Évanescence, Tome 2 : Un amour brûlant – Pénélope Douglas

J’ai adoré avoir l’opportunité de mieux connaître et comprendre le héros du premier tome. Si j’étais attachée à Tate et qu’on devinait les cassures de Jared, ce deuxième volume rend l’histoire et le personnage plus intenses, plus profonds….

Évanescence - 2 - Un amour brûlant - Pénélope Douglas

~ Editions AdA ~ 472 pages ~

Résumé de l'éditeur-1

As-tu déjà été en colère au point où t’étais vraiment heureux de casser des choses? Ou tellement engourdi que t’avais l’impression d’être stoned? Les dernières années m’ont fait cet effet-là. Je passais de la furie à l’indifférence sans faire de pause. Des gens m’en voulaient, d’autres avaient peur de moi. Mais personne ne pouvait me blesser, parce que je me fiche de tout et de tout le monde. Sauf de Tate. Je l’aime tellement que je la déteste. Je déteste ne pas pouvoir la laisser aller. Avant, on était des amis, mais j’ai découvert que je ne pouvais pas lui faire confiance, ni à personne d’autre. Alors, je l’ai blessée, je l’ai repoussée.

Mais j’ai encore besoin d’elle. Elle me centre, et je peux déverser toute ma colère sur elle. En l’attaquant, en la défiant, en l’intimidant — appelle ça comme tu voudras —, mais elle est ma nourriture, mon air, et la dernière partie de moi qui ressent quelque chose d’humain. Mais bon: elle est partie et elle a tout bousillé. Elle m’a quitté. Elle est allée passer un an en France, et au retour, elle était complètement différente.

Maintenant, quand je la pousse, elle me repousse… et je ne sais pas trop si on restera les mêmes.

Avis Marina

Ce deuxième tome est la même histoire que « Une haine brutale » mais du point de vue de Jared. On pourrait lire indépendamment l’un ou l’autre livre, mais cela serait dommage. Comprendre ce que ressentait Jared alors que l’on souffrait avec Tate, donne une dimension plus profonde à leur histoire.

Jared sait se débrouiller seul… Sa mère alcoolique et son père qui les a abandonné alors qu’il n’avait que deux ans, le lui ont appris. Pourtant, quand Tate emménagé à côté de chez lui, elle apporte une lumière à sa vie dont il devient accro… Les enfants inséparables deviennent des adolescents et l’amitié que Jared ressent se voit teintée d’autres sentiments, d’autres envies… Jared a l’intention de dire à Tate qu’il est amoureux d’elle et lui donner son premier baiser pendant leurs vacances d’été… Mais son père change ses plans en réapparaissant dans sa vie… Après 10 ans d’absence, il veut que Jared passe des vacances chez lui…

Là-bas, Jared découvre l’existence d’un demi frère âgé d’un an de moins que lui…. et il découvre aussi l’enfer et le monstre qu’est son père. Quand il appelle sa mère au secours, celle ci ne l’aide pas… Obligé de fuir et de se débrouiller tout seul…

Personne ne veut de lui, personne lui tend la main… Aimer, c’est être faible… Parce que ça donne le pouvoir aux autres de faire mal et de décevoir… Personne ne veut de lui… Jared décide qu’il ne veut plus de personne… L’attaque étant la meilleure défense, c’est lui qui va brimer, repousser et faire mal aux autres… Ce sont les autres qui vont avoir peur de lui… Lui ne sera plus jamais faible, n’aura jamais plus peur, n’aura jamais plus mal…

Jared a décidé que plus rien ne pouvait plus l’atteindre et pourtant Tate continue à lui faire « ressentir des choses »… La colère qu’il ressent trouve un excellent exutoire en elle… Parce qu’il a beau ne pas vouloir ressentir quoique ce soit pour elle, il a besoin d’elle dans sa vie… Et il préfère qu’elle le déteste plutôt qu’elle l’ignore ou l’oublie.

Les livres reprenant la même histoire d’un autre point de vue sont toujours soumis à des avis sévères…. Soit parce que l’auteur se contredit en « ne racontant pas exactement la même chose », soit parce que le lecteur a l’impression d’avoir acheté deux fois le même livre.

Pour ma part, j’ai adoré avoir l’opportunité de mieux connaître et comprendre le héros du premier tome. Si j’étais attachée à Tate et qu’on devinait les cassures de Jared, ce deuxième volume rend l’histoire et le personnage plus intenses, plus profonds…. Mais, effectivement, on apprend rien de bien nouveau par rapport à la version de Tate concernant l’histoire elle même… J’aurais aimé que l’auteur profite de ce deuxième volume pour nous délivrer un fait nouveau… Comme un épilogue nous disant ce que l’université leur réserve par exemple…

4

A lire

Évanescence, Tome 1 : Une haine brutale – Pénélope Douglas

La plume de l’auteur parvient à nous embarquer dans toute la violence des sentiments qui secoue l’héroïne. On souffre, affronte, combat et espère avec elle…. et on s’attache au héros qu’on devine cassé derrière son mépris pour les autres. Il n’est pas question de sexes à outrance, ni de grand romantisme… Mais d’une très belle histoire de genre new-adult qui mérite vraiment le détour.

Évanescence - 1 - Une haine brutale - Pénélope Douglas

~ Editions AdA ~ 346 pages ~

Résumé de l'éditeur-1

Je m’appelle Tate. Mais il m’appelle autrement. Jamais par mon nom familier, et de toute façon, il ne parle pas de moi. Il me parle à peine. Mais il ne veut pas me laisser tranquille. Avant, on était tellement amis. Puis, il s’est retourné contre moi et s’est donné pour mission de me gâcher la vie. J’ai été humiliée, exclue; j’ai fait l’objet de commérages dans toute l’école. Avec le temps, les mauvais tours et ses rumeurs sont devenus de plus en plus sadiques, et je me suis rendue malade à essayer de l’éviter. Je suis même allée passer un an en France, juste pour ne pas avoir affaire à lui. Mais j’ai fini de me cacher, et je ne vais sûrement pas lui permettre de gâcher ma dernière année d’école secondaire. Il n’a peut-être pas changé, mais moi, si.

Le moment est venu de riposter.

Avis Marina

Le résumé ne me faisait pas particulièrement envie… J’avais l’impression qu’il s’agissait d’un roman dramatique sur harcèlement dans les écoles. C’était une erreur et je suis heureuse de m’être laissée convaincre par une amie de le lire.

Tate s’est installée dans une nouvelle maison en ville suite au décès de sa mère… Le manque est immense, mais ce déménagement lui apporte une amitié profonde qui va lui permettre de surmonter son chagrin et apporter un peu de joie dans sa vie… Parce que cette nouvelle maison est voisine à celle de Jared… Le garçon va devenir son acolyte, son complice, son confident, sa force… Son tout…

Pourtant, trois ans après, ce n’est plus le même jeune homme qui revient des vacances d’été de chez son père… Un père qu’il n’avait pas vu depuis 10 ans et qui voulait faire à nouveau partie de sa vie… Alors que Tate pensait que leurs retrouvailles allaient donner suite à tout un tas de confidence sur ce séjour, l’adolescent semble maintenant la haïr.. La haïr d’une haine brutale… Tate encaisse, impuissante, aux rumeurs et humiliations que celui qui avait été son meilleur ami provoquent… Ses années de lycée sont un cauchemar dans lesquelles elle est considérée comme une pestiférée par ses camarades…

Après une année passée en Europe, elle revient, déterminée à ne pas laisser gâcher sa dernière année de lycée. Elle va affronter celui qui est devenu pour elle un étranger. Un affrontement qui va lui apprendre que la haine est un sentiment proche de l’amour… Et qu’une personne qui souffre peut se transformer en un bourreau.

La traduction est canadienne mais absolument pas gênante pour la fluidité de la lecture… Et la plume de l’auteur parvient à nous embarquer dans toute la violence des sentiments qui secoue l’héroïne. On souffre, affronte, combat et espère avec elle…. et on s’attache au héros qu’on devine cassé derrière son mépris pour les autres. Il n’est pas question de sexes à outrance, ni de grand romantisme… Mais d’une très belle histoire de genre new-adult qui mérite vraiment le détour.

« Un amour brûlant », le deuxième tome de cette série Évanescence est déjà disponible. J’ai tellement envie de retrouver ces personnages que je vais me précipiter dessus…en espérant qu’il me transportera autant.

4,5

A lire