Elle et Moi, Tome 1 – Natasha Knight & A. Zavarelli

Elle et Moi, Tome 1 – Natasha Knight & A. Zavarelli ¤ autoéditions (aout 2020) ¤ 257 pages

C’est la première fois que je lis un livre de ces deux auteures. Et ça faisait un petit moment que je n’avais pas lu de « dark romance », j’étais donc impatiente de découvrir cette histoire.

Bon en terme de « Dark Romance”.. On repassera tout de même. Je vois ce récit plus dans la tranche « romantic suspense » que « Dark Romance ».

Ok l’héroïne a eu une enfance de merde, le mec fait partie de la mafia russe et il y a quelques scènes sensibles mais.. rien de vraiment détaillés et de réellement sombres pour que ce soit vraiment considérée comme une dark romance. 

Bien sûr, tout n’est pas rose et tout beau dans ce roman. 

Kat, l’heroine, va se retrouver malgré elle sur le chemin de la Mafia.. et qui dit mafia dit forcément magouilles et 0 cas de consciences pour ses membres !

Lev fait partie de la mafia, il est.. ambivalent. Il souffle le chaud et le froid, il est aussi un peu trop autoritaire sur les bords. Mais (beaucoup) trop vite, il va tomber sous le charme de Kat… Ca gache un peu le côté “mafieux”, “dangeureux”..  Pour autant, j’ai tout de même bien aimé ce personnage et la droiture qu’il a gardé malgré son appartenance à la mafia. Il va tout faire pour protéger Kat et Josh. (D’ailleurs pour Josh, c’est bien dommage que le résumé en dise trop à son sujet..)

Même si les sentiments s’installent rapidement, et que la relation entre Kat et Lev n’est pas des plus romantiques, j’ai tout de même bien aimé ces deux là. Ils sont attachants, et Josh apporte une certaines mignonnerie à ce duo.

Si les plumes des deux auteures restent agréable à lire, ce premier tome n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais. J’aurais voulu de la noirceur et de la profondeur. De la violence et des émotions qui coupent le soufflent..

Malheureusement, c’est trop gentillet pour être classé en “Dark Romance” ! 

Malgré tout, c’est un livre qui se lit assez rapidement. Le récit est rythmé de quelques rebondissements et l’alternance des points de vue apportent un certain dynamisme. Je pense que je lirai le second tome car la fin est assez brutale.

Je remercie Laure Valentin pour ce Service Presse

Note : 3.5 sur 5.

Bad Girl, Sexy Boy – Elizabeth O’Roark

Vous aimerez cette romance si vous aimez : les jeux du chat et de la souris, les interdits (Will est son coach !), les slow burns (car ils ne se mettent pas tout de suite ensemble) et les romantic suspense.

Les Tentatrices - Résumé WP (1)

Je ne suis pas une grande fane de romance de base. Et puis, le résumé, l’ambiance, la couverture… tout m’a convaincu de plonger dans cet univers. Et je peux vous dire que je ne regrette pas du tout !

107538761_309873076833343_864522563700080272_nBad Girl, Sexy Boy c’est avant tout l’histoire de deux âmes écorchées vives qui vont se rencontrer. Olivia, une coureuse née, qui n’arrive plus à mettre un pied devant l’autre.

Virée de son université pour avoir tabassé à coups de batte de base-ball un mec, elle perd sa bourse et ses résultats sportifs dégringolent. Que lui arrive-t-il ? Pourquoi n’arrive-t-elle pas à garder d’excellents résultats ?

Elle est propulsée dans l’école et donc dans l’équipe d’un certain Will, un coach qui n’a aucune envie d’être là mais qui aime son équipe et qui lui souhaite le meilleur.

Le directeur de l’école voit en l’arrivée d’Olivia la possibilité pour eux, enfin, d’obtenir de meilleurs scores et d’atteindre, pourquoi pas, les régionales.

Mais voilà. Olivia rencontre Will. Will rencontre Olivia. Ils se détestent. Ils s’intriguent. Ils se dévoilent. C’est leur duo qui va rythmer le texte, déterrer les secrets, les uns après les autres, pour comprendre pourquoi Will est si renfrogné, pourquoi Olivia est si violente.

107603230_327761194885361_3364131604167927450_n

Parce qu’Olivia est violente, punaise ! J’ai cru que je n’accrocherais pas au début du roman à cause de son caractère.

Il faut aimer les héroïnes dures à cuire et parfois très tranchantes et cyniques. Pourtant, au fil des pages, elle a su me convaincre. Cette violence a une raison, une origine.

Son incapacité à garder un bon rythme sur les courses est lié à ce qui anime ses nuits : des crises de somnambulisme terrible.

Si Will veut obtenir de bons résultats, il va devoir la veiller, toute la nuit… Et de ces moments nocturnes va naître une attirance indéfectible.

J’ai adoré ma lecture. La plume de l’auteure est tantôt piquante, tantôt poétique. J’ai trouvé leurs échanges parfaits, leurs moments tous les deux très intenses.

Je me suis laissée prendre au jeu, ai aimé tomber amoureuse de Will.

Et qu’est-ce que je l’ai aimé ! Protecteur, jaloux, passionné… Lui aussi cache de grosses cicatrices de son passé.

Il y a une alternance de chapitres courts, qui donnent une lecture tonique. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et chaque fois que je refermais le livre, c’était pour avoir envie de poursuivre rien qu’un chapitre de plus…

Pour conclure, vous aimerez cette romance si vous aimez : les jeux du chat et de la souris, les interdits (Will est son coach !), les slow burns (car ils ne se mettent pas tout de suite ensemble) et les romantic suspense.

Car j’ai beaucoup aimé cette dimension thriller du roman. Que s’est-il passé pour Olivia pour qu’elle ne puisse plus trouver le sommeil ? Est-ce que Will réussira à l’aider, alors qu’elle refuse de se montrer « faible » ?

Je remercie chaudement HQN pour ce service presse à la hauteur de mes espérances. ♥

Note 4,5LOGO LES TENTATRICES Service Presse - Fond Blanc - lectrice noire Version 2

A Double Tranchant, Manipulations, Tome 1 – Feryel

Feryel sait y faire pour nous rendre addict à la flamme qui brûle entre Claire et Antonio, quitte à ce que le lecteur soit un peu frustré dans ce premier tome, car on aimerait voir leur passion exploser. Mais je suis certaine que cette première partie lui permet d’asseoir sa trame pour nous laisser entrevoir la suite. Le suspens est à son comble, les rebondissement affluent. On ne s’ennuie pas une seule seconde !

Image résumé
Black Ink éditions ( Octobre 2019) – Format Numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions Black Ink pour ce service presse.

Absolument fan de Romantic Suspens, je suis ravie de me plonger dans « À double Tranchant, Manipulations », tout en découvrant la plume de Feryel.

Claire Stevens s’est d’abord dirigée vers des études de droit. Puis finalement, l’envie d’être sur le terrain a été plus forte que tout et elle a décidé d’orienter sa carrière professionnelle dans la police. Claire a intégré la brigade de LAPD (Police de Los Angeles). Au sein de l’équipe c’est une « bleue », elle est, notamment, cantonnée à la gestion de tâches administratives basiques et à la préparation du café de son coéquipier, Barnes. Elle brûle d’envie d’aller sur le terrain, de se confronter à la réalité, Claire en a besoin.

Coté cœur, la jeune femme au passé perturbé, est en couple avec Eddie Cruz depuis 3 ans. Lui aussi est flic, à la brigade criminelle. Très protecteur avec celle qu’il aime, il est ravi de savoir que Claire ne va pas sur le terrain. Pourtant, un soir son coéquipier va lui proposer de l’accompagner en patrouille sur les docks, Claire ne se doute pas un seul instant que sa vie va changer du tout au tout, lorsque Barnes va être assassiné, ayant surpris une transaction de trafic de drogue. Claire, elle, va être sauvée de justesse, par un mystérieux inconnu.

A la suite de cette nuit troublée, Claire va être la cible de menaces sérieuses. Lorsque son appartement va être incendiée, Eddie va lui proposer d’emménager chez sa mère. La jeune femme va accepter et va faire la connaissance du demi-frère d’Eddie, Antonio, personnage aussi beau gosse que désinvolte…Parallèlement, la DEA (service de police fédéral américain pour lutter contre le trafic de drogue) va lui proposer une mission d’infiltration à hauts risques.

Je vous préviens vous n’allez pas vous ennuyer une seule seconde avec ce premier tome ! L’auteure tisse sa toile, brouille les pistes avec une trame très dense, riche en personnages et informations. En lisant ce livre, je me suis dit mais «  qui manipule qui ? ». Parce qu’il s’agit bien de cela ici, un véritable jeu de dupes dans un milieu de pouvoir et d’argent sale : celui des cartels de narcotrafiquants.

Entre le Mexique et Los Angeles, les personnages vont être mis à rude épreuve. Claire est une femme attachante et déterminée. Son passé l’a marquée à vie, la lutte contre la drogue est devenu un combat personnel. Elle va tout faire pour comprendre ce qui se trame et surtout ce qui se cache derrière le meurtre de son coéquipier. La belle se met clairement en danger pour sa mission, la jeune femme serait-elle une tête brûlée ? En tous les cas, Claire croit profondément en l’impartialité de la police et au rôle de celle-ci pour déjouer les plans machiavéliques des narcotrafiquants…Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle n’est pas au bout de ses peines…

Au-delà du fait que Feryel nous entraîne à corps perdus dans cette enquête aux ramifications insoupçonnées, elle tricote aussi une relation passionnante et passionnée entre Claire et Antonio. Aaah le bel Antonio !!! Un personnage complexe, qui ne parait pas être celui qu’il est en réalité, à moins que ce ne soit le contraire… Antonio est vu comme un « je-m’en-foutiste » par Eddie, qui ne vivrait que pour la bagatelle et le plaisir…

Mais c’est en réalité, un véritable caméléon qui excelle dans l’art de la manipulation. Claire est tout autant intriguée qu’attirée par ce beau gosse. Il est habité par une véritable dualité. Ces deux personnages se ressemblent malgré tout, de part leur enfance tourmentée.

Claire semble perdue entre Eddie et Antonio. Si au niveau professionnel, elle est sûre d’elle-même, elle a du mal à écouter son cœur et le désir qui bouleverse son corps. Feryel sait y faire pour nous rendre addict à la flamme qui brûle entre Claire et Antonio, quitte à ce que le lecteur soit un peu frustré dans ce premier tome, car on aimerait voir leur passion exploser. Mais je suis certaine que cette première partie lui permet d’asseoir sa trame pour nous laisser entrevoir la suite. Le suspens est à son comble, les rebondissement affluent. Comme je vous le disais précédemment : on ne s’ennuie pas une seule seconde !

>Je suis ravie d’avoir eu la chance d’enchaîner les 2 tomes d’affilée, car la fin du premier tome s’achève sur un cliffhanger de dingue !!! Accrochez-vous…Vous retrouverez mon avis sur l’opus suivant : «A double tranchant, Révélations » sur le blog, jeudi soir.

« Il dévore ma conscience, mordille ma lucidité, mon cœur explose et mon souffle se brise dans cette étreinte au goût d’interdit. »

Claire.

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

 

COUV NUM

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2

Esme Tome 2 – Farah Anah

Valou: « Là où l’auteure fait très fort, c’est qu’elle a réussi un joli tour de passe passe. Si dans le premier opus, Esme encaisse, se bat, tombe, et se relève, dans le second tome elle se rebelle et attaque. Esme n’est plus une victime, elle est devenue une guerrière. Le moins qu’on puisse dire, est qu’autant Esme, qu’Abain, ces personnages se démarquent par leur incroyable intelligence pour survivre, coûte que coûte. »
Julie: « J’ai aimé que tout se tienne jusqu’à la fin avec logique, discernement par rapport à cet amour passionné, passionnel, dévorant. J’ai peu lu de romances avec une telle intensité dans les sentiments, avec des personnages aussi déterminés pour l’autre, avec telle abnégation, que j’apprécie d’en découvrir de nouvelles et de me laisser surprendre. Farah Anah a réussi à me retourner les tripes avec cette histoire, par tout cet amour mais aussi par la cruauté et la perversion des êtres avides de pouvoir. « 

Esme Tome 2 – Farah Anah – Editions Balck Ink – Version Numérique – Version Broché ( A venir) – Sortie le 04/11/2019

Nous remercions les Editions Black Ink pour ce Service de Presse. (Que nous attendions tant !)

Je ne pouvais pas attendre davantage. Aussitôt reçu, aussitôt lu. Je voulais comprendre. Je voulais savoir ce qui avait poussé Abain à agir ainsi, car pour moi il avait forcément eu de bonnes raisons pour avoir été obligé de faire autant de peine à la femme de sa vie.

Esme. J’avais hâte aussi de la retrouver et de voir sa réaction face à l’arrestation de son amour perdu.

Farah commence avec le point de vue d’Abain, puis alterne avec celui d’Esme. Cela permet de tout de suite nous captiver. J’ai aimé entrer dans la tête d’Abain et lire dans quel pétrin il s’est mis. Sa souffrance est palpable, alors qu’il ne laisse rien transparaître, pourtant en lui ça bout, ça frémit, à deux doigts d’exploser. Son manque d’Esme est invivable, il essaye de vivre avec, de la protéger du mieux qu’il peut, sans pouvoir y arriver. Il se bat lui aussi, quitte à ne plus jamais pouvoir serrer Esme dans ses bras. S’en est bouleversant.

L’heure des explications a sonné. Assez vite l’auteure va organiser la confrontation de nos amants déchus. Larmes et colère seront de mise, mais une forme de soulagement va apparaître chez Esme, comme une sorte d’apaisement de pouvoir enfin comprendre les mensonges d’Abain.

L’amour sera-t-il plus fort que toutes ces années de souffrance ? Esme pourra-t-elle pardonner Abain ? Au fil des pages, Farah nous donne la réponse à ces interrogations. Rien ne déroge à l’intensité qui unit ces deux là. Ils sont faits l’un pour l’autre que voulez-vous. Abain le dira d’ailleurs, il aime Esme plus que tout, mal sûrement mais il l’aime. Le voilà maintenant en prison, sans savoir quand il pourra sortir…

Là où l’auteure fait très fort, c’est qu’elle a réussi un joli tour de passe passe. Si dans le premier opus, Esme encaisse, se bat, tombe, et se relève, dans le second tome elle se rebelle et attaque. Esme n’est plus une victime, elle est devenue une guerrière. Une femme qui se bat avec tant de force, dont les raisons nous seront révélées plus tard dans le récit. Elle prend son destin en main et les armes en poche. Elle va aller loin, très loin, mais elle n’a plus rien à perdre, elle ne subit plus. Le moins qu’on puisse dire, est qu’autant Esme, qu’Abain, ces personnages se démarquent par leur incroyable intelligence pour survivre, coûte que coûte.

Il y aura aussi des retrouvailles: magnifiques et violentes. L’amour et la sensualité qui émanent de ces deux-là, sont magiques, de toute beauté! Les scènes érotiques sont magistrales, à l’image de la puissance de leurs sentiments: uniques: de vraies tornades ! La manière dont ils font l’amour est sauvage, parfois brutale, mais jamais dénuée d’amour. A mon sens, ces moments d’intensité charnelle sont un plus présents par rapport au premier tome, où Farah alternait son récit entre l’ installation de leur relation et leur « guerre froide ».

Je confirme mon méga crush littéraire pour Abain, qui m’a définitivement conquise avec cette suite. Le Black Boy de l’année? A ce jour c’est sans conteste pour moi. 

Les personnages secondaires sont vraiment bien travaillés. Ils apportent une autre dimension à la trame. Je ne peux pas m’empêcher d’avoir une pensée peinée pour Molly. Véritable dommage collatéral de cette histoire, comme le dira Abain. Mon dieu ce que cette femme a du souffrir. Rien à voir avec le niveau de souffrance atteint par Esme bien sûr, mais Molly se retrouve, malgré tout, comme le dindon de la farce…

Même si j’ai une légère préférence pour le tome 1, tellement bouleversant, j’ai kiffé cette suite. Elle est plus rythmée, les rebondissements s’enchaînent. Qui manipule qui ? L’auteure ne va pas ménager votre palpitant, ni vos émotions, car vous connaîtrez la réponse à cette question, qu’à la fin de cette duologie.

Mon cœur a définitivement battu plus fort pour ce roman, un coup de cœur magistral de fin d’année. Je ne suis pas la seule à la penser, mais bravo Farah pour cette magnifique romantic suspens, s’il faut la catégoriser. De l’intensité, du drama savamment dosé, des personnages si puissants et une trame orchestrée de mains de maîtres : il ne pouvait donc pas en être autrement : coup de cœur!!! Le dernier chapitre avant l’épilogue est un beau clin d’oeil, j’ai trouvé cela touchant et émouvant.

 

Pour terminer ces quelques mots, je vais laisser la parole à Abain, criant de vérité, qui illustre en tout point la façon dont il aime Esme, indéniablement:

«J’ai besoin d’elle,comme elle a besoin de moi. Pour jouir. Pour Vivre. »

Abain.

 

Ce second opus est une partie de la version d’Abain au passé et au présent sur sa relation avec Esme.

Il est tombé avant elle dans ses travers et retombera un peu plus pour elle, pour la rendre heureuse et la délivrer. Mais finalement ne l’entraînera-t-il pas avec lui du côté sombre ?

La part d’ombre d’Esme rend Abain encore plus possessif, ayant un besoin irrépressible de la posséder de toute son âme, pour avoir l’impression de l’avoir complètement à lui, malgré les aspects qui lui échappent.

C’est un amour dévorant qui habite Abain, presque malsain. Malheureusement, Il a suffi de mauvaises rencontres, de décisions pour vivre l’enfer et faire plonger son amour avec lui, ou alors une mauvaise fée s’est penchée sur le berceau d’Esme… Pourquoi cet amour maudit attise autant de malchance, de jalousies, seront-ils un jour en paix ? Avec eux-mêmes, c’est compliqué, ensemble, je n’en vois pas la possibilité…

Farah Anah nous livre une suite tout aussi addictive que l’était le premier tome. Les situations s’inversent, se compliquent, deviennent inextricables. J’en viens à me demander comment il est possible d’infliger autant de choses à ses héros, tu es cruelle avec eux Farah, mais c’est tellement bien écrit que je t’excuse car pauvres Esme et Abain. Je suis toujours dans la « team Esme » me disant qu’Abain a sacrément « merdé » (pardon pour cette expression, mais elle est tellement appropriée), malgré les circonstances. Quand on pense qu’ils ont touché le fond, ils ne pourront pas voir pire, et bien l’auteure arrive à nous surprendre encore !

C’est plus qu’une battante, qui se relève, avance avec un objectif, qui force le respect pour ce personnage qu’est Esme, comme elle le dit : « Abain n’a jamais été un composant de mon monde, il est mon monde », et elle sera sa guerrière, prenant les rênes de sa vie.

Je pense qu’il vaut mieux lire ces deux tomes quasiment à la suite ou avec peu de temps entre, car tous les détails, les personnages ont leur importance et ils sont nombreux. C’est une histoire dense, captivante, qui vous poursuit même lorsque vous refermer votre livre.

Les souffrances façonnent chacun des personnages, mettant leur amour à l’épreuve et pourtant il est d’une rare puissance, malgré le temps, les mensonges, les secrets, les embûches. Il est d’une telle force qu’il ne garantit pas de finir heureux. Il a un côté merveilleux par sa profondeur mais il effraie par sa propension à être dévastateur.

Cette citation du livre le résume tellement bien : « Pourquoi une notion aussi belle que l’amour doit-elle être aspergée de laideur, maculée de tant de sang ? ».

A force de protéger l’autre, ils se sont perdus, ont fait les mauvais choix, ou pas …

La construction du second tome est en miroir avec les événements vus et vécus par Abain pour une partie mais également par Esme. Ce qui fait que beaucoup de choses s’expliquent doivent l’être, malgré la douleur qu’elles infligent ou le soulagement.

J’ai aimé que tout se tienne jusqu’à la fin avec logique, discernement par rapport à cet amour passionné, passionnel, dévorant. J’ai peu lu de romances avec une telle intensité dans les sentiments, avec des personnages aussi déterminés pour l’autre, avec telle abnégation, que j’apprécie d’en découvrir de nouvelles et de me laisser surprendre.

Farah Anah a réussi à me retourner les tripes avec cette histoire, par tout cet amour mais aussi par la cruauté et la perversion des êtres avides de pouvoir. Avec ce second tome, elle réussit aussi bien que le premier, voire plus, ce qui n’est jamais aisé, car les attentes sont nombreuses et la pression plus grande. Esme fut le théâtre de beaucoup de discussions avec Valou, nullement sur un désaccord (sauf pour Abain : elle le défendrait jusqu’en enfer !!!) mais plutôt sur tout ce qu’on a aimé et pourquoi, à quel moment.

J’en arrive au point où les mots me manquent pour décrire mon ressenti suite à cette lecture. Mais en faut-il encore, je ne suis pas sure, si un petit dernier (qui n’en ai pas qu’un bien sûr !) pour la route : j’ai adoré ce diptyque dans sa globalité, c’est pourquoi je décerne à Esme (tome 1 et 2) un gros coup <3 , avec une préférence pour le second livre car Esme se révèle et un Abain tombe le masque !


Vous pouvez commander ce livre sur Amazon en cliquant sur la couverture :

 

Love After Dark – G.H. David

May et David c’est l’histoire d’un amour fulgurent, obsessionnel et fusionnel. Lorsqu’ils sont séparés ils sont capables d’autodestruction, lorsqu’ils sont ensemble ils font preuve d’un amour dévorant. Voilà ce que j’ai aimé dans ce livre. G.H David n’a pas son pareil pour trouver les mots justes pour décrire cette histoire d’amour épique.

Image résumé
City Edtions – Eden Collection (Août 2019) – Format numériqueFormat Broché

Avis de Valou

Je remercie des éditions City et plus particulièrement la collection EDEN pour ce service presse.

C’est une première !! Je n’avais jamais eu l’occasion de chroniquer un livre écrit par G.H. David. Le synopsis de « Love After Dark » m’a tout de suite plu, j’avais vraiment hâte de découvrir ce qui se cachait derrière cette sombre couverture.

Intensité et densité. Voilà les maîtres mots de ce roman. Dès le début l’auteure pose les jalons de sa trame avec le personnage de David, dit « Le Baron », entrepreneur le jour et braqueur la nuit. C’est un homme fort, il en impose, il ne laisse rien au hasard, tout est recherché chez lui, même sa tenue est toujours finement étudiée. Sa rencontre avec Mahira « May » va le bouleverser. Il suffira d’une danse, d’un regard pour qu’il se sente fondre pour cette femme aussi belle que mystérieuse. Ils vont mettre du temps avant de se revoir, et lorsqu’ils vont enfin se retrouver, ils vont laisser libre court à leur passion, intense, dévorante, de celles qui balayent tout sur le passage. Mais Le Baron mène une vie secrète dangereuse qui pourrait compromettre gravement la sécurité de la belle May.

May et David c’est l’histoire d’un amour fulgurent, obsessionnel et fusionnel. Lorsqu’ils sont séparés ils sont capables d’autodestruction, lorsqu’ils sont ensemble ils font preuve d’un amour dévorant. Voilà ce que j’ai aimé dans ce livre. G.H David n’a pas son pareil pour trouver les mots justes pour décrire cette histoire d’amour épique.

On sent que l’auteure travaille la psychologie de ses personnages avec beaucoup de minutie. David gère sa relation avec May comme il gère ses affaires. Sans concession, il va droit au but. Si ça ne fonctionne pas comme il veut, il devient fou et envoie tout valser, quitte à prendre de gros risques.

Mahira est étonnante. Elle a des ressources inattendues et se révèle de chapitres en chapitres. J’ai adoré l’évolution de son personnage. De femme fragilisée par cet amour brûlant, elle s’affirme pour devenir une femme forte qui n’a peur de rien : l’alter ego de David en tout point. C’est un sacré personnage, auquel je décerne une mention spéciale, tant il m’a plu.

A travers May, G.H. David délivre un très beau message, en ces temps troublés, où les médias passent leur temps à opposer l’homme et la femme, alors qu’ils peuvent se compléter au lieu de s’affronter. Une femme n’a pas besoin de l’amour de son homme pour exister en tant que telle, elle n’est pas dépendante de lui, loin de là.  Mais l’amour la sublime et lui donne la force nécessaire pour se surpasser.

En ce qui concerne la trame, j’ai adoré le début de l’histoire et kiffé la fin absolument magistrale ! Entre les deux, il y a de nombreuses ramifications dans l’intrigue, il faut bien suivre sa lecture pour ne pas être perdu. Le texte est dense, les rebondissements nombreux, tout comme le nombre de personnages.  Ce roman n’est pas qu’une histoire d’amour. Certes l’histoire de David et May est le fil rouge de la trame, mais le côté suspens/thriller du récit est largement exploité par l’auteure. La lecture est néanmoins agréable, servie par une plume affûtée dont le talent n’est plus à prouver.

Le petit plus que j’aime trouver dans les romans que je lis, c’est une playlist sélectionnée par l’auteure. Cela donne une toute autre dimension à la lecture. G.H. David a sélectionné des sons sombres, mélancoliques et enivrants à l’image de son roman.

« Deux âmes n’ont pas besoin de se toucher pour comprendre qu’elles s’appartiennent »

Lowell à Mahira.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique ou broché sur Amazon:

COUV NUM

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2

La peur sans mémoire – Lori Foster

La peur sans mémoire – Lori Foster – Edition Harlequin – Version BrochéVersion Numérique – Sortie le /09/2019

Je remercie les Editions Harlequin pour ce Service de Presse.

La peur sans mémoire est un croisement entre une romantic suspense et une New Adult.

Alani, désigner d’intérieur vient de vivre une nuit passionnée avec Jackson, l’un des associés de son frère, Trace. Mais lorsque Jackson se réveille malade, et ayant oublié toute cette nuit à cause d’un empoisonnement, c’est le drame et l’incompréhension, l’humiliation pour Alani. Elle qui s’est abandonné aux bras d’un homme pour la première fois depuis son enlèvement, il y a deux ans.

Jackson sait qu’il y a danger cela fait partie de son métier mais, il veut comprendre ce qui lui est arrivé, comment c’est possible, qui lui a fait ça ? dans quel but ? Mais également s’expliquer avec Alani. Comment protéger la femme pour qui ont à des sentiments ?

Les rebondissements s’enchaînent sans cesse, tout comme les moments torrides, avec une menace qui se fait de plus en plus présente et oppressante.

La situation de départ est intéressante et troublante puisque le lecteur est plongé dans l’action, sans avoir toutes les cartes en main, il va les découvrir au fur et à mesure de l’histoire. Petit à petit, on recoupe les informations, entre deux réconciliations, scènes charnelles, explications professionnelles, le décor se met en place…

J’ai apprécié que l’on est des points de vue externe sans savoir qui parle. Le suspense augmente avec cet inconnu, sans savoir si c’est le même personnage qui s’exprime, et si ce sont des ennemis ou pas.

En revanche le côté un peu trop homme insatiable, qui a besoin de l’exutoire sexuel, pour faire redescendre la pression est un peu exagéré à mon sens.

J’ai eu un peu de mal aussi avec le côté « surhumain » d’Alani. Elle connaît vaguement les activités de son frère et suite à l’enlèvement qu’elle a vécu. Pourtant, je la trouve bien stoïque, faisant preuve d’un trop grand sang-froid face à tout ce qui leur arrive. Elle ne cesse d’encaisser la moindre attaque sans quasiment broncher, ou paniquer, j’ai trouvé que cet aspect  lui enlevait de la crédibilité.

Le fer de lance de ce livre est la traite des femmes dont certaines organisations en font encore leur commerce. Tous ces personnages principaux, comme secondaires ont un point commun avec ce sujet et le combattent avec énergie.

Si l’intrigue est bien amenée, elle se perd à un moment vers la fin, un peu trop d’informations se recoupent au même moment.

Je n’ai pas été complètement embarquée dans cette histoire malgré un potentiel de départ très intéressant et un style assez agréable à lire. Le couple a du mal à se trouver et s’épanouir, par manque d’expérience amoureuse, à cause de toutes les agressions qu’ils subissent, mais aussi par les difficultés à communiquer leurs sentiments, ce qui m’a empêché d’adhérer pleinement à leur relation.

 

Vous pouvez commander ce livre sur Amazon en cliquant sur la couverture qui vous convient :

Deep & Dark – Sophie S. Pierucci

Sophie S. Pierucci nous entraîne dans une folle aventure avec ‘Deep & Dark’ ! Un roman axé principalement sur l’aspect cérébral de ses personnages où il sera nécessaire de voir au-delà de la relation sentimentale, pour comprendre leurs comportements et agissements.

La plume de Sophie Pierucci fait une fois de plus mouche, son histoire étonnante est bien ficelée, avec des personnages et une intrigue extrêmement réfléchie, bien travaillés.

Deep & Dark – Sophie S.Pierucci
Editions Addictives ~ Collection Luv ~ Août 2019 ~ Env. 570 pages
Format numérique

Nous remercions les éditions Addictives pour ce Service de Presse.


Sophie S. Pierucci nous entraîne dans une folle aventure avec ‘Deep & Dark’ ! Un roman axé principalement sur l’aspect cérébral de ses personnages où il sera nécessaire de voir au-delà de la relation sentimentale, pour comprendre leurs comportements et agissements.

 

Leia a toujours dirigé sa vie comme elle l’entendait. Aucun choix, aucun doute, tout ce qu’elle veut, elle l’obtient sans le moindre effort et sans réelles difficultés à surmonter. Elle a eu une enfance parfaite avec toujours des réussites tout en restant dans le contrôle pour millimétrer sa vie sans se perdre en cours de route pour rester concentrer sur ses projets. Et cela peu importe le domaine. Mais comme on dit, toutes les bonnes choses ont une fin… car depuis quelques mois elle est en cavale et vit un véritable calvaire au quotidien. Tout s’est écroulé radicalement lorsqu’elle a tout laissé pour s’échapper… depuis elle doit vivre pour survivre et ne peut compter que sur elle-même. Leia n’est plus la même jeune femme, car elle est aujourd’hui Lana… Pourra-t-elle retrouver un semblant de vie normale ? Continuera-t-elle d’être traquée et persécutée ? Que fuit-elle ? Qu’a-t-elle subi pour vivre dans la peur, la solitude et l’angoisse ?

Puis nous voilà plongé ensuite trois années plus tard avec l’intervention d’un mystérieux « Inconnu »…

L’échec il ne connaît pas. Il a des consignes à respecter et une mission à réaliser. Tout est paramétré, planifié et orchestré à la perfection. Son affaire est Leia Taylor ou Lana Smith sa nouvelle identité… A-t-elle changé en trois ans de cavale ? Une chose est sure, ce dernier point déterminera sa façon à lui de l’approcher et de la capturer… Cet homme est son passé. Il est ce qu’elle a tenté de fuir et d’oublier…

 

J’ai attaqué la lecture pleine de curiosité et mon intérêt n’a cessé de croître. L’histoire est intéressante, intelligente et donne à réfléchir.

Entre Lana et son ravisseur Jack rien ne se passera comme prévu… Du moins pas en surface. Lana est parvenue à renverser la situation en retenant captif son agresseur… Atteint d’une commotion cérébrale il est à présent amnésique et semble avoir tout oublié de sa mission … Bluff ou manipulation ? Devient-il inoffensif ou reste-t-il une arme redoutable et cruelle ?

Peut-elle baisser la garde ? Pas vraiment car sa conscience lui rappelle inlassablement qu’elle ne doit pas lui faire confiance. Mais comment ne pas flancher et rester hermétique à son regard lorsqu’il la regarde comme si elle était la huitième merveille du monde ? Son mantra « je ne suis pas une meurtrière – il n’est pas un gentil » lui permettra de rester lucide car malgré tout il transpire la cruauté et la malveillance… (et aussi la sexytude ! ^^) Il n’a plus la notion de ce qu’il est, de ce qu’il a été et de ce qu’il a vécu. Mais pour combien de temps ?

On frissonne, on sourit, on a peur, on est séduit, tout un tas de contradictions au fil des pages qui nous emprisonne dans des bouleversements à vous faire perdre la tête. Sophie S. Pierucci est vraiment très douée avec ses mots car à la lire on ressent un mélange d’excitation liée à la crainte puisque Jack va nous torturer l’esprit, nous terrifier autant qu’il nous fera envie. De nombreux rebondissements vont venir s’entrechoquer pour revoir et changer le plan d’action prédéfini. Rien ne peut se préparer à l’avance. Jack et Lana vont s’apprivoiser d’une certaine manière sans baisser la garde pour élaborer d’autres stratagèmes et s’adapter aux derniers événements. On est fasciné par les traits de l’héroïne à s’accrocher, à se battre et à ne plus être seule. Et on est totalement subjugué par la personnalité bien complexe et bien tiraillée, avec différentes facettes du fameux Jack que l’auteure décortique avec une âme déconcertante pour les faire se rapprocher de la rédemption… Ou pas !

C’est intéressant d’apprendre à les déchiffrer pour les cerner comme ce n’est pas permis ! Ce jack a eu toute mon attention, on subit et supporte son côté sombre, mystérieux et antipathique qui va se fêler à certains endroits sans pour autant devenir un autre versant ! Cet homme aux multiples facettes est difficile à suivre et même parfois à comprendre (et reste même incompréhensible par moment) mais ce sont ces traits-là qui font chez lui tout son charme parce que plus on en apprend sur lui plus il nous magnétise !

La fin me laisse impatiente d’une suite…

Note 4,5 logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2


Deep & Dark est une romantique suspense surprenante qui ne vous laissera pas indifférent.

Lana Taylor vit depuis trois ans à Keystone, depuis qu’elle s’est enfuie de Los Angeles, qu’elle a laissé sa carrière de jeune interne en médecine derrière elle, sans un mot. Sa vie a repris un cours quasi normal, elle est serveuse, jusqu’à l’arrivée de Jack Harrington qui va faire voler en éclat son présent et son infime sentiment de sécurité. Il est là pour elle, sauf qu’il n’avait pas prévu une chose, Rebel, le chien, et une armoire branlante. Du coup, au lieu de mener à bien sa mission, ramener le colis (Lana ) à Los Angeles, il se retrouve amnésique et soigné par sa cible.

Est-il vraiment amnésique ? Que faire de lui ? Est-elle encore en sécurité ? Jusqu’à quand ?

La plume de Sophie Pierucci fait une fois de plus mouche, son histoire étonnante est bien ficelée, avec des personnages et une intrigue extrêmement réfléchie, bien travaillés.

C’est une histoire très dense où les personnages sont très cérébraux ce qui le rend le récit prédominant par rapport au dialogue. Lana et Jack ne parlent que lorsque c’est nécessaire, ils vont à l’essentiel ou alors essaient de comprendre l’autre.

L’intrigue prend, joue son rôle pour happer le lecteur car les personnages taciturnes, secrets ne sont pas des plus attachants, au départ.

Jack a plusieurs personnalités, calculateur, froid, détaché de toute empathie et sentiment, ou avec son amnésie, plus empreint à l’écoute de l’autre et des sentiments qu’il découvre. C’est un fin observateur, analyste, extrêmement intelligent, qui apprendra beaucoup à Lana.

Quant à elle, c’est un être doté également d’une grande intelligence, farouche, qui se protège, se méfie, qui va énormément avancer, se révéler, apprendre de ses erreurs passées au côté de Jack. Elle se pose beaucoup de questions sur la moralité, sur les limites atteindre pour protéger ce qu’on aime.

C’est un duo auquel j’ai vraiment eu du mal à m’attacher car leurs caractéristiques font qu’ils n’ont rien d’attachant. Si certains sentiments dominent, la colère, la méfiance, la peur, il n’empêche que leur situation exacerbe leur intensité. Tout est fort entre eux, puisque c’est pour une bonne partie du livre, un huis clos non-stop entre ces deux êtres, qui se jaugent, s’apprivoisent, se découvrent mutuellement et personnellement. L’insécurité permanente attise un peu plus leur réflexion et ce qui les anime. Ils sont dans l’analyse constante, ont un mode de fonctionnement complètement à part, à cause de la personnalité de Jack. Par conséquent, vous n’aurez pas d’envolée lyrique, ni de belles déclarations, il n’est pas comme ça et s’il avait changé du tout au tout, au contact de Lana, je pense que ça aurait gâché l’histoire.

Je ne peux reprocher aucune chose à cette relation car Sophie l’a très bien menée de façon logique, mais il m’a manqué un petit quelque chose pour y croire, peut-être un soupçon douceur. Ils sont un peu trop dans la réflexion, dans des échanges pleins de sous-entendus, induisant d’autres réflexions, que parfois, il est difficile de les suivre.

Je pense que c’est une histoire qui ne convient pas à tout le monde, elle a un côté un peu atypique, car si les codes sont respectés, la manière d’évoluer des personnages dans la romance est davantage cérébrale que dans l’action ou dans les mots.

C’est une belle romantique suspense, dense et aboutie, où les personnages sont surprenants, très complexes, le romantisme est quasiment absent, mais où les sentiments silencieux donnent de l’intensité à l’histoire.

 



–> Retrouvez ce livre sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format numérique :

Deep& Dark Kindle