Juste un regard – Harlan Coben

Harlan Coben, Juste un regard, Editions Pocket 2006

C’est la première fois que je me lançais dans un Harlan Coben. J’étais au relay avant de partir en vacances, j’ai cherché rapidement sur Babelio le meilleur titre qu’ils avaient en stock. C’est tombé sur « Juste un regard » et bon sang… j’ai adoré l’expérience !

Je n’étais pas forcément convaincue par le pitch : Grace va faire développer des photographies et, dans le paquet, s’est glissé une photo un peu étrange… Son mari est là, avec des gens qu’elle ne connaît, et la plupart d’entre eux ont une croix sur le visage. Comme s’ils avaient été pris pour cible… Lorsqu’elle veut le confronter, son mari claque la porte, et s’en va.

Pour ne pas revenir.

Grace doit alors faire face à cette disparition mais elle ne restera pas les bras croisés. Son mari lui cache quelque chose, et elle va vouloir découvrir à tout prix quoi.

Ce que j’ai beaucoup aimé, et c’est un léger spoil mais qui pour moi est nécessaire à aborder, c’est le fait que Grace sait des choses qu’elle ne nous livre pas. L’auteur réussit le pari fou de nous embarquer dans une histoire du point de vue de cette femme aux innombrables secrets. Et si c’était elle qui avait plus à perdre dans toute cette histoire ?

J’adore les thrillers psychologiques qui prennent place dans un couple. C’est une manière pour l’auteur de nous immerger dans une romance un peu particulière, mêlant suspense, et remise en question du lecteur à tout instant. Que ferais-je, moi, si mon mari venait à me fuir de cette manière à cause de la photographie ?

De nombreuses questions se posent au fil de la lecture : qui est Grace ? Qui est son mari ? Qui a mis cette photographie dans l’enveloppe ? Sa meilleure amie, la seule à qui elle pensait pouvoir se fier ? La sœur de son mari, qui n’a jamais voulu la rencontrer ? Ou son mentor, un homme riche et puissant, qui a toujours tout fait pour la protéger depuis qu’elle est jeune femme ?

Petit trigger warning pour les personnes qui pourraient être sensibles : le livre évoque un attentat. Chacun sa sensibilité, je sais que beaucoup de lecteurs sont parfois touchés plus que d’autres quand on parle de ces sujets-là. Certains chapitres sont un peu glauques, tirant sur le gore, mais ça reste assez sobre malgré tout. Le roman alterne de nombreux points de vue, qui insufflent un dynamisme bien venu à la lecture.

Ce roman est fait pour vous si vous aimez : les thrillers psychologiques, les livres liés par l’action, les plotwists auxquels on ne s’attend pas et qu’on ne peut pas deviner… et les séries ensuite adaptées de roman !

Car j’ai vu en cherchant les images pour cette chronique qu’une série allait voir le jour sur TF1 ! Ne passez pas à côté de cette découverte avant de voir son adaptation.

Si vous voulez découvrir ce roman, il est disponible en version ebook ou poche… il suffit de cliquer !

Nous les menteurs — E. Lockhart

Nous les menteurs, E. Lockhart, Editions Gallimard, format numérique et poche, avril 2018

Nous les menteurs est un coup de cœur.  Je le dis d’entrée. J’ai lu la première ligne et je n’ai pas pu décrocher de ce roman aux milles et une couleurs. J’ai lu dans le métro et en l’attendant, dans la rue, avant que les cours ne commencent, à la pause… Heureusement que le roman n’est pas trop long, sinon je n’aurais plus eu de vie !

Mais alors, de quoi ça parle ? J’ai peur de trop en dire, et le résumé évanescent est très évocateur. Des familles riches qui se donnent rendez-vous chaque année sur une île privée. Des enfants amis, un groupe de quatre : les Menteurs. Aux secrets bien cachés, aux mensonges intrahissables. Et pourtant, il y en a eu, des trahisons. L’été dernier, quelque chose s’est produit et les quatre n’arrivent plus à se regarder dans les yeux.

De l’amour. Des amitiés. Une plongée dans la psychologie de personnages plus attachants les uns que les autres. L’amour jeune, véritable, fou. Une plume, certes particulière, mais qui a su me charmer dès les premiers mots. C’est un livre de poème, c’est une longue litanie poétique, de jolis mots pétillants qui nous permettent de nous plonger dans une source profonde d’incompréhension.

Que. S’est. Il. Passé. L’Eté. Dernier.

L’amour triomphe-t-il toujours ?

Nous les menteurs est une petite pépite, une explosion de sensations dans laquelle il faut plonger sans réfléchir. Mêlant habilement Young Adult et Thriller, E. Lockhart nous dévoile les pans d’un mystère poignant, d’une famille dont on rêverait de faire partie… mais que sommes-nous prêts à faire pour l’obtenir ?

Certains pourront critiquer le fait que le roman soit court. D’autres trouveront le plotwist un peu « gros ». Moi j’ai succombé aux charmes de cette écriture fluide, et surtout, à cette histoire d’amour qui m’a fait rêver sur les berges d’une île paradisiaque. Âmes sensibles, s’abstenir : la vie n’est pas toujours belle, les relations finissent parfois dans les flammes, et c’est ce que « Nous les menteurs » va vous prouver.

Après tout, qui n’a jamais menti à l’amour de sa vie ?

 

Vous pouvez commander ce livre sur Amazon au format numérique, ou au format poche !

La Chambre des Murmures — Dean Koontz

La Chambre des Murmures, Dean Koontz, Editions l’Archipel, février 2019, format broché et numérique

Je me suis plongée dans La Chambre des Murmures de Dean Koontz avec un peu de circonspection mais aussi beaucoup de curiosité. C’est en ouvrant le livre que j’ai réalisé qu’il s’agissait d’un tome deux… et Dean Koontz réalise la prouesse : ça ne m’a pas dérangé. Il explique très bien le résumé du premier tome, et j’ai été emportée par sa plume.

Mais alors, de quoi ça parle ? Ce roman tire un peu sur la science-fiction, et j’ai adoré ! En plus je suis une grande fane secrète des complots… et tout est réuni pour faire un cocktail explosif ! Sa plume, sans fioriture, est aidée par des chapitres très courts qui rythment la lecture.

Action, émotions, psychologie, théories… oui, c’est un très bon roman !

Je n’ai néanmoins pas eu un coup de cœur. L’intrigue est certes bien menée mais ne nous permet pas de fomenter des théories de notre côté. L’auteur nous prend par la main et nous emmène dans son monde, sans nous laisser le temps de respirer (ce qui, quelque part, est un bon point).

J’ai trouvé les personnages très humains et très touchants : Jane, qui a perdu son mari, est empreinte de tristesse mais reste un personnage fort, féminin mais caractériel, avec une intelligence rare que j’ai adoré. Les personnages masculins sont tous aussi hauts en couleurs, dont Luther, un « petit » shérif qui viendra prêter main forte à Jane.

En résumé, une très bonne lecture, mais je n’avais pas peur d’être déçue avec Dean Koontz ! Il reste un maître du thriller, qui ne déroge pas à la règle, une fois de plus. Je ne vais pas trop m’étendre sur la trame, de peur de trop vous spoiler… Mais si vous avez envie de lire un bon page turner, n’hésitez plus !

Je tiens à remercier tout particulièrement les Editions l’Archipel pour ce service presse qui m’a fait voyager l’espace de quelques heures.

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (poche ou numérique).

Le Grand Nord, tome 3 : Secrets – Sarina Bowen

Le Grand Nord - 3 - Secrets - Sarina Bowen RESUME
Le Grand Nord, tome 3 : Secrets : Sarina Bowen
~ Hugo New Romance (08/11/18) ~ Env.400 pages ~ Format numérique ~ Format broché ~

 

avis-de-marina-fond-noir

Après avoir passer d’excellents moments de lectures avec les deux premiers tomes de Le Grand Nord, je n’ai pas résisté bien longtemps avant de me plonger dans Secrets. Sarina Bowen a su me donner envie de m’installer dans le Vermont et intégrer la famille Shipley !

 

Dès la première fois que Zach a vu Lark, la jeune fille ne l’a pas laissé indifférent… Mais la meilleure amie de May n’était que de passage à la ferme des Shipley, et elle repartait aussitôt pour une mission humanitaire d’un an au Guatemala.

Quelques mois après, la nouvelle du kidnapping et de la disparition de Lark ébranle la famille Shipley… Et bouleverse Zach alors même qu’elle n’est qu’une inconnue pour lui.

Quand cette dernière est retrouvée saine et sauve, son retour dans sa famille Boston ne suffit pas à effacer l’enfer qu’elle a vécu… Atteinte de Stress Post-Traumatique, voilà quatre long mois que des cauchemars hantent ses nuits et qu’elle s’échine chaque jour à essayer de redevenir celle qu’elle était avant…

Faire la saison de la récolte des pommes semble être la solution idéale ! Le sentiment d’insécurité qui la paralyse si souvent n’aura pas sa place dans cette famille si aimante et dans la tranquillité de la ferme. De plus, le travail physique la fatiguera peut-être suffisamment pour lui permettre des nuits reposantes et sereines qui lui font tant défaut.

La présence de Lark trouble Zach plus que de raison… Mais au delà de des sensations coupables que le jeune homme ressent, il va découvrir qu’il peut soutenir quelqu’un… Lui qui a débarqué dans le Vermont, sans rien d’autres que ce sentiment de rejet verrouillé au cœur, et qui se sent tant redevable envers les autres.

 

Comme les deux premiers tomes de Le Grand Nord, Sarina Bowen signe une nouvelle romance touchante et émouvante avec Secrets. Les personnages sont tellement beaux de l’intérieur que de l’extérieur et il est impossible de ne pas les aimer.

 

J’ai pourtant un énorme regret… Celui de constater que l’intrigue est axée sur l’histoire de Lark alors que j’attendais avec impatience de découvrir celle de Zach… 

On apprend quelques uns des événements qui ont marqué l’enfance de Zach dans la secte où il est né…. tout comme on découvre dans quelle condition il l’a quitté… mais je suis restée sur ma faim sur ce sujet… Mon envie d’en savoir plus sur ce qu’il a vécu n’a pas été entièrement satisfaite.

Mis à part ce point, Secrets reste un excellent moment de lecture.

L’histoire est très bien construite, la romance est suffisamment épicée conserver mon intérêt et les héros ont cette tessiture qui permet de s’y identifier facilement.

Malgré les peurs qui paralysent Lark, on sent le feu qui couve en elle, et il n’est pas difficile de voir la jeune femme intrépide et passionnée qui couve sous la surface.

Elle essaie tant bien que mal de se libérer de ses traumatismes en prenant soin de ne pas être un poids ou une source de problèmes pour deux qu’elle aime… Elle reste forte malgré ses faiblesses et inspire beaucoup de respect.

Zach a beau être un ange tombé du ciel, il n’en reste pas moins un homme viril... Et je crois que c’est la première fois que je craque autant devant l’innocence d’un homme ! Sa patience, sa gentillesse et sa capacité à rire de lui-même le rend extrêmement attachant… Et en le regardant à travers les yeux de Lark, on tombe peu à peu amoureuse de cet homme trop beau pour être vrai.

La série Le Grand Nord s’inscrit dans un registre de romance contemporaine qui fait un bien fou… Sarina Bowen construit les histoires et les personnages avec soin pour que chaque tome nous touche en plein cœur. Rien de plus facile que de devenir fan de cette saga.

 

Note 3,5

Retrouvez ce livre sur Amazon en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (broché ou numérique)

Le Grand Nord - 3 - Secrets - Sarina Bowen BOOK  Le Grand Nord - 3 - Secrets - Sarina Bowen EPUB

La Veuve — Fiona Barton

La Veuve, Fiona Barton, Fleuve Noir Editions et Pocket, 12 janvier 2017, format numérique et broché

En tant que grande amatrice de romantic suspense et tout simplement de thriller sur fond de romance, « La Veuve » de Fiona Barton ne pouvait que me plaire. Et pourtant… je ressors de cette lecture un peu déçue.

Soyons honnête : une femme qui découvre que son mari est un assassin… s’il en est un… Le pitch est fou !

Que savons-nous vraiment de la personne qui partage notre lit ?

Mais voilà : dès le premier chapitre, j’ai senti une certaine langueur dans le texte qui n’a pas su me transporter. Je pensais que l’histoire décollerait mais ce n’est pas le cas.

Il y a plusieurs points de vue qui s’opposent : celui de Jane, celui d’une journaliste, celui d’un flic… Et plusieurs temporalités aussi : non seulement nous avons le déroulé du présent (un an après l’assassinat), mais aussi le jour même de celui-ci. Tous ces passages s’enchevêtrent et même si j’adore cette technique d’habitude, dans ce cas précis je me suis sentie plutôt tirée d’un côté à un autre sans réel but, comme si l’auteur ne savait pas par quel bout raconter l’histoire.

Alors soyons clair : la plume se lit, elle est fluide, et agréable hein, je n’ai pas passé un mauvais moment. Simplement je me suis ennuyée. J’ai passé quelques pages, et rapidement l’évidence était sous mes yeux : le suspense du livre repose sur une idée ténue, que l’on décèle bien avant la fin du livre. Le « plotwist » se révèle donc fade puisque toute l’histoire était déjà révélée au préalable.

Je n’ai pas grand-chose de plus à dire : je ne me suis pas attachée aux personnages que je trouve un peu larmoyants. Pourtant, il y a quelques chapitres bien menés, comme ce moment où les enquêteurs se font passer pour quelqu’un d’autre sur le dark web pour aller à la rencontre de pédophiles (c’est glauque dit comme ça, mais c’est le seul moment où le suspense a valu le coup à mon sens), et la manière dont l’auteur raconte comment un mariage peut se déliter sans que l’on ne s’en rende compte.

Conclusion : je n’ai pas passé un mauvais moment mais ce n’est pas une lecture que je recommande…

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (broché ou numérique).

 

Journal d’une blogueuse en Louboutin – Kay St-Georges

Résumé - Journal d'une blogueuse en louboutin - Kay St Georges.png

(29 juillet 2016) – Environ 154 pages

Avis Jenni

Au premier regard, c’est la couverture et le titre « très girly » de « Journal d’une blogueuse en Louboutin » de Kay St-Georges, qui m’ont intrigué ! Le résumé présage une comédie féminine sympathique avec du suspense… du coup, il ne m’en fallait pas plus pour me convaincre. J’ai foncé dans cette lecture qui finalement, s’est révélée être une grande déception !

Alix est assistante de direction dans une agence bancaire. Un travail dans lequel elle est amenée à côtoyer le fameux Lucas Torini, pour qui elle en pince grave. Son simple nom ou sa présence, lui font sauter les neurones.

Lucas est cadre dans la même banque qu’Alix mais dans une autre agence. Son statut le fait tourner régulièrement sur le secteur de Alix. Étant assignée à l’accueil, cette nouvelle casquette s’est révélée être une aubaine car au fil des visites à l’agence, Lucas et elle ont fini par nouer contact…

Passionnée par les chaussures, Alix tient avec sa meilleure amie Emiko, le blog « Shoemaniac » dans lequel elle s’investie à cent pour cent et y consacre tout son temps. Un site qui met en valeur par le biais de jolies photos leur passion dévorante et coûteuse pour les chaussures.

Un jour Emiko lui annonce qu’elle a croisé Aliénor Rochemont, la pire peste du collège qu’elles aient connue et qui vient d’être engagée chez Mod’Elle comme rédactrice junior… Une nouvelle qui va perturber Alix…

« Journal d’une blogueuse en Louboutin » est une chick-lit dans laquelle j’ai effectivement retrouvé tous les aspects auxquels je m’attendais… A savoir la mode, la passion pour les chaussures, ainsi que la passion et le temps investi pour tenir un blog, et les conversations entre copines… 

Alors que la plume de Kay St-Georges est fluide et légère, le récit m’est apparu ennuyant. Les longueurs – les nombreuses répétitions – les monologues larmoyants –  descriptions qui veulent dire exactement la même chose à chaque fois – ont eu pour effet de me lasser de la lecture, même si je dois admettre avoir été agréablement surprise par la morale de cette histoire, qui met un point d’honneur sur le pardon pour pouvoir avancer… 

Alix est une héroïne mignonne et pétillante. On ressent l’amour démesuré qu’elle voue à ses chaussures. C’est sa dépendance, sa drogue, et elle y prend soin avec précaution ! Très impliquée et appliquée dans son blog dans lequel, il y a de plus en plus d’annonceurs sur le site. Elle espère dans un futur proche en faire son gagne- pain. Faire face à sa pire ennemie ne sera pas une partie de plaisir. Mais Alix n’est plus la collégienne qui s’est laissée humilier par Aliénor et compte bien cette fois tenir les rênes… 

Le couple Alix/Lucas ne m’a pas fait vibrer. On se doute du cheminement que va prendre leur relation, mais lorsque arrive leur rapprochement, j’aurais préféré que l’auteure y prenne plus de temps pour décrire les scènes, en accentuant la romance et la passion, mais malheureusement tout ce qui concerne le couple est précipité et sans le moindre détail.  

Même si je n’ai pas accroché à cette histoire, je ne regrette pas pour autant cette lecture.

Note 2,5

Vous trouverez ce roman sur Amazon en cliquant sur la couverture

Dimitri – Sophie Auger

Dimitri - Sophie Auger.jpg

~ Auto-édition ~

Résumé de l'éditeur-1

Louise a la vingtaine et des rêves plein la tête. Cet été là elle en réalise un: elle obtient un stage dans le département vétérinaire de l’OMS à Genève. Elle va pouvoir quitter le cocon familial et découvrir une ville qu’elle ne connaît pas, laissant derrière elle les fantômes de son passé.

Mais la cité du bout du lac sous ses airs tranquilles et rangés, va lui réserver quelques surprises…

Accompagnée de Lena sa collègue de boulot un peu déjantée et de Zouzou sa fidèle pitbull légèrement enrobée Louise va découvrir un monde dont elle ignorait jusqu’à l’existence.

Il suffira d’une soirée pour que sa petite vie bien rangée bascule.

Une soirée et un regard.

Qui est-il, d’où vient-il que cache-t-il ?

Voilà les questions qui ne cesseront de la hanter à partir du jour où DIMITRI entrera dans sa vie.

Entre Genève et la Russie, entre mystère et action, entre amour et mensonges, découvrez une histoire d’un autre genre dont personne ne sortira indemne… Même pas vous …

Avis Marina

Même si je n’avais pas été transporté par HIM, le premier roman de Sophie Auger, je l’avais trouvé suffisamment sympathique pour m’intéresser à cette auteure. Et les avis sur « DIMITRI », son second livre, sont tellement positifs, que je m’attendais à une révélation…. Cela n’a pas été le cas…

Louise est une étudiante vétérinaire d’une vingtaine d’année. Marquée par la mort de son frère, elle entretient le lien qui la liait à lui, en lui écrivant des lettres comme on s’adresse à un journal intime.

Alors qu’elle doit effectuer un stage, sa candidature à l’OMS de Genève est retenue. Elle quitte donc Nantes pour se rendre en Suisse. Elle fait la connaissance de Léna, qui va lui faire découvrir le « vrai Genève ». Ce qui se cache derrière les lumières et les paillettes, comme les gens ayant des revenus « normaux », font pour survivre dans cette ville où tout est apparence.

Léna va embarquer Louise pour une virée « pique assiette » dans une immense propriété. Une majorité des invités sont russes… Et tous, sans exception, font partie d’un monde différent des jeunes filles. A tel point qu’elles ressentent le besoin de s’isoler et partent se promener dans le parc.

Attirée par les cris d’un oiseau, Louise se rapproche d’une volière…. Près de laquelle, un homme l’y rejoint. Il a un look différent des invités de la soirée, il est grand, blond, avec un léger accent et un regard d’un bleu hypnotisant… Louise est sous le charme… Et pourtant, il disparaît comme il est apparu… Mais, à partir de cet instant, la vie de Louise ne sera plus jamais la même…

Les ingrédients sont tous présents pour faire de cette intrigue une superbe histoire. Il y a du sexe, de la romance, de l’humour, de l’action…. L’auteure a fait un vrai travail de recherche pour écrire ce livre, détaillant des faits historiques et des paroles russes, et autres références artistiques…. Et je comprends que beaucoup ait aimé….

Et pourtant, j’ai dû me faire violence pour le terminer, n’arrivant pas à plonger dans ce livre…. Outre le fait qu’il soit truffé de fautes d’orthographe, l’histoire ne m’a pas semblé crédible une seule seconde…

Le « secret » que Louise cherche à protéger n’en est pas un…. J’ai bien aimé les personnages, mais ils ne m’ont rien fait ressentir…. Dimitri et Vadim sont trop caricaturés… Et à la limite, j’aurais plus facilement fantasmé sur un mec sombre tel que Vadim que sur un prince charmant comme Dimitri…. On avance dans l’histoire tout en devinant l’issue de chaque passage… Tout m’a paru prévisible, gâchant le suspense que l’on pouvait attendre de l’action que l’auteure a voulu insuffler à l’histoire…

Un bon livre si vous cherchez beaucoup de romance… Mais ce n’était pas une histoire pour moi….

Note 2,5

Ethan Frost, Tome 1 : Dévastée – Tracy Wolff

Ethan Frost - 1 - Dévastée - Tracy Wolff

~ Edition Milady ~ 320 pages ~

Résumé de l'éditeur-1

Ce n’est pas son insistance qui me met en colère. C’est le fait que je lui cède à chaque fois. Que je me plie à ses désirs même quand je n’en ai pas l’intention. Voir Ethan me soumettre aussi facilement à sa volonté est déconcertant. Inquiétant, même…
En plus d’être un véritable génie, Ethan Frost est l’homme dont rêvent toutes les femmes – moi la première. Et je lui appartiens. Il est entré dans ma vie comme en rêve. Il a bouleversé mon univers et comblé tous mes désirs, y compris ceux que je ne soupçonnais pas. Il a tout exigé de moi, et m’a tout donné en retour. Mais les rêves ne durent pas, et le nôtre ne fait pas exception. Parce que mes cauchemars sont trop noirs et mes blessures trop profondes. Ethan a beau vouloir me protéger, notre secret ne peut que nous séparer.

Avis Marina

La plume de Tracy Wolff m’a beaucoup plu lorsque je l’ai découverte en lisant la série Backstage. Et c’est ce qui me donnait très envie de lire le premier tome de cette nouvelle série.

Chloé a 20 ans est une nouvelle femme… Si à 15 ans, elle s’est sentie impuissante, utilisée et humiliée, elle a décidé d’enfouir tout cela et de se reconstruire une vie. Elle a laissé derrière elle ses parents et tous ceux qui l’ont maltraitée pour entamer une nouvelle vie.

Chloé entame son premier jour de stagiaire dans l’entreprise Frost. C’est la meilleure opportunité dont elle pouvait rêver pour s’assurer d’être boursière dans une grande université. L’enjeu est important, mais Chloé ne laissera plus jamais la peur la paralyser.

Quand le barman de la cafétéria essaie de la décider à boire un parfum de smoothie alors qu’elle en veut un autre, tous ses systèmes de défense se mettent en place… Plus jamais elle ne perdra le contrôle… Plus personne ne lui imposera quoique ce soit… Pas même cet homme magnifique…

Et pourtant ce dernier parvient à fêler sa carapace… Un faible fissure mais qui déstabilise complètement Chloé… C’est la première fois depuis des années que ses protections flanchent… La première fois depuis le viol qu’elle a subi qu’un homme lui fait ressentir des sensations qu’elle croyait mortes à jamais….

Quand elle découvre que ce barman habillé en serveur n’est d’autre que Ethan Frost, le grand patron, la peur l’oppresse… Elle a déjà eu à faire à ses hommes riches… Des hommes qui exigent, prennent et n’acceptent aucun refus.

Pourtant, avec douceur et patience, il va réussir à démanteler pierre par pierre la muraille qui la protégeait… Lui faisant ressentir une paix qu’elle ne connaissait pas… Lui donnant envie de vivre et non plus de simplement survivre…. Mais que sait-elle de Ethan Frost ? Cette confiance qu’elle lui a accordé ne va t-elle pas la dévaster pour de bon ?

J’ai eu du mal à trouver le revirement de situation de l’héroïne crédible, et je pressentais le rebondissement qui allait suivre. Pourtant, j’ai beaucoup aimé les héros… La force de Chloé pour se sortir d’une vie qui a tourné au cauchemar pour s’en construire une autre… Et la persévérance de Ethan pour emmener l’héroïne à lui faire confiance. C’est doux et chaud à la fois, et c’est ce qui fait de ce livre un super moment de lecture.

Ce premier tome n’est pas un coup de cœur mais suffisamment bien pour me donner très envie de connaître la suite.

3,5

Combustion – Lexa Adler

unnamed

R2SUM2

Même si Vita demeure un mystère, Abbie est certaine d’une chose : pour l’instant, les choses se passent pour le mieux entre elles… jusqu’à ce que certains fantômes du passé resurgissent et changent la donne. Quand on a été trahi une fois… est-il encore possible de pardonner et d’oublier ?

avis-helle1

*Je remercie les Editions Sharon Kena pour ce Service Presse*

Après Ladies’ Taste de Laura Trompette, je récidiviste avec la romance F/F,  Mon choix c’est porté sur Combustion la couverture m’ayant intrigué. Cependant, il s’est avéré à la fin de ma lecture, que c’est un second épisode, après une petite recherche j’ai vu que le premier s’appelé Fusion.  Cela n’a pas beaucoup perturbé ma lecture mais j’irai lire le premier épisode car le début de cette histoire m’intrigue beaucoup et je sens que j’ai manqué certaines choses.

Abbie est en couple avec Vita mais elles doivent garder leur relation secrète chose pas très facile pour toutes les deux. D’un autre côté Vita voit son ex revenir dans sa vie, ils sont maintenant collègue dans le même lycée alors que la blessure de sa trahison est toujours présente, pour ne rien arranger elle découvre qu’ elle a fait l’objet d’un paris entre Abbie et ses copines.

Leur relation va t’elle survive ? Parviendra t-elle a pardonner Abbie ?

Une histoire très intéressante, toute en légèreté et captivante sans compter la fin qui donne envie de se jeter sur le prochain épisode, l’histoire d’Abbie et de Vita m’intéresse et j’aimerai savoir  ou cela va mener.