Possessed Souls – Shelby Kaly

Image résumé
Black Ink Editions (Novembre 2019) – Format numérique et Broché

Avis de Valou

Je remercie les éditions Black Ink pour ce service presse.

Je ne connaissais pas la plume de Shelby Kaly, aussi « Possessed Souls » fut une découverte pour moi. J’ai tout de suite été happée par ce jeu de séduction torride entre faux semblants et jeux de dupes, sous fond de Romantic Suspens.

Megan a tout de la femme fatale, sulfureuse, aux accents de garce. Cette très belle femme a toujours su utiliser son corps pour obtenir ce qu’elle veut, mais pas n’importe comment, sans réflexion. C’est elle qui maîtrise et qui possède les cartes du jeu en main. Ne jamais montrer la moindre faiblesse ou la moindre faille : être forte, toujours. Voilà le credo qui résume en tout point le personnage de Megan. Lorsque son père lui somme de séduire Connor, pour en savoir davantage sur lui, la jeune femme accepte cette « mission » en pensant ne faire qu’une seule bouchée du beau propriétaire d’un night club londonien.

Connor ne laisse rien paraître de ses sentiments, pourtant il souffre. La mort de sa fiancée, Alyssa, lui a laissé un trou béant dans le cœur. Plus rien ne compte pour le beau gosse tatoué, mis à part son meilleur ami Thomas, la gestion de son club et les coups d’un soir. Ce personnage de beau gosse ténébreux, m’a touchée, surtout lorsqu’il essaye de lutter contre ses sentiments naissants pour la belle Megan, alors qu’il sait pertinemment qu’il va se brûler les ailes auprès d’elle…

Et puis ces deux-là vont se rencontrer, des étincelles, que dis-je, des éclairs vont jaillir entre eux, au premier échange de regards ! Bam, Bam, Bam, accrochez-vous, mettez vos ceintures, vous embarquez à bord de « Kaly Airlines », ça va secouer !!! Si vous voulez lire une histoire passionnée, torride et érotique, foncez lire « Possessed Souls » et sortez le ventilo en même temps, vous en aurez besoin, même si nous sommes en plein hiver!

 Malgré la froideur et le côté calculateur du personnage de Megan, je me suis vite attachée à elle, car au delà de son côté manipulateur, elle cache des blessures enfouies. Son père et son frère sont plus que détestables. Elle n’est qu’un objet sexuel pour eux, un faire valoir de luxe pour arriver à leurs fins. Ces deux être abjects ont forgé Megan, telle qu’elle est au début du livre. Elle cherche à devenir leur égal, quitte à vendre son âme au diable…Connor va provoquer en elle un cataclysme. Elle n’était pas prête à devoir affronter la résistance de Connor, qui se doute que la belle est vénéneuse et prépare un mauvais coup…

>Leur attirance est magnétique, hyper intense ! Les scènes de sexe sont rudement bien écrites, parfaitement maîtrisées, sans jamais être vulgaires. Alchimie et osmose, voici les maîtres mots à utiliser pour décrire ce qui anime Megan et Connor. Vous allez devenir addict à leur fusion !

«Plus de pression familiale, plus d’armure, plus de faux-semblants, je suis moi à travers ma volupté. Megan »

Suspens, rebondissements, danger, horreur, tout s’accélère sur la seconde partie de la trame. Chapitres après chapitres, j’avais hâte de savoir ce qu’il allait devenir de nos héros. J’ai aimé lire en Megan cette femme si forte, voire dure, et fragile, voire brisée, à la fois. J’adore ce genre de personnages pour lesquels vous savez d’emblée, que l’auteure a encore beaucoup à vous raconter, pour comprendre leur fonctionnement. Je comparerai Megan à une sorte de biker sans foi ni loi, tous les moyens sont bons pour atteindre son but. Son mode de vie, avec ses régulier(e)s, montre comment elle met un point d’orgue à ne rien ressentir, et certainement pas de l’amour, qu’elle n’a jamais reçu par ailleurs de la part de sa famille.

Le duo qu’elle forme avec Connor, ce couple de « Gambler », m’a conquise, j’ai dévoré ce roman, je ne me suis jamais ennuyée. La playlist concoctée par Shelby est parfaite et illustre à merveille la romance de Megan et Connor.

Enfin, je verrai bien un spin-off sur Alyssa, affaire à suivre…

 Je vous recommande donc de lire cet opus, si vous voulez avoir chaud et passer un moment de totale addiction livresque, alors ce livre est fait pour vous !

« Aimer c’est prendre des risques. Aimer, c’est se donner corps et âme à quelqu’un sans attendre quelque chose en retour. Aimer, c’est accepter de perdre. Connor »

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique ou broché sur Amazon:

COUV NUM

Just Win Baby – Chlore Smys et Juliette Pierce

Just win baby Résumé
Black Ink éditions ( octobre 2019) – Format Numérique

Nous remercions les éditions Black Ink pour ce service presse.

Avis de Julie

« Just win baby » est une histoire intrigante qui m’a prise dans ses filets petit à petit.

Les plumes de Chlore Smys et Juliette Pierce sont un bel alliage, si je connaissais la première la seconde est une belle découverte.

Cole ne vous fait pas rêver en premier lieu, il traite les femmes comme des objets avec un mépris, une haine, une violence, non dissimulés, auxquels il faut ajouter cette colère qui gronde et son bouillonnement de réflexions constant qui le ronge. Il n’est pas celui qui est en tête d’affiche, ou connu pour briller mais plutôt reconnu pour son côté sombre. Et là, je ne cesse de me demander ce que cache cet homme, que veut-il fuir ?

Lexie cache un nombre de secrets assez conséquent, c’est évident dès le départ ! Comment avec son intelligence, elle peut être amie avec Haley ? Quelle personne malfaisante et fausse, et ce n’est pas la seule, un joli panier de crabes vous accueille à Holy Cross !

Cette histoire fait référence au code du paraître social, à cette illusion que donne les réseaux sociaux mais aussi à leurs pouvoirs, leurs poids dans l’image que les gens véhiculent. Cette fausse société où il faut paraître ou l’on peut fabriquer et détruire des images, des histoires, des vies et dont les jeunes raffolent, et les milieux professionnels se servent également.

C’est très bien amené par les extraits de réseau à chaque fin de chapitre, mais par son importance dans l’histoire également. Il faut souligner tous les petits clins d’œil sur de ces fins de chapitres, touchants, drôles, et sympathiques.

Les auteures dépeignent cette université et sa communauté de « footeux » de façon assez détestable, où rien n’est vrai, tout n’est que sexe, alcool, ragots, à celui qui sera le ou la plus populaire tout en sachant qu’il ne faut pas renverser les codes et la hiérarchie. Le jeu tactique du football est très fourni et détaillé et met en évidence un gros travail de recherche sur ce sport ainsi que sur le comportement des hyperactifs.

L’alliance de ces deux êtres, pas si éloignés que ça, est étonnante mais devenir les observateurs des changements qu’ils s’apportent est très intéressant et captivant à lire, tout comme le jeu de ghosting de Lexie, qui amène un jeu du chat et de la souris. Elle peut d’ailleurs, devenir énervante à ne pas savoir ce qu’elle veut parfois, surtout avec Cole.

Ce duo est surprenant et détonnant à la fois car la vie leur a donné la rage de réussir et quand ils se soudent pour le faire, il ne vaut mieux par être sur leur passage. Le duo a son mode fonctionnement bien à lui qui le restera jusqu’au bout.

Ses quatre mains savent créer à la perfection l’ambiance malsaine et hypocrite qui règne dans ce groupe de cheerleaders et de footballers, tout comme la dualité des sentiments, qui habite Cole et Lexie.

On peut agiter les pompons, car selon moi, vous avez remporté vos playoffs d’écriture puisque malgré les épreuves, vous nous faites aimer ce couple improbable sur lequel on ne misait pas. Son ascension nous touche par son côté humain, avec ses hauts et ses bas, ses tricheries, mais assez réaliste, sur ce que sont ces petits microcosmes où l’on se regarde beaucoup le nombril pour tirer son épingle du jeu.

Ce sont deux belles plumes qui se sont associées en beauté pour nous livrer une vision décadente et peu reluisante de ce milieu sportif universitaire, des réseaux sociaux en étant authentique, percutante pour notre plus grand plaisir.

 

Avis de Valou

J’étais pressée de découvrir ce qui se cachait derrière le titre alléchant de « Just Win baby », d’autant plus qu’il est écrit à 4 mains par Chlore Smys et Juliette Pierce.

Cole et Lexie. L’un est un quaterback cantonné aux bancs de touche, l’autre faire partie de l’équipe des cheerleaders et étudie le journalisme. Tous les deux évoluent sur le campus universitaire de Holy Cross. Vous n’êtes pas en présence d’un épisode gentillet de « Dawson » (qui se souvient de cette série ?) mais plutôt dans un ersatz de « Gossip Girl » version football américain. Ça promet!

Sur le papier rien n’était pas pour que ces deux-là aient des atomes crochus. Et pourtant…ils vont créer une sorte d’alliance pour atteindre leur but commun : la gagne. La gagne et uniquement la gagne, à tout prix, peu importe les conséquences ou les dommages collatéraux qu’ils pourraient créer au passage. Une relation étrange et parfois malsaine va alors naître entre eux, mais pourrait-il y avoir l’amorce de la naissance de réels sentiments ?

C’est trash, c’est violent, dérangeant parfois, mais ce n’est pas tellement éloigné de ce qui se passe sur les campus universitaires américains. L’univers du football universitaire est un microcosme où les enjeux de pouvoir sont plus importants que les études en elles-mêmes. L’inégalité du système est mise en avant : ceux qui ont les moyens et de puissants alliés s’en sortiront toujours. Les autres doivent ruser. Chacun veut tirer son épingle du jeu, pour s’en sortir et faire quelque chose de sa vie. Cole voudrait jouer en temps que titulaire pour être repéré et être « drafté » pour la NFL. Lexie veut s’extraire d’une adolescence douloureuse et réussir ses études. Qui s’en sortira vainqueur ?

Les auteures nous offrent ici des personnages atypiques, écorchés, à vif. Cole deale pour s’en sortir. Rien n’a d’importance à ses yeux. Les filles, il les prend puis les jette. Son hyperactivité est rudement bien abordée. Lexie, son « écrivaine » va entrer dans sa vie et va bouleverser l’ordre qu’il s’était établi. Leur pacte du « Just Win Baby » va le galvaniser. Alors qu’il se rabaisse sans cesse, la belle va lui faire voir les choses autrement. Mais le chemin vers la victoire sera long et douloureux. Serait-il capable d’aimer ?

Lexie se sent redevable envers sa meilleure amie Haley. Leur relation est toxique et malsaine. Mais Lexie est capable de tout pour ses amis, du meilleur comme du pire. Elle a une telle détermination, qu’elle fait fi de ses douleurs et de ses failles. Son pacte avec Cole va lui donner un but, elle va tout donner pour y arriver, telle une attaquante sur un terrain de jeu. Ce personnage est très fort et très attachant.  

« Si l’enfer est pavé de bonnes intentions, Cole est le démon qui me fait chavirer », dira Lexie. Cela illustre parfaitement bien le tableau de leur histoire.

Leur relation basée sur du « fake », sur un deal, et pourtant, plus on avance dans l’histoire, plus on se prend au jeu et plus on se passionne pour ce couple. Disputes, colères, non-dits, rapports bestiaux puis passionnels, Cole et Lexie passent pas tous les états. On ne s’ennuie pas une seule minute ! Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que ces deux-là sont faits l’un pour l’autre. Même s’ils communiquent très mal et s’ils se font souvent de la peine, ils se comprennent. Le besoin qu’ils éprouvent l’un de l’autre est poignant.

Je me demande comment les auteures ont pu travailler ensemble cette trame rudement bien menée et hyper bien documentée. J’ai aimé la mise en exergue de l’influence, bien souvent néfastes des réseaux sociaux et des dégâts qu’ils peuvent provoquer. J’ai aimé aussi les nombreux clins d’oeils qui jalonnent le récit. Le seul petit bémol est que j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de passages très narratifs. Même si ces moments permettent de comprendre le cheminement des personnages, il m’a manqué davantage de dialogues. Cela ne m’a pas empêché de passer un bon moment livresque, avec une mention spéciale pour le chapitre 34 intitulé « No Tears ».

En définitive, Chlore et Juliette nous ont réservé une histoire d’amour prenante de deux anti-héros qui ne sont pas des enfants de chœur. La gagne, rien que la gagne comme je vous le disais plus haut…et un peu d’amour aussi !

 

« Nous nous relevons de tout. Parce que nous sommes de cette espèce, de ceux qui survivent. We just win Baby »

 

 

Cliquez ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

 

Just win baby Kindle

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2