Bad trip en AlasKal – Emma Landas

Bad Trip En AlasKal résumé - Les Tentatrices Blog Littéraire

Vous arrive t’il de vous faire de fausses idées en ne regardant que la couverture d’un livre et le nom de l’auteure ? C’est ce qui m’est arrivé enfin, je pense. Car je ne sais pas si c’est parce que j’ai été super exigeante avec ce titre, ou si j’avais juste une mauvaise idée de l’ambiance générale du livre, mais je suis Frustrée. Ouiiii, encore une fois 😏.

J‘en voulais plus, je voulais être encore plus emportée même si j’ai apprécié ma rencontre avec  Kal et Meghan. Je voulais une explosion d’émotions, un feu d’artifice et je ne l’ai pas eu.

En débutant Bad trip en AlasKal, je m’attendais certes à une histoire avec beaucoup d’humour et de légèreté, mais je voyais aussi une histoire prenante, marquante et aussi bouleversante que l’un des tomes de la série The Elements de Brittainy C.Cherry. J’aurai bien dit la faute à la couverture et au thème « Reconstruction de soi » sur booknode car honnêtement je ne me suis pas arrêtée au résumé, et je pense que j’aurai dû le faire

Pourtant, je suis vite rentrée dans le récit, j’étais presque en adoration devant la force de caractère de Meghan. Une jeune femme forte, combative et qui a de la ressource comme jamais j’en aurai, en plus d’avoir une répartie et un humour d’enfer.

Face à elle, nous avons le torturé Kal, Kal le Connard avec un grand C, Kal l’enfoiré, Kal le sexy et beau mauvais guide qui disons le franchement m’a horripilé avant qu’il ne commence à se dévoiler.

J’ai adoré leurs différents combats verbaux, les pics qu’ils se sont lancés l’un à l’autre, c’était assez intense. Et puis arriva ce qui je pense a finalement bien gâché ma lecture, car jusqu’ici, tout était pratiquement parfait. 

Elle tomba amoureuse super, vite, mais pourquoi ? POURQUOI AUSSI VITE ?

Cela m’a beaucoup emmerdé, car Kal n’était pas sympa avec elle, qu’elle lui saute dessus, car elle est attirée physiquement par lui oui, mais tombée amoureuse en 48 h, je n’achète pas, surtout avec le caractère qu’elle a. 

Ensuite, autre point négatif, je n’ai pas été transporté plus que ça par leur couple, même si j’ai eu l’intensité pendant les joutes verbales et pendant l’acte. Bah niveaux émotions, ils m’ont laissé sur le bas-côté et pourtant, il y a du lourd en passif. 

C’est ce qui retient Kal de vouloir s’investir avec Meghan et du coup, c’est elle qui se bat pour leur couple, encore et encore. Elle y met tout ce qu’elle a la pauvre. Vu mon caractère de merde, j’ai eu du mal à m’identifier à elle sur ce combat-là et j’adore m’identifier au personnage. 

Le fait qu’elle soit la seule à se battre m’a agacé même si je comprends les réticences de Kal. Mais a un moment donné, mec récupère tes couilles BORDEL.

J’adore l’écriture d’Emma Landas, captivante, fluide, toute en légèreté, mais mordant et intense à certains endroits. Cependant, pour Bad Trip en Alaska, il m’a manqué les émotions et il m’en faut pour être complètement conquise. 

Note : 3.5 sur 5.

Vous pouvez retrouver ce roman sur Amazon, en cliquant sur les liens des formats qui vous intéressent : Format Numérique , Format Broché

Green Oak – Emma Landas

Image résumé
Black Ink Editions ( Juillet 2019) – Format numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions Black Ink pour ce service presse.

Bon, je ne vais pas y aller par 4 chemins, vous êtes ici en présence d’un avis COUP DE CŒUR ! Mon premier pour un roman d’Emma Landas. J’ai eu la chance de chroniquer par le passé « Chirurgicalement vôtre » et « Goran ». J’ai aimé ces romans car on ne résiste pas au charme de la plume d’Emma. Cependant, « Green Oak » a ravi mon p’tit cœur tout mou avec sa poésie et son intensité romanesque.

Je vous explique pourquoi.

Cette histoire m’est apparue comme hors du temps, peut-être parce qu’elle s’étale sur plusieurs années. J’ai pu deviner quelques références et/ou  influences dans ce récit. Je ne sais si l’auteure s’en est inspirée,mais j’ai ressenti comme un p’tit air du film de « N’oublie Jamais ». L’ambiance générale m’a aussi fait penser à la Louisiane, comme elle est abordée dans la « Communauté du Sud » dont est tirée la série « True Blood ». Point de vampires ni de créatures fantastiques ici bien évidemment, mais en lisant « Green Oak », j’ai eu l’impression de ressentir cette atmosphère humide, presque mystique des lieux. Le lac et le chêne vert sont presque des personnages à part entière dans ce roman. L’auteure n’a pas son pareil pour décrire l’environnement de son histoire, si bien que je me sentais comme spectatrice sur les berges du lac à observer Lorialet et Victoria évoluer.

Parce qu’il s’agit bien de ces deux-là dans cette histoire : Lorialet, le sang-mêlé qui s’est toujours senti rejeté par sa communauté et Victoria, la jolie blonde de bonne famille qui ne s’y sent pas à sa place. Deux âmes égarées, qui lorsqu’elles vont se trouver et fusionner, vont réellement découvrir ce que c’est que de devenir la famille de l’autre, son tout, son espoir et son amour unique. Alors qu’il se connaissent depuis leur enfance, qu’ils se cherchent et se taquinent au cours de leur adolescence, devenus adultes leur relation va prendre une toute autre tournure. Ils grandissent et prennent conscience de la nature des sentiments qui les animent et les habitent littéralement. Leur romance est magnifique, pointée de poésie et de mélancolie. J’ai aimé le parallèle choisi par Lorialet et Victoria avec l’histoire mythique d’Achille et Briséis.

Emma Landas a su mener sa trame de manière à nous rendre totalement accro à l’histoire. J’ai dévoré ce roman. Je dois reconnaître que j’adore lorsque les auteures choisissent une playlist pour illustrer leurs propos. Cela donne une toute autre dimension aux sentiments des personnages. C’est aussi pour le choix des morceaux sélectionnés par l’auteure, au début de chaque chapitre, que j’ai été conquise.

Le personnage de Victoria m’a particulièrement touchée, de par son air candide alors qu’elle n’est encore qu’une enfant et de par sa force qui ne fait que grandir en même temps qu’elle. Vous voyez ces fameux personnages forts et fragiles à la fois, ceux qu’on adore lire tant ils nous touchent au plus profond de nous-même, et bien Victoria fait partie de cette catégorie de protagonistes, sans nul doute. Son univers familial ne lui apporte aucun soutien, aucune sécurité. Pourtant, elle est prête à les affronter pour s’en affranchir, comme si finalement elle n’attendait que cette force que lui procure Lorialet pour le faire.

Je pourrais parler longuement sur la beauté du couple formé par Lorialet et Victoria, sur la pureté de leurs sentiments. Je pourrais vous dire que la notion de sacrifice par amour est parfaitement illustrée par le personnage de Victoria. Je pourrais aussi évoquer ce roman comme une parenthèse enchantée qui vous embarque et vous fait voyager dans une autre dimension, là où l’amour n’a aucune limite, là où ce sentiment suffit pour affronter les pires obstacles.

Voilà donc pourquoi « Green Oak » est un très beau coup de cœur. Bien sûr ce livre n’a pas besoin de ma chronique pour se faire connaitre, mais si toutefois vous hésitez à vous le procurer, alors je vous dirai de foncer parce qu’à coup sûr vous allez kiffer, foi de Tentatrice! 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

COUV NUM

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2

Will – Emma Landas

Will – Emma Landas – Black Ink Editions – Version Numérique – Sortie le 01/03/2019

Je remercie les Editions Black Ink pour ce Service de Presse.

Alors cette romance, je pense qu’il faut que vous la découvriez pour la savourer ! Certes vous allez être frustrés, car vous voudrez savoir tout, et vite, mais Emma Landas sait faire durer le plaisir et c’est ce que j’ai aimé (et aussi détesté, pour nous faire autant languir !)

Je n’ai pas lu chirurgicalement vôtre (oui sacrilège !) mais ça ne m’a pas empêchée d’apprécier ce livre, si ce n’est peut-être de comprendre la relation subtile, complexe et profonde qui lit Will à Terence !

Donc, Will, chirurgien, exilé à Chicago, prend l’avion pour rentrer à Bordeaux, pour des vacances dans sa famille. Et là, c’est le choc, lorsqu’il reconnaît son premier amour, Célia, alias « Miss baskets », un peu plus loin dans la queue. Cet amour d’étudiant, ce passé qui le ronge depuis dix ans, dont il se dégoûte, lui éclate en pleine figure… Il ne faut pas qu’elle le voie car il le sait, leur rencontre ne peut pas bien se passer, et lui, s’en remettrait-il ? Pourtant ces explications, il les lui doit …

Alors comment dire … ? Le Will étudiant, je l’aurais détesté, c’est certain, mon dieu ce qu’il est énervant : baiseur compulsif, arrogant, sûr de lui, respectant peu les femmes !!! Mais alors le chirurgien, je le « surkiffe » (veuillez excuser mon français !) mais je n’ai pas réussi à trouver un verbe équivalent et avec la même valeur ! Je n’en dirai pas plus, car je pense qu’il faut découvrir cet homme, le changement, au fil des pages pour qu’il vous touche, autant que ce fut mon cas !

Célia et ses répliques, ses petites vengeances, je les ai adorées ! Enfin une fille qui le remet à sa place, le faire descendre de son piédestal, il en avait besoin ! Je peux vous dire que vous allez rire avec ces deux-là et leurs bêtises de jeunesse !

Après les premiers chapitres sur le passé du jeune étudiant en médecine, je commence à être frustrée avec ce pédant de Will qui raconte son quotidien, avec ses amis, son quasi-frère Terrence et sa famille… mais je veux savoir ce qu’il a fait Célia, et pourquoi ?

Un retour au présent, puis on bascule sur le point de vue Célia, qui nous raconte son histoire avec le Will étudiant, ses défauts mais aussi ses qualités. Je vous avoue qu’à ce moment du livre, je trépigne d’impatience d’enfin connaître la raison de cette traitrise et ses dix années de silence, de rancunes. Puis la révélation, et l’histoire rebascule au présent.

Toutes les pièces du puzzle mettent du temps à se mettre en place, mais c’est de cette manière, que nous sommes tenus en haleine, voulant comprendre les enjeux, rancœurs, trahisons. Cette façon un peu décousue de monter l’histoire nous permet également de ressentir tous les sentiments, bouleversements qui naissent, troublent, percutent puis hantent Will et Célia.

Une fois de plus, cette auteure m’a tirée les larmes pour un homme, qui se met à nu ! J’aime que, dans un livre, les hommes mettent leurs tripes à nos pieds (pardon pour l’image !) sans être niais, ni trop romantiques de manière dégoulinante, que le personnage masculin soit fort, tout en acceptant ses faiblesses, ses failles. Un tel amour de jeunesse, fugace et profond aura fait de sacrés ravages, à la hauteur de la désillusion de la jeune femme ou des regrets de Will …

Il y a des vrais moments bouleversants de sincérité, parfois avec une petite touche d’humour qui les caractérisent. A mon sens, c’est ce qui fait que ces personnages soient si réalistes, justes dans leurs attitudes et leurs répliques. Le prologue est juste phénoménal ! Cette manière de le mener est novatrice et vraiment drôle.

Vous l’aurez compris que j’ai passé un excellent moment avec Will ! Le chirurgien m’a séduite, j’ai complètement succombé au phénomène… Il a fait une victime de plus : MOI 😍!!!!

N’hésitez pas à aller détester l’agaçant Will, pour ensuite l’aimez autant, si ce n’est plus, que vous l’aurez détesté, c’est toute la force de ce personnage !

 

Vous pouvez commander ce livre sur Amazon en cliquant sur la couverture suivante :

Goran – Emma Landas

 

Image resumé
Editions Black Ink ( Mars 2018) Environ 325 pages- Format numérique

Nous remercions les éditions Black Ink pour ce service presse

Avis de Julie

Je me suis lancée dans cette lecture sans connaître l’auteur … Eh bien je reste sans voix, avec un seul son : Wahouuu ! Il nécessite peu d’explications sur la situation de départ pour ne rien dévoiler…

Goran est un magnifique livre bouleversant. Vous serez pris aux tripes du destin de ce personnage, Goran, d’origine yougoslave, qui refuse l’amour de peur de souffrir, il a trop perdu pour y croire encore. Le récit de son passé m’a juste retourné l’estomac tellement c’est bien écrit !

Il va rencontrer Charlie, serveuse dans un bar connu de Chicago. Mais n’oublions pas que Goran est aussi beau qu’inaccessible, avec un humour décalé. Il chante magnifiquement bien, il a tout pour lui, mais…

Que cache-t-il pour être si gentil et distant à la fois ?

C’est ce qu’essaie de découvrir Charlie… Elle est en proie avec sa famille, un père alcoolique, violent et fainéant, deux frères qui sont toujours dans les embrouilles et finissent par s’attirer de graves des ennuis. Elle fait bouillir la marmite en cumulant les boulots, se tuant à la tâche, n’a pas eu plus de chance dans ses relations amoureuses. Sa vie est un désastre, loin de ses rêves, c’est dans le bar de Mel, sa patronne, où elle se sent bien. Elle est attirée par Goran, tout en étant sur la réserve, mais elle persévère… On lui en voudrait presque pour ça car, elle met à mal toutes les certitudes de Goran, c’est une véritable torture pour lui !

L’auteur n’épargne pas son lecteur, elle nous tient en haleine une bonne partie du livre, puis nous torture car on se demande comme cette histoire va finir.

C’est très bien mené, on a des sentiments, du suspense, des retournements de situation. Les personnages secondaires donnent une dynamique supplémentaire à l’intrigue, car certains sont hauts en couleurs ! Tout y est pour que vous soyez pris dans l’histoire jusqu’à la dernière page, sans pouvoir la lâcher, comme moi. La plume d’Emma Landas est vraiment délicate, en même temps précise et percutante, c’est cette alliance qui vous accroche.

Mon seul petit regret c’est que j’aurais aimé que la fin soit plus développée, pas juste racontée mais pouvoir assister à certains passages de la vie des personnages.

Pour moi, c’est un quasi-coup de coeur, une belle réussite, ce livre va vous étonner, vous chambouler, vous marquer… Lancez-vous sans hésiter !

a lire

Note 5

 

Avis de Valou

J’avais vraiment aimé lire « Chirurgicalement Vôtre », le premier roman d’Emma Landas publié aux Editions Black Ink. Dès que j’ai su qu’elle avait écrit un nouveau roman, je n’ai pas hésité une seconde avant de le lire, d’autant plus que derrière cette très belle couverture, se cache un mystère, celui de Goran. 

Volontairement, je ne vous dévoilerai quasiment rien de l’histoire et de sa trame. Voici les seuls éléments que je choisis de vous donner. L’histoire se déroule dans le Chicago sombre et dangereux, loin du clinquant rêve à l’américaine. Dans ces quartiers chacun lutte pour vivre et si vous êtes une femme vous rasez les murs et vous vous camouflez derrière des vêtements passe-partout, pour éviter les ennuis. C’est le cas de Charlie. Cette jeune femme lutte chaque jour, en travaillant 2 fois plus, pour un jour avoir la chance de réaliser son rêve:partir de cette ville. Sa famille est loin d’être aidante. Chaque jour elle avance, chaque jour elle se dépasse, pour avoir le droit de toucher du doigt, à des lendemains meilleurs. Le soir elle travaille dans un bar auprès de Mel, la propriétaire des lieux. Celle-ci a proposé à Goran de venir se produire sur la scène pour la soirée. Lorsque Charlie va l’entendre chanter, sa vie va en être bouleversée, totalement chamboulée. 

Emma Landas nous plonge dans un univers sombre et peu abordé dans la « New Romance ». Sa plume est toujours aussi fluide et très agréable à lire. Je lui tire mon coup de chapeau pour tout le travail de documentation qu’elle a fourni pour cet ouvrage. Page par page, j’avais tellement hâte de découvrir la suite de l’histoire. La relation entre Charlie et Goran s’installe peu à peu et leurs sentiments se révèlent tels une explosion, un cataclysme, un coup de foudre! Mais parfois la réalité vous ramène vite sur terre…Si je devais résumer ce livre en une phrase je dirai qu’il ne faut pas se fier aux apparences, elles sont souvent trompeuses…Je vous invite vraiment à découvrir ce roman, parce qu’il vaut le coup. L’alternance des points de vue de Charlie et de Goran apporte vraiment une plus value à la trame du récit. Les flashbacks permettent de mieux comprendre de quoi il en retourne. La playlist proposée par l’auteure vous plonge totalement dans l’univers sombre du Chicago de Goran. 

Le seul petit regret que je pourrais avoir, c’est que j’aurais aimé davantage de passion entre les 2 protagonistes principaux. Il y en a bien sûr, mais j’aurai aimé qu’elle soit encore plus présente, même s’il est vrai que les circonstances ne s’y prêtent pas toujours.

Comme j’aime souvent le faire, je décerne une mention spéciale à un personnage du roman. Cette fois-ci c’est celui de Sunny, qui a fait mouche!! J’ai adoré ses sorties et ses interactions avec Charlie. Il apporte beaucoup de fraîcheur au roman. Il vous fera sourire, j’en suis certaine. Un p’tit rayon de soleil ce Sunny!!! ( oui je sais elle est facile celle-ci… ;-))

Allez-y foncez, découvrez cette « romantic suspens » teintée de notes sombres issues de la Dark romance. 

A lire

Note 4,5

Cliquez sur les images ci-dessous pour vous procurer le format souhaité 

COUV NUM

couv broché

 

 

Chirurgicalement vôtre – Emma Landas

image resume def
Black ink Editions ( septembre 2017) Environ 420 pages

Merci à Déborah des éditions Black Ink pour ce service presse.

Avis de Valou

Au premier regard, la couverture stylisée de ce roman m’a intriguée. Dès que j’ai reçu le livre, je me suis immédiatement plongée dedans.

Le roman est partagé en trois parties. La première est racontée du point de vue de Seléna. La seconde du point de vue de Terence Cesare et la troisième se compose de plusieurs points de vue différents.

Emma Landas nous parle de Seléna, jeune étudiante infirmière, en fin de 2ieme année à Bordeaux, qui s’apprête à intégrer une clinique pour la période estivale en tant qu’aide soignante. Vous l’aurez compris, l’univers médical est en toile de fond.

Plus douée dans l’art de coucher des mots sur papier que dans ses interactions avec les autres, sa rencontre avec le chirurgien Dr Terence Cesare la laisse sans voix. Elle est immédiatement intriguée et attirée par son magnétisme, mais surtout fortement agaçée par son comportement arrogant, suffisant, voire méchant. A plusieurs reprises, ils se recroisent, Terence est toujours aussi froid et mauvais. Alors, Seléna se laisse emporter par les soirées organisées par sa meilleure amie Léna au Cap Ferret. Là elle rencontre William, le frère de celle-ci et oh surprise, c’est la meilleur ami du Dr Cesare!! Préférant laisser de côté les fortes émotions contre lesquelles elle lutte, lorsqu’elle est en présence de Terence, Seléna se laisse séduire par William qui petit à petit gagne sa confiance. Seléna se laisse envoûter par les bienfaits de cette relation naissante. Meurtrie profondément par le passé et échaudée par le comportement de Terence, elle entame une relation avec William.

Jusqu’à ce que celui-ci lui propose une soirée d’un autre genre, dans un club privé, très sélect, dans lequel il faut être autorisé pour entrer. Seléna se laisse convaincre, elle se rend rapidement compte que Terence est aussi présent dans ce club. A partir de cet instant, Selena rejette ce qu’elle estime de la dépravation et rompt avec William.

Ce tournant marquera dans l’histoire, Seléna sera pourtant de nouveau attirée plus que jamais par Terence et aura beaucoup de mal à ne pas succomber quitte à se brûler les ailes…

Ce Terence : quel personnage !! Emma Landas nous présente un homme virile, sombre, torturé, malheureux, déprimé. Il est bien plus sombre que Christian Grey et n’a rien à envie au marquis de Sade. Il va loin, très loin. Il manipule sans scrupule, désabusé par tout. Il ne semble pas avoir de part d’humanité en lui.  Il n’a pas de limite. Je vois Terence avec le corps de l’acteur Luke Evans et le caractère de Dr House ! 🙂 Pourtant, l’arrivée de Seléna dans sa vie va changer sa vision des choses. Il en apparaît que plus mélancolique encore, car il estime ne pas mériter une quelconque once de bonheur.

J’ai beaucoup aimé la première partie du roman, elle est dynamique et on attend qu’une seule chose : savoir si Seléna et Terence vont succomber à la passion qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Je regrette cependant que la seconde partie ralentit, selon moi, le rythme car on revit les mêmes moments que dans la première partie mais racontée du point de vue de Terence. La fin de la première partie m’a donnée envie de découvrir la suite, mais la seconde partie retarde cette délivrance.

La troisième partie nous replonge dans leur cœur de l’histoire, les non-dits sont dévoilés. Les personnages se font du mal, beaucoup. Du bien aussi, un peu.Il s’agit d’une romance dramatique, ici le côté érotique n’est pas au cœur du récit. Il y a des scènes décrivant l’intimité des personnages bien sûr, mais Emma Landas nous montre surtout les sentiments très forts développés par Terence et Seléna, ce, malgré tout. Un amour incommensurable, qui n’a pas de limite dans la durée. La fin du roman est magnifique, l’épilogue fait écho au prologue d’une belle manière. J’ai été frustrée que ça s’arrête, j’aurais voulu partager, encore quelques moments avec nos personnages.

Bref, une lecture qui change de part sa trame et son contenu. L’histoire d’amour est bouleversante, ce qui m’amène à vous poser une question : peut-on aimer l’autre malgré tout le mal qu’il peut nous faire ?

A vous de le découvrir maintenant…

4

COUV NUM DEF
Cliquez sur l’image pour télécharger la version numérique