Breaking the ice – Nina Loren

Beaking the ice – Nina Loren – Editions Addictives Luv – 20 Juillet 2020 – 289 pages

Je remercie les éditions Addictives Luv pour ce service presse.

Je dois avouer que j’ai commencé ma lecture en ayant une petite appréhension. J’avais déjà lu un livre sur le hockey (Insolent Bastard des éditions Addictives) et je craignais de voir une histoire trop similaire. Ce ne fut pas le cas, je ne crois pas avoir pensé à l’autre livre hormis au tout début de ma lecture. 


J’ai suivi Paige, une femme de 26 ans qui ne m’a pas du tout fait penser à une personne de cet âge. Elle m’est apparue très gamine dans ses pensées et dans sa façon de faire et de réagir. Excitée comme une puce pour quelque chose de banal par exemple. Etat d’autant plus difficilement compréhensible quand on sait que sa vie n’a pas été toute rose et qu’elle a du faire face à une chose horrible. Malgré ça, je dois dire qu’à certains moments, je me suis un peu reconnue dans Paige, j’ai compris où et quelles étaient ses attentes. En revanche, je ne peux pas affirmer que je l’ai appréciée plus que ça. Son manque de confiance en elle est infernal, l‘estime de soi est quasi absente et elle m’a fatiguée avec ses questionnements éternels et redondants. Sans oublier que Paige pleure. Elle pleure beaucoup, beaucoup trop. Durant de longues années elle va se reconstruire grâce à Soren, un bleu, un jeune joueur, qu’elle rencontre alors qu’elle n’a que 16 ans. Très rapidement, en quelques minutes, il se passe quelque chose entre eux deux, une étincelle apparaît. La rencontre demeure furtive mais marquante pour Paige. Et c’est à ses « côtés », à la TV, que Paige va tenir bon pendant une décennie. Finalement, le temps passe et Paige finit par intégrer le staff médical des Rangers, l’équipe de Hockey sur glace. Quelle n’est pas sa surprise quand elle apprend que Soren va rejoindre l’équipe.
Ce dernier est un gars de 2 ans son ainé, je le décrirais comme naïf et trop gentil. Un type qui ne m’a pas attirée plus que ça.
On plonge directement dans une ambiance sympa avec les joueurs, on se sent bien, en sécurité ce qui est assez paradoxal quand on connait un peu le gabarit de ces gars et qu’on découvre leur franc parler.   
L’histoire est accessible à tous même si on ne connaît rien au hockey (pour avoir déjà assisté à des matches en France et regardé la NHL à la TV, j’étais bien dedans, pari réussi de ce côté là.)  

Les protagonistes secondaires sont sympathiques mais j’ai eu du mal à croire en une amitié aussi rapide et importante entre Paige et Thomas, l’un des Rangers.


Je n’ai pas été énormément embarquée par l’histoire de Paige et Soren, même si j’ai apprécié le rapprochement vers la fin de la première partie car on ne voit pas toujours ce genre de « conditions ».
Il y a une petite intrigue avec lui et son passé, on se pose des questions et quelques indices sont parsemés ici et là, ce qui est appréciable
Bien que les scènes hot soient très bien écrites, il m’a manqué de l’intensité dans leur relation, j’ai beaucoup apprécié leur face à face sur la glace mais au delà de ça, je n’ai pas énormément vibré. L’histoire est néanmoins un peu trop gentillet à mon goût.

Comme le décrit l’auteure dans ses remerciements, c’est une histoire assez fleur bleue et c’est peut-être l’une des raisons qui a fait que je n’ai pas été embarquée bien qu’elle se lise facilement. 

Player Boy – Nina Loren

Image Résumé
Editions Addictives, Collection Luv ( Septembre 2019) – Format Numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions Addictives pour ce service presse.

Je ne connaissais pas la plume de Nina Loren, le synopsis de « Player Boy » m’a convaincue et m’a permis de découvrir sa jolie plume.

Matt est un coureur de jupons, un vrai. Inspecteur de police de son état, il ne veut pas s’engager avec une femme, seul le plaisir d’une nuit compte. Son cœur est meurtri par un chagrin d’amour jamais guéri.

Amy est traumatisée. Profondément, de manière indélébile. Son mal être est comme tatoué sur son corps, ancré solidement. Pourtant, chaque jour elle essaye d’avancer, pour sa fille, Héléna, pour ses amis Sean et Alec, et pour elle-même aussi. Amy tente de se reconstruire. Mais faire confiance à un homme, ça, c’est au-dessus de ses forces.

Quand ces deux âmes écorchées vont se rapprocher, que va-t-il se passer ? Amy arrivera-t-elle à faire confiance à Matt ?

Cette romance profonde et poignante est une histoire de reconstruction, de renaissance, pour Amy comme pour Matt. Au contact de l’un et de l’autre, ils vont apprendre à panser les plaies de leur cœur. De nombreux obstacles vont se dresser devant eux. Amy va beaucoup douter, elle a perdu toute confiance en elle-même. Son cercle familial est rassurant pour elle et peut compter sur le soutien sans faille de Sean et Alec.

Petit arrêt sur image de ce couple formé par Sean et Alec, absolument touchant, uni autour d’Amy et d’Héléna. Ils méritent tous les deux une mention spéciale. Alec est le père d’Héléna. Par le passé, alors qu’ils n’étaient que des ados, Amy et Alec ont couché ensemble, une seule et unique fois. Héléna est arrivée. Alec a refait sa vie, plus tard avec Sean qui est devenu son mari. Tous les quatre forment une belle famille recomposée, certes atypique mais extrêmement solide : un véritable pilier pour Amy.

Le moment clé de cette histoire là où la romance entre Matt et Amy prend un nouvel essor, se situe au moment du chapitre consacré à leur escapade sur un lac gelé. A mon sens, à partir de ce moment, l’histoire prend un tournant de sorte à ce que le lecteur s’accroche à son livre comme il s’accroche à ces deux personnages.

L’auteure nous offre une romance passionnée, toute en émotion. On est ému souvent, on sourit parfois, bref, on passe un bon moment livresque. Nina Loren a su retranscrire avec beaucoup de justesse les émotions qui habitent les personnages, tant ils vous touchent. Ce sont des héros ordinaires, comme vous et moi. Mais ils vivent une histoire extraordinaire, hors du commun. Je crois que le force de ce roman réside dans cette idée. 

Si je devais retenir quelques mots clés pour vous donner envie de découvrir cette belle romance, je choisirais: Coup de Foudre, romance, passion et renaissance.

Mais son seul bémol restera le choix du titre de ce roman. Même si j’en comprends le sens, je trouve qu’il ne rend pas justice à l’ensemble de l’histoire. Mais finalement ce n’est qu’un détail. Voyez plutôt ce qui suit:

« L’amour est une force qui n’a pas besoin de règles, ni de limites » dira Amy, je trouve que cette citation illustre à merveille « Player Boy », à  lire incontestablement.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon

couv num

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2