Hunger Games 4 – Suzanne Collins

Résumé WP
Hunger Games, La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur – Suzanne COLLINS – Editions PJK – 20 mai 2020 – 560 pages

Ça a été très très difficile d’écrire cette chronique pour moi. Je ne savais pas trop par quel bout le prendre. Je ne voulais pas écrire une chronique trop longue, mais pas trop courte non plus… alors allons-y ! Qu’est-ce que j’ai pensé du spin off d’Hunger Games ?

Bon je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : j’ai adoré. Retrouver la plume de Suzanne Collins, l’univers d’Hunger Games, aaah, j’en ai eu des frissons ! Je vais avouer que je n’étais pas du tout emballée par le pitch. Même si c’est intéressant d’avoir le background du grand méchant de l’histoire, j’aurais préféré une histoire sur Haymitch par exemple mais bon, je n’ai pas boudé mon plaisir. Nous allons donc suivre l’histoire des Dixièmes Jeux de l’histoire, comment ils ont été modifiés au fil des années et surtout, comment Coriolanus Snow s’est transformé en ce monstre qu’on connaît.

101880338_262018248348854_5496731439279898624_n

La plume de Suzanne Collins est toujours aussi addictive. Elle a ce je-ne-sais quoi de spécial qui nous embarque. J’ai eu du mal à me plonger dans les premiers chapitres. Ils m’ont laissée un peu perplexe et étaient un peu longs. On apprend bien vite que la maison Snow est tombée en désuétude et que Coryo va avoir besoin de remporter les Hunger Games pour survivre. Malheureusement, le Tribut qu’on lui accorde n’est pas du tout favori : Lucy Gray est une musicienne du District Douze, menue et caractérielle. Néanmoins, une fois arrivée dans le roman, tout part sur des chapeaux de roue et je n’ai plus vu les heures passer.

Je n’ai pas aimé son personnage, je ne me suis pas attachée à elle, mais j’ai adoré la manière dont elle a été créée. J’ai adoré suivre son aventure et elle avait un truc particulier qui m’a beaucoup attiré. J’adorais Katniss, et rien ne la remplacera mais Lucy Gray est un personnage vraiment intéressant et haut en couleur.

Je n’ai pas trop accroché à leur pseudo romance. Enfin, quelque part elle suivait bien le cours de l’histoire et était nécessaire, a permis ce crescendo d’émotions jusqu’au final. Coryo est plutôt bien écrit, on sent que plus les semaines passent et plus il tombe dans le personnage que l’on connaît de base.

101989545_971856779937718_5454040353415888896_n

C’est difficile de parler de ce roman sans spoiler car la deuxième partie de l’histoire se déroule face à un événement auquel je ne m’attendais pas du tout. Il vient redonner du peps à l’histoire, dynamiser l’intrigue et sérieux, quel plotwist !

Je n’ai pas forcément apprécié les autres personnages comme Sejanus ou Tigris mais là encore, ils étaient importants à l’histoire. En fait, je crois que la force de ce roman, à mon sens, n’est pas les personnages, là où je les avais adorés dans les premiers romans.

Je crois que le côté nostalgique a beaucoup joué. On retrouve beaucoup de fan-service dans ce roman mais je suis tellement fane que ce n’est pas grave… Et ce final ! Suzanne Collins tient toutes ses promesses. Elle a le courage de tenir son personnage, la tension est à son comble, j’ai adoré ce final.

Ce qui m’a aussi conquis ce sont les clins d’œil constant à la trilogie de base. J’ai presque envie de tout relire maintenant que je comprends mieux ce personnage ! Les chansons, LA chanson, putain, LA chanson de mon cœur qui prend tout son sens. C’est un mini-spoil mais sérieux, si vous avez aimé cette chanson dans les premiers opus, vous allez être terrassés par son histoire. J’ai adoré l’utilisation des geais moqueurs. Je pensais qu’elle allait tomber dans une redite de la trilogie initiale, mais pas du tout.

 

En bref : un livre rondement mené, une intrigue haletante, un tome qui tient toutes ses promesses alors que j’étais loin d’être conquise au début.

Moi qui avait un intérêt décroissant pour la saga, je me suis retrouvée durant mon adolescence à dévorer le tome 1 lors des vacances d’été.

Un bon plongeon dans mon passé. Je veux un film ! Je veux un tome 5 !

May the odds, be ever in your favor !

Note 4,5

Battle Royale — Koushun Takami

Battle Royale, Le Livre de Poche, 05 mars 2008, format numérique et poche

 

Battle Royale a déjà défrayé de nombreuses fois la chronique et pourtant, pourtant je me dois encore de vous parler de ce roman coup de cœur, coup de poing, qui a su m’emporter loin. Et pourtant, ce n’était pas gagné…

J’ai toujours eu du mal avec la plume asiatique. Ça a doit avoir un rapport avec la sonorité des mots  ou l’accentuation des phrases, en tout cas j’ai rarement été transportée — même si ça m’est arrivé bien sûr. J’ai aussi très peur des noms asiatiques dans les romans, que, à mon grand regret, je confonds souvent… (mais rassurez-vous c’est pareil pour les noms russes, certainement parce que je ne suis pas habituée à entendre ce genre de patronymes). Bref, rien ne me prédestinait à aimer ce roman, surtout que j’étais déjà tombée amoureuse de Hunger Games, et soyons honnêtes deux minutes, le pitch se ressemble énormément.

Mais voilà.

Ce livre m’a donné un coup de poing dans le bide. Alors oui, je ne vais pas vous mentir, il faut s’accrocher quant aux noms des personnages. Si vous êtes déjà perdus dans Game of Thrones, ce n’est peut-être pas la peine de tenter l’aventure dans Battle Royale… il faudra souvent faire des allers retours au sommaire pour vérifier qui est qui, car certains noms se ressemblent énormément.

Mais quelle plume ! Quels personnages ! Chacun d’entre eux a une personnalité propre, une façon de voir le monde très bien retranscrite dans la plume de l’auteur au combien ciselée et épurée. A chaque chapitre son point de vue, et j’ai justement aimé plus que tout la psychologie des personnages, et la métaphore plus globale que l’on peut voir dans le roman : la vie est injuste, et on se bat avec les armes à disposition.

J’ai pleuré et ri face à ce livre. J’ai été profondément touchée et émue par ces enfants — car oui, ils n’ont même pas quinze ans — qui doivent se battre à mort pour un idéal qu’ils ne comprennent pas. Trahirez-vous vos amis pour survivre ? Comment un couple d’adolescent se comporte-t-il face à de telles atrocités ? Le suspense est à son comble, car on se demande qui survivra jusqu’au bout — et s’il y aura un survivant, tout simplement.

Attention peut-être aux âmes sensibles !

Certaines scènes de ce livre sont d’une violence assez inouïe, que ce soit en termes de gore ou de psychologie. Rassurez-vous toutefois, je suis plutôt du genre trouillarde et ça s’est très bien passé…

Battle Royale mêle habilement suspense, science-fiction, amitié, romance et psychologie, dans un cocktail explosif qui m’a ravie de A à Z. Attention, il s’agit pourtant d’un pavé… qui vous laissera peut-être insensible, ou qui saura vous emporter si vous acceptez de vous laisser guider et de plonger tête la première dans ce capharnaüm d’émotions.

 

 

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (poche ou numérique).