réservé une histoire d’amour prenante de deux anti-héros qui ne sont pas des enfants de chœur. La gagne, rien que la gagne comme je vous le disais plus haut…et un peu d’amour aussi !

 

« Nous nous relevons de tout. Parce que nous sommes de cette espèce, de ceux qui survivent. We just win Baby »

 

 

Cliquez ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

 

Just win baby Kindle

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2

Hot Rider – Sara June

Image Résumé
Editions Addictives, Collection Luv  (octobre 2019) – format numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions Addictives pour ce service presse.

Quel plaisir de retrouver la plume de Sara June et ses Dark Soldiers, avec une petite pointe de tristesse car « Hot Rider » signe la fin des aventures de ces bikers sombres mais tellement attachants.

Ici la trame se centre sur Dee, la fille de Connor, président du club de Hedonas, club dans lequel évolue Hush, Path et Kill, héros des précédents opus. Le début de ce quatrième tome correspond au moment où Lily vient au Thunder et retrouve Hush. Sara June nous propose donc un bond dans le passé pour expliquer l’histoire de Dee. Tout au long de l’histoire, l’auteure aborde les événements qui ont jalonnés les opus précédents, à travers le regard de Dee. Cela est hyper agréable et à la fois j’ai éprouvé une pointe de nostalgie, à me dire que cela amorçait la fin de cette jolie saga.

Dee est un personnage auquel je me suis très vite attachée. Elle est hyper protégée du fait de son statut de fille du « Prèz ». La jeune femme se sent très seule, mais c’est une battante. Elle suit des études à distance pour devenir prothésiste dentaire. Elle peut compter sur le soutien de son meilleur ami Tips, biker « geek » du club, pour se confier. Son père met un point d’honneur à ce qu’aucun biker n’approche sa fille charnellement parlant…Alors qu’elle commence à ressentir ses premiers émois amoureux, Dee va se rendre compte de cette « omerta » imposée par son père. Furieuse et écœurée, elle décide de quitter le club pour s’installer à Danhoover, sur un campus universitaire, pour continuer à suivre ses études. Cet événement va provoquer un chamboulement sans précédent dans la vie de Dee et plus généralement au sein du club.

Ce que j’ai toujours aimé dans chaque opus consacré aux Dark Soldiers, c’est que chaque histoire est différente. Sara June nous a proposé des histoires de vie diverses et a su nous rendre addict à ses bikers. Ce dernier tome est peut-être le meilleur de la série, tant j’ai aimé retrouver chaque personnage du club.

Le personnage de Dee est très fort, elle tient tête à son père et à son autorité. Elle s’assume et s’impose. Son histoire n’est pas faite que d’une simple romance pour qu’elle s’accomplisse dans la vie. Elle a un but, veut se donner les moyens pour y arriver, quitte à se priver de son clan.

Bien sûr la romance est présente dans ce roman, ne vous y méprenez pas ! Et quelle romance ! D’une très belle amitié, peut naître un amour fort et passionné. Dee et Tips en sont la preuve. Lorsque Dee va réalise l’ampleur de ses sentiments pour le beau Tips, elle va aussi comprendre qu’elle ne pourra jamais l’aimer au grand jour, car son père ne le permettrait pas. Alors quand le désir et l’amour vont se révéler à eux, leur passion est addictive. Ils sont si beaux tous les deux. Si le couple formé par Kill et Caitlin dans « Burning Rider » dans le tome précédent m’avait vraiment plu, je dois reconnaître que Dee et Tips m’ont aussi beaucoup touchée. Ils sont le tout de l’autre et le fait qu’ils soient obligés de vivre leur amour, cachés, apporte un côté romanesque hyper plaisant à lire, tant leur désir respectif retenu, explose et les rend fou l’un de l’autre.

Passion, amour impossible et rebondissements, sont les maîtres mots de ce dernier opus. Je vous recommande de le lire car il clôture à merveille cette saga. « Rider in the dark », « Sexy wild Rider », « Burning Rider », et « Hot Rider » sont à découvrir et s’offrir pour  les fêtes, vous ne serez pas déçues de votre voyage au pays des Dark Soldiers et en prime vous découvrirez la jolie plume de Sara June.

(PS: vous pouvez retrouver mes avis sur les opus précédents sur le blog.)

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

COUV NUM