Iron Gold — Pierce Brown

Iron Gold, partie 1 & 2, Pierce Brown, Hachette Romans, septembre & octobre 2018, Format numérique et broché

La mise en bouche de la dernière fois sur les premiers tomes de la saga Red Rising de Pierce Brown trouve donc une conclusion ici même, avec ma critique sur le tome 4 et 5. Pourquoi faire une critique de deux tomes d’un coup ? Parce que pour une raison étonnante, il s’agit d’un unique tome scindé en deux pour les besoins de l’édition. J’ai donc lu les deux à la suite et je ne le considèrerai que comme un tome unique.

Je ne vais pas trop en dire sur la trame en elle-même au risque de spoiler pour celles qui voudraient se lancer dans les premiers tomes… (d’ailleurs, n’hésitez pas ! C’est une tuerie !) Simplement il est intéressant de savoir que vous n’êtes absolument pas obligés de lire cette suite.

Red Rising trouve une fin, et une belle fin au tome 3.

Et mon inquiétude était la suivante en attaquant cet « Iron Gold », donc : est-ce que ce n’était pas mieux de se contenter de la trilogie initiale ?

La réponse est mitigée, je dois l’avouer. Pierce Brown n’a pas perdu en talent. Ses personnages sont toujours impitoyables, le scénario extrêmement bien ficelé, et bien sûr, les retournements de situation nombreux.

J’ai toutefois trouvé que l’intrigue s’est légèrement essoufflée. Il y avait comme un sentiment de redondance, enfin, surtout sur les deux cents premières pages.

Les quatre cents suivantes, par contre… c’est comme une explosion.

Pierce Brown avait besoin d’un moment pour tout mettre en place, avant de vous prendre par la main et de vous faire voir un nouveau monde sous sa plume.

On retrouve Darrow, bien sûr. Darrow qui vous brisera le cœur, comme il ne l’a encore jamais fait.

Vous étiez ravis de savoir certains personnages encore en vie à la fin du troisième tome ? Ah ah ah, j’espère que vous avez attaché votre ceinture, parce qu’ils ne survivent pas à ce tome-ci. Et le pire dans tout ça ? C’est qu’il est clair que ce n’était qu’un préquel à la suite. L’auteur avait besoin de poser les fondations d’une suite forte et déterminante.

Alors oui, Iron Gold est plus lent, plus « langoureux ». Il prend le temps de mâcher ses mots, de vous faire découvrir un triptyque de personnages qui seront amenés à se haïr, à se détruire, à se tuer, même.

Mais quand je connais la férocité de l’auteur… cette lenteur est presque douloureuse.

Alors même s’il ne s’agit pas d’un coup de cœur comme les premiers tomes, il s’agit tout de même d’un bouquin que j’ai absolument dévoré. D’ailleurs, j’ai été assez déçue de ne pas plus voir un personnage féminin auparavant très charismatique… Je me demande ce que la romance va devenir dans ce nouveau cycle, elle qui était si présente dans la trilogie initiale…

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (broché ou numérique).

La Trilogie Red Rising — Pierce Brown

Red Rising, Pierce Brown, Hachette Roman, 17 juin 2018, 463 pages, Format numérique et poche

Je viens vous parler de livres un peu particuliers aujourd’hui… Je viens de terminer le tome 4 et 5 de la saga Red Rising et je me devais de partager mon avis avec vous. Malheureusement je n’ai pas eu l’opportunité de chroniquer les trois premiers… donc je vais y remédier.

Red Rising est donc le premier tome d’une saga de science-fiction mêlant habilement thriller, suspense et romance. Il s’agit aussi de mon livre préféré, mon coup de cœur de tous mes coups de cœur. Longtemps numéro 1 sur la liste du New York Time Best Sellers, ses petits frères ont ensuite pris la suite. Et je ne vous parle pas des droits qui ont été achetés pour en faire une adaptation, bien sûr.

Entre dystopie, science-fiction et romance, nous découvrons sous la plume de Pierce Brown un monde déchiré, scindé en plusieurs factions auxquelles on a attribué une couleur (oui, ça a des allures de Divergente, mais le héros est un million de fois plus incroyable que Quatre et oui, c’est aussi possible !). Darrow est un Rouge, et à cause de ça, il est destiné à vivre sous Terre, pour le bon plaisir des Ors. Les mots de l’auteur, coups de poing, sont teintés d’une poésie si agréable que l’on tombe amoureuse dès les premiers chapitres.

Et oui, je suis tombée amoureuse de Darrow, comme je n’ai jamais aimé un personnage de roman.

La force de l’auteur réside dans ses personnages. Hauts en couleur, de véritables délices de caractère, ils ont tous plus de défauts que de qualités et pourtant ils sont attachants. Brown fait le pari de nous faire aimer Darrow au travers d’une relation chaotique : sa femme, éprise de liberté fait partie de la Rébellion. Le protagoniste ne porte pas son rêve mais bien l’amour de sa femme, et tuera tous ceux qui se dresseront sur son chemin jusqu’à ce qu’Eo trouve la paix.

On crie, on pleure, on exulte avec Darrow, qui est d’une intelligence rare.

Véritable bijou de stratégie, le livre offre cliffhanger sur cliffhanger à mesure que les chapitres s’égrènent et que l’on découvre les plans machiavéliques du personnage principal. Transcendé par l’amour qu’il porte à sa femme, Darrow décide de devenir un Or. Il postule pour leur école, transforme son corps pour être à leur niveau, pour s’infiltrer dans leurs rangs et mieux les détruire de l’intérieur. Sauf que pour entrer dans cette école, il devra endurer de nombreuses épreuves, aux énigmes plus tortueuses les unes que les autres.

Pierce Brown écrit bien, écrit juste, avec le cœur et sa pertinence m’a coupé le souffle à mesure que l’intrigue se déroulait sous mes yeux.

Prenant le parti de ne pas nous dévoiler l’entièreté des pensées du protagoniste, de nombreuses informations ne nous sont dévoilées qu’au moment choc, pour nous laisser sans voix face aux mots deposés sur les pages.

Darrow devra faire un choix : peut-il se fier aux autres étudiants qu’il rencontre ? Doit-il les trahir ? Peut-il s’attacher à eux ? Autant de questions que l’on s’est tous déjà posées une fois dans notre vie. Il prendra des décisions, humaines bien souvent, qui ne le mèneront pas forcément là où il le voudrait… Lorsque je suis arrivée à la dernière page, j’ai hurlé de frustration : il me fallait attendre le tome 2…

Et quel tome 2 ! Il paraît souvent que les trilogies sont problématiques — que l’auteur s’essouffle, que les personnages perdent en crédibilité. Que nenni ! Pierce Brown se remonte les manches et nous propose deux autres tomes — respectivement Golden Son et Morning Star — plus époustouflants encore.

Il fait partie de ces auteurs, à la manière de G.R.R. Martin, qui n’ont pas froid aux yeux. Attendez-vous à des morts, attendez-vous à des trahisons, et des vraies. Qui dure toute une vie. Attendez-vous à un récit humain, qui vous rappellera beaucoup de situations que vous avez pu vivre. Jusqu’où iriez-vous par amour ? Seriez-vous prêt à vous oublier totalement ? Autant de questions posées sur l’amour comme sur la culture, sur la manière de briser une société dans ce qu’elle a de plus profond.

Red Rising chamboule, perturbe, et sort des sentiers battus. Vous n’auriez rien lu de tel, et ça n’aura jamais été aussi délicieux de se faire balader par un auteur.

Je pense que vous l’avez compris, c’est un coup de cœur au-delà des mots.

Et la semaine prochaine, je me DOIS de vous parler de cette suite, ce tome 4 et 5, attendus depuis plus d’un an par toute sa communauté…

                                                     

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (broché ou numérique). Et à petit prix, puisqu’il est sorti en poche !