Mensonge – JP Delanney

Mensonge – JP Delanney – Fayard/Mazzarine – 18 septembre 2019

J’ai adoré le premier roman de JP Delanney « La Fille d’Avant » (vous pouvez retrouver notre chronique en cliquant ici) et c’était avec plaisir que je retrouvais sa plume dans « Mensonge ». Et quel roman ! J’adore me faire mener par le bout du nez et c’est avec plaisir que j’ai laissé faire l’auteur.

Nous avons affaire à un thriller psychologique (oui, mon péché mignon) avec à nouveau, une romance entremêlée dans les arcs policiers. Nous suivons Claire, une étudiante en arts dramatiques qui, pour plusieurs raisons un peu longues et pas forcément intéressantes (on va dire pécuniaires), se retrouve à flirter avec des hommes mariés suspectés d’infidélité pour un cabinet d’avocats spécialisé dans les divorces. Bien sûr, elle rêverait de jouer d’autres scénarios… Jusqu’au jour où l’une de ses « proies » comme elle les appelle, est soupçonnée de meurtre.

La police va donc demander à Claire de jouer de ses talents pour piéger cet homme. Seul problème ? Il s’agit d’un universitaire élégant, gentleman, qui possède un profond sens artistique et une part trouble, sombre, qui charme Claire. Qui ment, dans cette histoire ? Est-il honnête ? Et elle, l’est-elle à mesure qu’elle tombe amoureuse de lui, qu’ils bâtissent une relation, qu’ils se confient l’un à l’autre ?

Claire est persuadée de faire de la figuration, sauf qu’elle commence à tomber dans son propre piège : elle devient le premier rôle.

Ce roman est un casse-tête absolument divin et génial. Il y a des rebondissements à chaque chapitre, on plonge à chaque fois plus profondément dans la psychologie humaine. J’ai eu peur, vers le dernier tiers, que l’auteur se perde dans des explications incohérentes et futiles mais les derniers plotwists de fin sont juste magistraux. Alors oui, il faut accepter de se laisser porter. Il faut accepter de laisser la magie opérer, mais c’est un réel coup de cœur que j’ai eu pour ce livre.

Diabolique, qui vous fait croire tout et son contraire. Je suis passée par tous les sentiments envers nos héros : j’ai même commencé à m’attacher à cet homme sombre, accusé de meurtre. A-t-il vraiment tué ? Est-on fondamentalement mauvais lorsqu’on commet ce genre de crime ? C’est un roman qui m’a beaucoup questionnée sur la nature humaine mais aussi sur la façon que nous avons de raconter les histoires. Après tout, selon d’où on se place… toute histoire a des facettes différentes.

Vous aimez perdre la tête ? Vous aimez quand ça touche un peu à la romance, à l’amour, et jusqu’où nous serions prêts à aller pour lui ? Vous aimez les thrillers, les rebondissements haletants ? Ce roman est fait pour vous.

Je ne peux pas trop en dire de peur de spoiler car vraiment tout est calculé. Je préfère ne rien vous dire si ce n’est : plongez, appréciez, découvrez. Lisez.

La Fille d’Avant — JP Delaney

La Fille d’Avant, Le Livre de Poche, 08 mars 2017, format numérique et poche

La Fille d’Avant de JP Delaney était un achat un peu impulsif, pas forcément convaincu d’ailleurs. Il était en poche, best-seller, je me suis dit, pourquoi pas… et je ne regrette pas du tout mon achat ! La Fille d’Avant fait partie de ces livres un peu dérangeants qui explorent les travers des gens. Cette fois-ci, c’est fait de manière assez élégante puisque le texte a pour protagoniste un architecte décorateur d’intérieur cherchant à révolutionner la manière de vivre des gens. Pour avoir le droit de vivre dans sa maison, il faut se plier aux règles du concepteur… un roi du minimalisme qui épie le moindre de vos faits et gestes grâce à la technologie intégrée à la maison — qui connait vos horaires de réveil, de travail, de douche, etc…

Mais ce ne sont pas ces étrangetés qui mettent la puce à l’oreille de Jane, l’héroïne. Non, c’est l’ancienne locataire, décédée dans d’étranges circonstances, qui l’intrigue : elle lui ressemble comme deux gouttes d’eau, et son ex-petit ami, n’ayant jamais dépassé le deuil, continue de déposer des fleurs devant la maison en son honneur.

Jane commence alors à se poser des questions : qui est Edward ? Que cherche-t-il ? Et surtout, finira-t-elle « comme la fille d’avant » ?

La trame n’est pas grandiloquente et plutôt cousue de fil blanc et pourtant, le roman fonctionne parfaitement. Les personnages sont bien décrits, creusés, et je m’y suis tout de suite attachée. Le style d’écriture, épuré, est très agréable et fluide. Il existe des petits interludes entre les chapitres où vous devez « répondre » aux questions qu’Edward aux locataires pour savoir s’ils méritent de vivre dans son chef-d’œuvre. C’est un livre qui remet en question votre manière de vivre et de concevoir votre maison.

J’ai beaucoup aimé car il sort des sentiers battus tout en restant dans une ligne directrice des thrillers psychologiques que nous connaissons bien ces dernières années.

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (poche ou numérique).