Le crâne de Malpasset – Nicolas-Raphaël Fouque

Le crane de Malpasset – Nicolas-Raphaël Fouque – Editions d’Avalon – Mars 2020 – 209 pages

Je tiens à remercier chaleureusement Nicolas-Raphaël Fouque ainsi que les éditions d’Avallon pour m’avoir permis de découvrir cette histoire.

 

Service presse un peu particulier car le « Crâne de Malpasset » est un préquel à « Une vieille affaire« . J’ai donc forcément retrouvé certains personnages déjà rencontrés dans la suite. Sachez par avance, que je vais comparer régulièrement les deux récits…

L’histoire est une multitude de ramifications sur un événement. Il n’en demeure pas moins que j’ai trouvé l’histoire de départ plus compliquée, moins simple que pour « Une vieille affaire ». 

J’ai également eu plus de mal à bien suivre le fil de l’histoire avec les nombreux retours en arrière qui concernaient les histoires de plusieurs protagonistes.

J’aurais apprécié avoir plus de dialogues, il y en avait peu. De par cette absence, j’ai ressenti un manque d’informations. Certes volontaire mais quelque peu frustrant et agaçant d’avoir les données au compte goutte, et souvent plus de questionnements que de réponses ayant pour effet de me retrouver prise dans un méli-mélo et créer des noeuds au cerveau

Néanmoins, très rapidement il y a eu de l’intrigue et cela a continué une bonne partie du livre. J’ai commencé à faire des suppositions sur qui était qui et pour quelle raison il faisait ça et… je me suis plantée lol. J’ai eu le choc d’une découverte que je ne peux clairement pas en dire plus, sinon je spoile l’histoire.

Je suis restée bien moins en mode WTF sur la fin que pour ”Une vieille affaire”.

Sur cette histoire, j’ai trouvé que ça tenait plus d’une fiction que la suite, que c’était moins osé, moins fourbe, moins pourri (même si on a encore trop de magouilles de la sphère des plus aisés).  

De manière générale, je dois dire que j’ai ressenti moins d’émotions pour ce récit. C’était raconté de manière factuelle, les choses étaient simplement relatées. 

Néanmoins, j’ai été touchée à deux reprises. La première, par la détresse d’un personnage  face à des accusations infondées mais sciemment dévoilées, qui auront pour conséquence de laisser le doute chez les gens. Et la seconde par le suspense et la petite peur qui commençait à tirailler mes entrailles.

Comme pour ”Une vieille affaire”, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de personnages, si bien que là aussi, la compréhension a été compliquée.

Il faut savoir, du moins, j’ai trouvé, que le récit ne tournait pas autour de Camille. Malgré tout, j’ai pu comprendre un peu mieux son comportement dans le livre suivant.

La plume de l’auteur est agréable et recherchée de par le champ lexical propre à l’histoire.

Bref, une histoire et une intrigue agréables qui m’ont un peu moins transportée qu’une vieille affaire.

Une Vieille Affaire – Nicolas-Raphaël FOUQUE

Une vieille affaire – Nicolas-Raphaël FOUQUE – Les éditions d’Avallon – 246 pages – Avril 2020

 

Je ne m’attendais pas du tout à écrire un avis comme ça en débutant ce livre. 

Bye bye la romance, le pays des bisounours, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Bye bye les connards arrogants super sexy. On est pas du tout dans ce genre.

Non, vous entrez dans la réalité, dans l’envers du décor, dans les dessous de ce qui régit un (notre) pays. Vérité, demi-vérité ou simple spéculation, dans tous les cas, il est peu probable qu’il vous laisse indifférent

Une vieille affaire est un polar avant tout. Pas de scènes explicites en soit, on nous laisse imaginer avec les flash-backs. Plusieurs thèmes sont abordés dans ce livre et quasiment tous gravitent autour de la politique, (la quête de pouvoir, l’argent, le sexe) ou ce qui en découle

La préface nous pose déjà le contexte de l’histoire avec une narration à la troisième personne du singulier.  Par la suite, durant la lecture, on retrouve énormément d‘allées et venues entre différentes situations et autant de personnages, dans un même chapitre mais se déroulant au même moment. A titre personnel, c’est l’une des rares fois où ce type de narration ne m’a pas gênée. C’était simplement relaté, factuel. Pas de suppositions sur le ressenti d’untel ou d’untel.

101528569_2681851035405321_9155157850136248320_nIl est difficile de vous parler des protagonistes tant il y en a ! La compréhension a vraiment été laborieuse au début. Comprendre qui était qui, en particulier dans le milieu politique, s’est révélé très compliqué. Même une fois terminé, je ne suis pas sûre de remettre chaque personnage à sa place. 

Ce livre est avant tout une enquête menée principalement par une journaliste, Camille, que l’on va suivre, mais pas seulement car au final, on ne la suit pas systématiquement. Elle a une personnalité intéressante et particulière mais pas suffisamment mise en avant à mon goût ce qui m’a empêché de mieux la cerner.

Il y a aussi pas mal d’indications de lieux précis dont je n’ai pas compris l’intérêt principal, mais peut-être est-ce propre au fait qu’on doit le lire comme un scénario de film.  J’ai mis longtemps à vraiment me plonger dedans. Jusqu’à la moitié, j’ai un peu subi la lecture, ne voyant pas trop les intérêts de telle ou telle chose. Quand enfin cela a commencé à bouger, je me suis vraiment prise au jeu. C’est devenu intéressant dès que les révélations sont apparues et que j’ai pu commencer à faire des recoupements, des suppositions, à suspecter des personnes et remettre en question l’enquête.

Je m’attendais à avoir peur mais ça n’a pas été le cas. Il n’y a pas de scènes qui m’ait fait retenir mon souffle, ou bien, flipper pour la personne qui était concernée, et c’est dommage. Bien que je ne sois pas la première à aimer me faire peur, je dois avouer que cela m’a un peu manqué. Il y a quand même eu un peu de suspense mais c’est réellement arrivé quand l’intrigue s’est mise en route et que les pièces du puzzle se sont formées.

Certains passages ne laisseront pas indifférents le lecteur.

Personnellement, j’ai ressenti une profonde injustice lors d’un flash-back associé à une incompréhension la plus totale. Des choses à vomir, tout bonnement révoltantes et répugnantes mais qui pourtant apportent, d’une certaine manière, des indices à l’enquête actuelle ainsi que des soupçons sur une personne.

101542462_2636136286706239_5734433195936448512_nLes sous-parties des chapitres sont coupées de façon à faire monter crescendo la pression, le suspense et ça a vraiment bien fonctionné sur la fin du livre. Je n’ai d’ailleurs pas vu le temps passer. J’ai apprécié la chronologie très claire et respectée, même si en soit, l’histoire se déroule sur 5 jours. 

La plume de l’auteur est agréable et fluide, les rebondissements s’enchaînent avec brio. On ne reste tranquille seulement quelques minutes tant les événements et les révélations s’enchaînent. La fin était réellement très intense, j’ai vraiment apprécié.

Je ne m’attendais absolument pas à un tel retournement. Les complots, plus nombreux les uns que les autres, se dévoilent tandis que certains masques tombent.

J’ai quelques questionnements qui demeurent en suspens. Il semblerait qu’il y ait un préquel à l’histoire. Ne l’ayant pas lu, il est possible que cela en soit la raison.

En résumé pour ce livre : si vous croyez que la politique et les hautes sphères de notre société regorgent d’hommes honnêtes et altruistes, et que vous souhaitez voir un envers du décor lisez-le. A contrario, si vous n’y croyez pas, lisez-le et confortez-vous. 

Dans les deux cas, “une vieille affaire” vaut vraiment le détour.

Les étoiles de David – Kristina Ohlsson

Me voilà de retour pour une chronique de Kristina Ohlsson. Agréablement surprise par le tome 3 « Les Anges Gardiens » reçut en service presse, je me suis penchée sur le tome 5, « les Etoiles de David » (oui, toujours pas dans le bon ordre). Et punaise ! J’aimerais être vulgaire tellement j’ai été subjuguée par ce roman-là. Alors bien évidemment, il a des défauts, mais j’ai été totalement emportée.

Nous suivons donc à nouveau une enquête d’Alex et Fredrika. Une institutrice est abattue et deux petits enfants ont disparu. Ce que j’aime tout particulièrement c’est l’alternance des points de vue : nous allons suivre de nombreux protagonistes qui nous donneront tous un angle de vue différent sur le roman… et qui ne laissent passer aucun indice à mon grand regret haha !

C’est difficile de parler d’un thriller sans en dévoiler les ficelles, mais l’auteure va réaliser un tour de force extraordinaire en emmêlant différents fils de la trame, enchevêtrant les chapitres pour nous donner la solution qu’à la toute dernière page.

Pour ce qui est de l’enquête en elle-même, ce n’est pas la plus incroyable. Ça reste un policier assez commun, mais le décor de la Suède, juxtaposé aux indices semés au compte-goutte par l’auteur m’a vraiment séduit.

Je suis toujours amoureuse des petites touches de personnalité qu’elle donne aux enquêteurs : même si ce ne sont pas les personnages principaux du roman dans le sens où nous ne connaissons pas grand-chose de leur vie, chaque introspection est toujours bien dosée, juste, et très à propos.

On pourrait croire que le thriller est froid et que les personnages sont peu attachants mais elle m’a presque émue aux larmes sur la fin.

Ce qui est étrange avec Kristina, c’est que je ne la lis pas spécialement pour l’enquête en elle-même, qui reste dans les codes des thrillers normaux, mais pour ses personnages, extrêmement humains, et sa manière de jouer avec nous sur la forme de son roman – certains chapitres n’ont pas de titre de personnage et il faut arriver à deviner de qui elle parle… et à chaque fois, c’est à côté !

Ce livre vous plaira si vous aimez les écritures sobres et assez « froides », les histoires bien documentées, les retournements de situation qui vous font vriller le cerveau… et si vous acceptez d’être mené par le bout du nez par un auteur qui sait exactement comment ne pas ménager son lecteur.

Vous pouvez retrouver le roman sous format ebook ou à petit prix en format poche en cliquant !

Les Anges Gardiens – Kristina Ohlsson

Les Anges Gardiens de Kristina Ohlsson, publié aux Editions J’ai Lu, 539 pages, 2 juillet 2014

Comme d’habitude, je me suis fait avoir par le SP, c’était un troisième tome… mais comme pour la plupart des thrillers, ça n’a pas eu grande incidence : l’auteure a réussi le tour de force de me faire plonger dans son univers alors que je ne connaissais pas du tout les personnages. Je vous conseillerais donc de commencer par le premier tome… ou bien par celui-ci, qui est une tuerie !

Alors, de quoi ça parle… c’est toujours délicat d’expliquer ce genre de trame sans trop en dévoiler. Nous suivons l’histoire d’un capitaine de police, qui vient de perdre sa femme, et qui est appelé à la morgue pour un corps retrouvé dans les bois. Face au bout de femme encore intact, Alex n’a aucun doute. Il s’agit de Rebecca, une jeune femme qui a disparu des années plus tôt, et dont il était en charge de l’enquête. L’une de ses meilleures enquêtrices, Frederika, revient de congé maternité et décide de repasser l’enquête au peigne fin pour voir si quelque chose ne leur a pas échappé. Jusqu’à ce qu’elle tombe sur une preuve qui incrimine son mari… et qu’elle va décider de cacher.

J’ai adoré le récit à plusieurs voix.

En effet, il y a un flashback au début du roman mais nous ne savons pas de qui il vient, ensuite nous avons la trame « normale » avec l’enquête, et chaque chapitre est entrecoupé de passages du « futur », car quelqu’un de la brigade a merdé et a tué un des témoins pendant l’enquête. On cherche alors plus choses en parallèle : à qui appartient le flashback au début ? Qui a tué Rebecca ? Qui a tué le témoin, et quel témoin ? Frederika va-t-elle continuer à protéger son mari ? Est-il coupable ?

L’enquête est incroyablement bien menée.

De nombreux fils s’entremêlent : en effet, Rebecca serait proche d’un magnat de l’immobilier… qui aurait fait partie d’un groupe appréciant la littérature et les… snuff movies ? Mais ces snuff movies étaient-ils mis en scène ou étaient-ils réels ? Une fois le cadavre de Rebecca déterré, c’est un deuxième qui fait son apparition, puis un troisième… et on déterre alors un caveau. Qui est responsable de tous ces morts ? Une seule et unique personne ?

Les personnages de l’auteure sont vraiment très bien développés.

Je me suis prise d’affection pour chacun d’entre eux, avec leurs défauts et leurs qualités. En tant que grande romantique je n’a pu que succomber à l’amour d’Alex pour sa femme défunte.

J’ai trouvé sa plume aiguisée, sa trame époustouflante. Seul petit bémol : une légère déception sur la fin, que j’aurais aimé plus tordue au vu de la trame servie durant tout le roman.

J’ai surtout adoré car à chaque chapitre on change de coupable. « Non, c’est lui ! Non, lui ! » Et pourtant, tout reste absolument cohérent. Je dois même avouer qu’après avoir terminé le roman j’ai encore eu quelques nœuds au cerveau et j’adore les romans qui me challengent.

En bref, une superbe découverte.

Je réitérerai avec cette auteure, qui a vraiment un chouette coup de plume pour le thriller. Je n’ai pas réussi à lâcher le roman !

 

Merci aux Editions J’ai Lu pour ce service presse ! ♥

    

 

Vous pouvez retrouver ce roman au format ebook ou à petit prix en poche, cliquez sur les images !

Sauvez-moi — Jacques Expert

Sauvez-moi, Jacques Expert, Livre de Poche (27 mars 2019), 448 pages, format numérique et poche

A la lecture de « Sauvez-moi » de Jacques Expert, j’en suis venue à me demander ce que j’attendais vraiment d’un thriller, et surtout, comment ces attentes avaient évolué au fil des lectures. Au travers de ce « polar » (ou thriller ? je ne sais plus vraiment), j’ai découvert qu’il me fallait toujours plus : toujours plus mystérieux, toujours plus surprenant, toujours plus rapide à dévorer. Et je suis restée très perplexe et circonspecte face à ce roman…

Alors oui, Jacques Expert est un spécialiste dans son domaine. Son écriture est fluide, précise, et son thème bien géré. Toutefois je n’ai pas été embarquée par l’histoire. Les personnages sont loin d’être manichéens, et si je trouve qu’il s’agit d’une qualité d’habitude, je n’ai malheureusement pas pu apprécier un seul personnage de ce roman…

Loin de moi l’idée d’extrapoler les volontés de l’auteur, mais j’ai eu l’impression qu’il critiquait, au travers d’un cynisme vicieux, les rouages mal huilés de notre justice et de notre police actuelle.

Mais en dehors de ça…

Pour parler un peu plus concrètement : nous suivons l’histoire d’une divisionnaire de police, qui obtient des aveux de Nicolas Thomas, accusé d’avoir tué quatre femmes. Grâce à ces aveux, Sophie voit sa carrière propulsée au sommet… sauf que Nicolas Thomas finit par sortir de prison. Et qu’un nouveau meurtre a lieu… Sophie va alors tout mettre en oeuvre pour le ramener en prison, à nouveau.

A cette histoire vient se mêler une autre enquête, d’un « petit violeur sans importance », même si les deux histoires s’entremêlent maladroitement. Je n’ai pas grand-chose à dire de plus sur ce roman qui m’a laissée extrêmement perplexe… je m’attendais à un plotwist, tout le long, ce qui a rendu la lecture douce-amère, surtout à la fin, avec une impression de « tout ça pour ça ? ». Pourtant j’ai adoré la plongée dans la réalité du terrain….

Je conseillerais ce roman à ceux qui cherchent des romans plus calmes, moins page-turner, mais qui sont basés sur des faits « réels ». Je cherche peut-être trop le sensationnalisme. 

Retrouvez ce livre sur Amazon, en format numérique ou à mini prix sous format poche.

La souffrance des autres — Val McDermid

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en me plongeant dans l’univers de McDermid. Et punaise, je n’ai pas été déçue ! Nous suivons les aventures d’une jeune inspectrice, dont un viol sur une précédente affaire l’a brisée. Cherchant à retrouver pied dans un monde qui semble se détruire à mesure qu’elle avance, elle accepte de reprendre un poste au sein de la police, auprès d’un psychanalyste de renom, qu’elle apprécie plus qu’amicalement…

Vous aimez les polars et les différents points de vue ? Les personnages avec du caractère, qui n’ont pas froid aux yeux et qui se débattent au milieu de leurs sentiments respectifs ? La souffrance des autres est fait pour vous. J’ai adoré chacun des personnages, à leur manière. La brigade est vraiment bien décrite et chacun a sa petite heure de gloire au fil de l’écriture. Ecriture qui n’a certes rien de particulier, mais qui vous entraîne dans une psychologie tortueuse sans oublier de mettre l’accent sur l’action. C’est un polar, oui, mais teinté d’une touche de thriller qui m’a beaucoup plu !

Je dois dire que j’ai été un peu déçue par le dénouement de l’histoire, même si je l’ai trouvé novateur et bien amené. J’aurais peut-être préféré quelque chose de plus terre à terre, mais je suis très souvent déçue par les fins de romans, donc… Par contre, l’idée d’emmêler plusieurs enquêtes policières au fil du livre pour ne laisser aucun temps mort est une idée que j’adore et je valide. Je n’ai pas pu lâcher la Souffrance des Autres pendant une minute, et pourtant, c’est un bon pavé.

J’ai été heureuse de pouvoir enfin me perdre dans la lecture, alors que j’avais un peu de mal à retrouver cette flamme sur mes dernières lectures.

La personnage principale est forte et j’ai adoré sa psychologie. Encore plus quand les sentiments amoureux qu’elle a pour Tony viennent se mêler à la trame principale… j’aime quand l’amour guide les hommes, qu’il est leur repère dans la nuit. Je ne dirai rien sur leur dénouement personnel, mais j’ai adoré voir ce petit bout de romance s’imposer dans le récit. Et Tony est juste parfait ! ♥

Merci beaucoup aux éditions J’ai Lu pour ce service presse. 

Vous pouvez commander ce livre sur Amazon au format numérique, ou au format poche à petit prix !

Trace, Tome 5 : Secrets diaboliques – Laura Griffin

Trace, Tome 5 - Secrets diaboliques - Laura Griffin

Avis Helle

Je ne connaissais pas du tout Laura Griffin et j’ai demandé ce roman car le résumé et la couverture me plaisait sans me rendre compte qu’elle venait d’une série  appelait Trace et qui compte déjà à son actif 4 Tomes. En faisant un tour chez mon ami Booknode j’ai vu que les tomes ne se suivaient pas alléluia, j’ai donc pu entamer ma lecture.

J’ai lu « Secrets Diaboliques  » d’une traite, c’est un Polar captivant, bien ficelé, avec une équipe d’enquêteurs attachants dont on aimerai connaitre encore plus la vie afin de mieux les connaitre. Et pour une fois on ne connait pas le tueur dès le départ. Au contraire on suit avec un plaisir non dissimulée l’enquête afin de découvrir qui il est, la raison pour laquelle il a tué toute ses femmes et la signification de certaines choses.

Alison Doyle est la seule femme de son équipe, issue d’une famille d’enquêteurs et de pompiers, elle est avide de montrer qu’elle à sa place et qu’on peut compter sur elle et son professionnalisme lors d’une enquête.

Mark Wolfe est un excellent agent du FBI, l’un des meilleurs profiler. Cela fait des années qu’il enquête sur ce tueur en série itinérant mais comme tout enquêteur même pour le meilleur, il y’en a toujours un qui arrive à tirer ses épingles du jeu. Le nouveau meurtre d’une nouvelle jeune femme est un excellente opportunité pour lui de pouvoir peut être clore cette affaire. Il pourra compter sur l’aide précieuse d’ Alison pour qui il ressent une forte attirance sexuelle, une attirance partagée mais qu’il se refuse à céder ainsi que sur les autres membres de son équipe même si sa venue ne fait pas plaisir à tout le monde.

Une enquête sous haute tension, il faut découvrir qui se cache derrière ses meurtres avant qu’il ne sévit de nouveau, car la prochaine date approche de plus en plus. Mais entre l’incompétence de certains services, la guerre de clans et leur attirance sexuelle nos deux enquêteurs auront du mal à boucler cette affaire.

J’ai passé un très bon moment de lecture, l’écriture de l’auteur est simple, fluide captivant, Il n’y a aucun temps morts on va de découverte en découverte et Le fait qu’on s’attache aux personnes enquêtant sur cette série de meurtres rend la situation moins glauque car il y’a de l’humour mais aussi des émotions. J’ai adoré et je recommande

5

A lire

Logo Tentatrice sp 1

Hospice & Love – Thiébault De Saint-Amand

hospice---love-695759-250-400

R2SUM2

Faute des ressources nécessaires pour le placer en maison de retraite, la famille d’Armand Bouzies se résout à lui trouver une place dans un Établissement Collectif de Séjour pour Personnes Dépendantes, une nouvelle forme d’hospice mise en place pour faire face au papy-boom.
À Nogent-le-Rotrou, l’octogénaire se refuse à se laisser mourir. Ancien flic, Parisien fort en gueule, il refuse de partager sa chambre avec un vieux et il met en oeuvre mille et une astuces pour se débarrasser de ses voisins, dont le dernier en date, Pierre, n’échappera à aucun de ses pièges.

Lire la suite

Relic Tome 1 – Preston & Child

Relic

Ré

1988. Une équipe d’archéologues est sauvagement massacrée en plein cœur du bassin amazonien. De bateau en bateau et de port en port, quelques caisses contenant le fruit de leurs recherches sont acheminées vers le Muséum d’histoire naturelle de New York où elles sont oubliées au fond d’un sous-sol.

Lire la suite