Alia – Les voleurs de l’ombre de Sophie Auger

Alia - Les voleurs de l'ombre

avis-helle1

*Je remercie Nisha Edition pour ce Service Presse*

J’étais impatiente que l’intégrale de Alia sorte afin de me plonger dans l’histoire. Un « Robin des bois des temps modernes » ne pouvait que titiller ma curiosité. Et pourtant si il y’a une chose que je retiens de ma lecture c’est le chiffre 4.

4 comme le nombre de fois où j’ai repris Alia et où j’ai, à chaque fois, laissé tomber ma lecture (et toujours au même endroit) . Pourquoi cette persistance ? Car n’ayant pas aperçu d’avis négatif, je me suis dis que j’avais sûrement un problème.  J’ai insisté pour, au final, aboutir au même résultat… Ce livre n’est tout simplement pas pour moi.

J’ai eu du mal avec l’écriture de l’auteure pour laquelle il m’a manqué de fluidité. Il m’a manquait d’autre chose… que je ne saurai exactement qualifier. Je n’ai pas ressenti le petit truc, la petite étincelle qui me permet d’accrocher à une histoire. Et je ne vous parle même pas de Vadim, qui est, mon Dieu, juste exécrable à souhait ! Il est trop centré sur sa personne et trop contradictoire.  Cela ne m’a pas fait rêver du tout et ses chevilles sont tellement enflées que je me demande comment il fait pour marcher avec rire larme.

Il m’a tellement énervé que, finalement, j’ai pas eu envie d’en découvrir plus sur sa personne et son histoire. Je n’ai même pas fait la connaissance d’Alia pour vous dire, une première pour moi. En général c’est la nana qui m’énerve à un tel point que je pose mon livre pour ne pas le jeter, mais Vadim m’ait juste sortie par les yeux.

Ce qui est absolument dommage car je sentais quand même une belle histoire venir mais son comportement ne m’a juste pas donné envie d’en savoir plus. J’aime les « connards », je leur voue même un culte, mais celui-ci est atteint du syndrome de la connerie et c’est rédhibitoire pour moi.

  Je suis donc hyper hyper déçue, d’autant plus que je n’aime pas faire un abandon et surtout aussi tôt dans l’histoire.

Abandon

Logo Tentatrice sp 1

Dimitri – Sophie Auger

Dimitri - Sophie Auger.jpg

~ Auto-édition ~

Résumé de l'éditeur-1

Louise a la vingtaine et des rêves plein la tête. Cet été là elle en réalise un: elle obtient un stage dans le département vétérinaire de l’OMS à Genève. Elle va pouvoir quitter le cocon familial et découvrir une ville qu’elle ne connaît pas, laissant derrière elle les fantômes de son passé.

Mais la cité du bout du lac sous ses airs tranquilles et rangés, va lui réserver quelques surprises…

Accompagnée de Lena sa collègue de boulot un peu déjantée et de Zouzou sa fidèle pitbull légèrement enrobée Louise va découvrir un monde dont elle ignorait jusqu’à l’existence.

Il suffira d’une soirée pour que sa petite vie bien rangée bascule.

Une soirée et un regard.

Qui est-il, d’où vient-il que cache-t-il ?

Voilà les questions qui ne cesseront de la hanter à partir du jour où DIMITRI entrera dans sa vie.

Entre Genève et la Russie, entre mystère et action, entre amour et mensonges, découvrez une histoire d’un autre genre dont personne ne sortira indemne… Même pas vous …

Avis Marina

Même si je n’avais pas été transporté par HIM, le premier roman de Sophie Auger, je l’avais trouvé suffisamment sympathique pour m’intéresser à cette auteure. Et les avis sur « DIMITRI », son second livre, sont tellement positifs, que je m’attendais à une révélation…. Cela n’a pas été le cas…

Louise est une étudiante vétérinaire d’une vingtaine d’année. Marquée par la mort de son frère, elle entretient le lien qui la liait à lui, en lui écrivant des lettres comme on s’adresse à un journal intime.

Alors qu’elle doit effectuer un stage, sa candidature à l’OMS de Genève est retenue. Elle quitte donc Nantes pour se rendre en Suisse. Elle fait la connaissance de Léna, qui va lui faire découvrir le « vrai Genève ». Ce qui se cache derrière les lumières et les paillettes, comme les gens ayant des revenus « normaux », font pour survivre dans cette ville où tout est apparence.

Léna va embarquer Louise pour une virée « pique assiette » dans une immense propriété. Une majorité des invités sont russes… Et tous, sans exception, font partie d’un monde différent des jeunes filles. A tel point qu’elles ressentent le besoin de s’isoler et partent se promener dans le parc.

Attirée par les cris d’un oiseau, Louise se rapproche d’une volière…. Près de laquelle, un homme l’y rejoint. Il a un look différent des invités de la soirée, il est grand, blond, avec un léger accent et un regard d’un bleu hypnotisant… Louise est sous le charme… Et pourtant, il disparaît comme il est apparu… Mais, à partir de cet instant, la vie de Louise ne sera plus jamais la même…

Les ingrédients sont tous présents pour faire de cette intrigue une superbe histoire. Il y a du sexe, de la romance, de l’humour, de l’action…. L’auteure a fait un vrai travail de recherche pour écrire ce livre, détaillant des faits historiques et des paroles russes, et autres références artistiques…. Et je comprends que beaucoup ait aimé….

Et pourtant, j’ai dû me faire violence pour le terminer, n’arrivant pas à plonger dans ce livre…. Outre le fait qu’il soit truffé de fautes d’orthographe, l’histoire ne m’a pas semblé crédible une seule seconde…

Le « secret » que Louise cherche à protéger n’en est pas un…. J’ai bien aimé les personnages, mais ils ne m’ont rien fait ressentir…. Dimitri et Vadim sont trop caricaturés… Et à la limite, j’aurais plus facilement fantasmé sur un mec sombre tel que Vadim que sur un prince charmant comme Dimitri…. On avance dans l’histoire tout en devinant l’issue de chaque passage… Tout m’a paru prévisible, gâchant le suspense que l’on pouvait attendre de l’action que l’auteure a voulu insuffler à l’histoire…

Un bon livre si vous cherchez beaucoup de romance… Mais ce n’était pas une histoire pour moi….

Note 2,5