Coloc Avec Mon Boss – Erin Graham

Coloc Avec Mon Boss – Erin Graham ¤ Editions Addictives (Août 2020) ¤ 338 pages

J’ai découvert Erin Graham cette année avec son roman “The Boss” que j’avais vraiment beaucoup aimé. “Coloc avec mon boss” confirme une chose : Je crois que je vais lire toutes ses sorties à venir.

Non parce que, j’ai clairement adoré ce roman ! 

J’ai passé un excellent moment en compagnie de Lizy et Etienne. Ces deux là ensemble sont vraiment hilarants.. J’ai adoré les répliques, les surnoms débiles, les étincelles qui crépitent ! Et même si les sentiments arrivent assez rapidement, pour une fois, je dois avouer que ça ne m’a pas dérangé. 

Lizy est pleine de vie, pétillante, solaire et tout en fleur. J’ai aimé son franc parlé, son caractère de battante et aussi sa vulnérabilité. L’auteure a su gardé le mystère jusqu’au bout concernant son passé et je dois avouer que je ne m’attendais pas à ce genre de révélation. 

Etienne.. Etienne… On va dire que les paroles de Guesch Patti lui collent assez bien à la peau ! Allléché, mal léché.. Affolé, affolant.. Il va devenir la coqueluche des lecteurs. Boss Sexy à Lunette, Intransigeant, Caractère à la con mais Touchant quand il se dévoile et s’adoucit ! 

L’intrigue n’est pas des plus originale mais ce n’est franchement pas un problème. La lecture coule toute seule, les pages se tournent et s’avalent à un rythme qu’on ne voit pas les heures défilées. La plume de l’auteure est fluide, pleine de rythme et d’humour… 

Coloc avec mon Boss, c’est une lecture parfaite pour l’été : Pleins de fleurs, d’humour, de sensualités avec des protagonistes qui sont autant attachants que drôles ! Mention spécial pour Agatha qui m’a fait rire à de nombreuses fois.. J’ai vraiment adoré ce petit bout de femme qui va tout faire pour aider Etienne. 

Si vous ne l’avez pas encore compris, Erin Graham commence à se placer dans mes auteures incontournables à suivre de près ! Je ne peux que vous recommander cette lecture toute en légéreté.

*Je remercie les éditeurs Addictives pour ce Service de Presse*

Note : 5 sur 5.

Summer secret – Mag Maury

Summer secret – Mag Maury – Editions Addictives / Luv – Juin 2020 – 284 pages

Je remercie vivement Mag Maury et les éditions Addictives/Luv pour ce service presse.

En commençant ma lecture, je dois dire que je n’étais pas du tout emballée par ce qui se présentait. Jusqu’au 15-20% du livre environ j’ai subi, me demandant comment j’allais faire pour continuer. 

Et finalement…  j’ai eu un déclic, et j’ai pris plaisir à poursuivre ma lecture, et ce, jusqu’au bout

Ariel, est une jeune fille de 18 ans qui m’a vraiment barbée au début. Je la trouvais nian nian, nulle, gamine et de nombreux comportements déjà vus dans les romances.

Mais, à un moment, elle s’est démarquée, et là je dois dire qu’elle m’a conquise. J’ai aimé qu’elle se révèle, et voir ce qu’elle était vraiment : plus forte que je ne l’aurais cru, qui ne se laisse pas faire et avec une combativité à toute épreuve.

Mention spéciale pour les parents d’Ariel. Je pense que tout ado, et même tout adulte, rêverait d’avoir des parents comme ça, avec une telle relation. Ils ont une place importante dans l’histoire, même si on ne les voit pas énormément. Ariel est ce qu’elle est grâce à eux et ils vont également tendre la main à Ambros et changer sa vie.

Concernant Ambros (j’ai eu du mal avec son prénom, et je pensais souvent à de la compote, désolée…), c’est un gars de 20 ans, qui en a chié. Il est sombre, déterminé, arrogant… Mais ça, c’est uniquement au début du livre. Car après, il apparaît complètement différent, et je pense que la sincérité est la qualité qui le définit le mieux. J’ajouterais également altruiste. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié

Ariel et Ambros m’ont touchée. Ils sont tous deux jeunes mais savent faire preuve d’une maturité assez déconcertante. J’ai été agréablement surprise et je dois dire que ça fait du bien de voir ça !  

En lisant le résumé, je m’attendais à un gros jeu du chat et de la souris, mais ce n’en était pas vraiment un. Ce qui n’est pas si dérangeant car la suite du livre se révèle correcte et tout à fait crédible.

Je suis tout de même un peu déçue du prologue ; outre le fait qu’il pose les bases (normal), il m’a de suite donné une idée de la fin. Alors certes c’est souvent la même fin dans ce genre de livres, mais j’ai toujours espoir d’être surprise.     

L’auteure a su malgré tout me faire apprécier la découverte de l’attraction et du désir naissant d’Ariel, et pour ça, chapeau, parce que je ne suis clairement pas une adepte des vierges et des queutards (hello les clichés).

J’ai ressenti la tension et l’intensité entre eux très rapidement. Leur première fois est touchante, émouvante, rêvée. Et dans TOUTES les scènes de rapprochement, mon palpitant battait la mesure.

J’ai également appréhendé la fin de leur histoire avec le deal qu’ils avaient fait, la date de péremption de leur relation, savoir comment ça allait se dérouler. (Et là vous vous dites, mais…pourquoi une fin ? Pourquoi une date… ? Bah… si vous voulez le savoir, il faudra le lire :p)

Je souligne également l’aspect humouristique du bouquin. Je dois avouer que je me suis marrée à quelques reprises ! Alors oui, il y a quelques passages où c’est assez gamin, (trop) gentillet mais il y a aussi des scènes vraiment marrantes.

J’ai été assez écoeurée en découvrant le comportement d’un des protagonistes. Ce qu’il faisait envers et contre tout, ce qui importait le plus à ses yeux… Bref quelqu’un de pourri comme souvent dans les livres et que j’ai détesté.

Je n’ai pas ressenti la rapidité de leur histoire dans le livre et pourtant il ne s’était écoulé que quelques semaines. Donc là aussi, chapeau à l’auteure. 

Allez avec tout ça, il faut bien un petit point négatif, outre le début. Tous les personnages (hormis un) étaient super sympa, un groupe solide mais le fait qu’ils aient tous droit à un happy end m’a dérangée car je suis pas une super grande fan des histoires qui débordent de joie et d’amour. J’aime mieux quand tout n’est pas super gai, que la vie fait l’effet qu’elle doit faire car soyons honnêtes, certes les livres font rêver mais quand il y en a un peu trop, ça manque de crédibilité pour ma part car ça s’éloigne de la réalité.

Je terminerai sur la plume de l’auteure que j’ai trouvé très agréable et fluide, sans parler des émotions qu’elle a su me faire ressentir tout au long du roman. 

En bref, une lecture très sympathique que je conseille.

Fucking Paradise Island – Mila Jensen

Par quoi commencer ? Je ne sais absolument pas comment va débuter et finir cet avis lol.

J’ai beaucoup adoré Fucking Paradise Island et ce n’est pas à cause du héros.

Exit le bookboyfriend ici même si honnêtement Anton est très hummmm miamm. J’en ferai bien mon quatre heures 🤩. Et puis il est beau, riche, un corps de rêve et une personnalité absolument adorable. J’aime beaucoup ce type, c’est même le mari idéal, je trouve.

Mais voilà, il n’est pas the personnage ici. Non la vedette lui a été volée par une héroïne absolument pas comme les autres. J’avais déjà ressenti cela avec Callie du même auteure dans la duologie « Unexpected Love ».

Kate la Dragonne

Katheleen aka Kate la dragonne pour les intimes est une magnifique jeune femme de 32 ans. C’est une bourreau du travail, qui ne vit que pour ça et vise sa prochaine promotion. C’est aussi une nana EXÉCRABLE, mais quand je dis EXÉCRABLE, ce n’est vraiment pas de la rigolade. Elle a un niveau de haute compétition et écrase tous ses concurrents.

Vous allez tout d’abord la détester, au point de lui souhaiter qu’il lui arrive des bricoles, sisi je vous assure. Elle est juste imbuvable, tyrannique et j’en passe. En somme, c’est votre patron.

Vous avez envie de fuir ? Moi aussi, j’ai eu cette envie.

L’ appel du karma a été plus fort cependant, je voulais savoir si Dieu allait lui tomber dessus. Et il l’a fait, sous la forme de vacances sur une île paradisiaque tout frais payé (la garce a eu de la chance.) Elle y fera 2 rencontres qui bouleverseront et ravageront tout sur leur passage comme le ferait une tempête.

Et c’est là que ça devient intéressant, car Kate va devoir être avec des gens, leur parler, faire connaissance, s’ouvrir, et même s’excuser. Et avec un caractère comme le sien, la bataille est comme qui dirait perdu d’avance.

J’ai aimé cette histoire avec cette héroïne qu’on ne croise jamais en Romance. Elle est vraiment d’un nouveau genre, son caractère est à chier, mais j’ai adoré voir sa transformation. Kate est une personne entière, sans filtre, qui dit les choses comme elle le sent. Alors oui, c’est blessant, ce n’est pas gentil, mais elle assume complètement. La vie n’a pas été cool avec elle aussi, son caractère c’est sa protection, son armure. Elle ne veut pas être proche des gens et le leur fait savoir sans chercher midi à 14 heures.

Sa rencontre avec Anton et le petit Benito va cependant changer la donne. En quelques jours, ils vont faire tomber les barrières dont elle a mis en place durant 5 ans et qui n’ont pas bougées d’un iota même avec celui qu’on pourrait appeler son « meilleur ami » Adam. Elle va se livrer comme jamais elle ne s’est livrée. Et quand on connaît Kate, c’est hallucinant.

Mila Jensen nous offre un roman qui sort du lot, où se mêlent humour et émotions et pourtant, c’est tellement plus profond que cela.

Anton

L’un des thèmes n’est absolument pas facile à aborder. Nous n’avons pas tous la même manière de gérer certains grands événements qui marquent nos vies à jamais, surtout quand ils sont douloureux. Chez certains d’entre nous, cela peut même nous changer de façon irréversible, la Douleur, la Culpabilité, le Sentiment d’ Impuissance deviennent nos meilleurs amis. Et on a beau essayé de les repousser, ils reviennent toujours. Ils en ont rien à foutre de nos états d’âmes. La reconstruction met du temps, elle devient quasi impossible surtout si on a mis des barrières, il faudra un autre gros événement ou une rencontre absolument FABULEUSE pour nous remettre d’aplomb.

Kate, Anton et notre petit Benito en avaient besoin tous les trois, ils avaient besoin de se sentir aimer à nouveau et d’un amour inconditionnel.

Les seuls reproches que je ferai à Fucking Paradise Island sont : la rapidité de la relation entre Anton et Kate ainsi que la découverte du secret de la dragonne. J’aurais aimé que celui-ci vienne un peu plus tardivement, mais de la même manière dont il a été fait pour apporter plus de crédibilité au personnage de Kate.

Un très bon roman et une très belle histoire pour une héroïne que vous allez adorer détester.

 

 

A lire

 


 

Je ressors de Fucking Paradise Island en ayant passé un agréable moment de lecture. 

On découvre Katheleen (Kate), une femme de 32 ans dont la vie tourne autour de son travail.  Elle est démente, timbrée, excellente et égoïste (coup de coeur particulier à ce défaut qui n’en est pas forcément un pour moi). Kate aborde un caractère très fort, mais en réalité celui-ci lui sert simplement de porte blindée pour se protéger. Une promesse qu’elle s’est faite à elle même pour en tenir une autre. 

Son attitude de garce est le seul moyen qu’elle a trouvé afin de préserver un semblant d’équilibre. Équilibre qui s’avère de plus en plus précaire et qui lui vaudra d’être envoyée en Polynésie sur une île paradisiaque pour se remettre d’aplomb. Elle y fera plusieurs rencontres notamment celle d’Anton qui va la perturber plus qu’elle ne le voudrait. 

J’aurais aimé ressentir plus de choses pour Anton car il ne m’a pas énormément touché. Il est bien évidemment important dans l’histoire mais je n’ai pas vibré comme pour l’héroïne. J’ai été concentrée tout le long de ma lecture sur Katheleen et son tempérament de feu

Il est rare que j’apprécie autant les héroïnes mais celle-ci le vaut bien. 

Kate a des défauts, mais des qualités également, ce que j’ai aimé c’est qu’elle assume pleinement ses défauts et ses démons. J’ai littéralement adoré ses piques verbales, j’ai halluciné à de nombreuses reprises mais je les ai toujours adorées. Ça sort des sentiers battus et ça fait du bien, bravo !!

Même si je n’ai pas plus accroché que ça à Anton, j’ai apprécié sa présence ainsi que celle des autres protagonistes qui gravitent autour de Kate. 

J’ai beaucoup aimé le début où on découvre une héroïne assez horrible, une garce comme elle aime s’appeler. Au quart du livre on commence à comprendre les raisons de sa façon d’être. C’est assez émouvant de la voir autrement que la manière dont elle est dépeinte.

Par contre, je regrette que l’on apprenne assez soudainement les raisons pour lesquelles elle est ce qu’elle est ; j’aurais préféré avoir les informations au compte goutte comme le passage avec son rêve qui nous laisse présager quelque chose de grave et peu reluisant.

J’ai apprécié le dernier rebondissement complètement inattendu, qui m’a permis de me plonger plus en profondeur dans la fin du récit. Je ne l’ai pas du tout vu venir ! C’est assez spécial et ça change de tout ce qu’on voit dans les codes de la romance. Double bravo à l’auteure !

J’aurais aimé que les choses se passent encore une fois moins vite. Je vais sûrement beaucoup me répéter dans les avis sur ce point. Mais je trouve quasiment à chaque fois que la relation entre les héros est vraiment trop rapide.

 

Je découvre la plume de Mila Jensen pour la première fois et elle est fluide et très agréable à lire.

 

En conclusion, une lecture fort sympathique, avec des rebondissements qui sortent de l’ordinaire et des personnages haut en couleur qui ne laissent pas indifférents, principalement, la protagoniste principale.

Nous remercions Mila Jensen et Beli de chez Livre sa vie pour ce service presse

The Boss – Erin Graham

The Boss – Erin Graham * Éditions Addictives *

Je cherchais une lecture touchante et qui me prenne aux trips. Une amie m’a conseillé «The Boss» en me précisant de ne pas me fier au résumé.

Il est vrai que de prime à bord, on pourrait penser que c’est une simple petite romance entre un patron et son employé. Mais en fait.. Non !C’est vraiment bien plus profond et finalement le côté « The Boss » est relativement peu mis en avant dans cette histoire.

Non ici, on se concentre sur les émotions, sur le pardon, la confiance, la reconstruction, la paix face aux traumatismes.. C’est une jolie et parfois douloureuse histoire.L’auteur nous happe et nous emmène à travers le point de vue de ses deux protagonistes qui nous touchent.

 

J’ai eu la gorge nouée à certains moments tant Milie m’a ému, j’ai adoré sa force de caractère et qu’elle prenne sa vie au bras le corps. Marek aussi m’a beaucoup plu. C’est un homme bon et généreux, patient et compréhensif avec Milie. Il a ses défauts et ses fêlures mais quand tous deux se retrouvent, c’est une évidence et c’est beau tout simplement.

Les personnes qui gravitent autour ont également leurs importances et sont tous attachants à leurs façons. J’ai beaucoup aimé Aude, la sœur de Milie et Patricia la secrétaire de Marek. Deux bouts de femmes qui jouent un rôle important pour nos personnages principaux !


S
i je devais émettre un petit bémol, ça serait le légèrement manque d’action. Je m’attendais à un petit rebondissement en cours de lecture, un petit truc qui aurait attisé encore plus notre intérêt, titillé nos nerfs..Car si elle est bien menée et absolument bien écrire, l’histoire reste assez linéaire dès l’instant où la relation entre Marek et Milie évolue. Ce qui a rendu certains passages un peu longs à mon goût.

 

En dehors de ça, ce fût tout de même une lecture prenante et addictive que je vous recommande si vous cherchez une belle histoire d’amour et d’amitié !

À Lire

 

Savage – Sonia Eska

J’ai été prise dans le jeu de la relation qui se joue entre Aria et Casey. Il y a beaucoup de passages narratifs, qui permettent une certaine introspection de la part de ces deux héros. Leurs personnalités montrent combien ils n’ont besoin que peu de mots pour se faire comprendre. J’ai trouvé que leurs jeux de regards et le langage de leur corps sont sacrément bien écrits, et permettent de ressentir toute cette intensité « sauvage » qui anime ce couple

Image résumé
Editions Addictives, Collection Luv ( décembre 2019) – Format numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions Addictives pour ce service presse.

Je suis ravie de retrouver une fois encore la plume de Sonia Eska. « Vicious Temptation » avait été un très beau coup de cœur en mars dernier et m’avait laissé un très beau souvenir livresque.

Cette fois-ci l’auteure nous entraîne au cœur des JO de Rio, entre le bassin de la piscine olympique et le ring des combats de freefight.

Aria veut gagner la médaille d’or, elle le doit à la promesse qu’elle a faite à sa mère. Elle se conditionne pour atteindre son objectif, quitte à se priver de tous les plaisirs de la vie. Sa relation avec son père, et entraîneur, se détériore de jours en jours, la belle rousse s’isole de sa famille. Elle est seule, seule face au bassin de nage…

Il y a quelque chose de très mélancolique et de profondément touchant chez ce personnage. Elle fait preuve d’une telle abnégation pour réussir, quoiqu’il advienne, quitte se mettre en veille pour tous les autres centres d’intérêts qu’elle pourrait avoir. Elle parait froide, égoïste, sans cœur. Pourtant, elle fait preuve d’une telle force et d’une telle volonté!  Ce sont souvent des caractéristiques communes aux athlètes de haut niveau : faire beaucoup de sacrifices pour la gagne, comme pour un combat sur un champ de bataille. Quoiqu’il advienne donc…

Casey « Prince » est blessé et meurtri dans sa chair. Le Freefight lui apporte l’apaisement et à la fois le défouloir dont il a besoin. Sa personnalité borderline, souffle le chaud et le froid, notamment lorsqu’il est en présence d’Aria. Cet homme a la rage au cœur et c’est probablement ce qui va faire battre plus fort celui de la belle. Leur rencontre est explosive, sexuellement parlant, Casey et Aria ensemble, c’est tout simplement de la dynamite ! Regards ardents, peu de mots échangés, désir et rage contenus, : voilà ce qui pourrait constituer leur relation. Ils vont devenir la créatine de l’autre, idéal pour doper leurs performances sportives et les mener à la médaille d’or. Mais à ce jeu de dupes, ils pourraient l’un comme l’autre, se brûler les ailes.

L’univers sportif des deux disciplines choisies est rudement bien documenté. On sent que Sonia a beaucoup travaillé son sujet. Les JO, nous les regardons souvent à la télévision et ici l’auteure nous offre une autre vision des choses, de l’autre côté du prisme.

J’ai été prise dans le jeu de la relation qui se joue entre Aria et Casey. Il y a beaucoup de passages narratifs, qui permettent une certaine introspection de la part de ces deux héros. Leurs personnalités montrent combien ils n’ont besoin que peu de mots pour se faire comprendre. J’ai trouvé que leurs jeux de regards et le langage de leur corps sont sacrément bien écrits, et permettent de ressentir toute cette intensité « sauvage » qui anime ce couple.

Je me suis retrouvée totalement happée par la trame de cette histoire, par ces personnages cabossés mais déterminés. Les différents rebondissements qui jalonnent le récit sont prenants, sous couvert du secret de la toute première rencontre entre Aria et Casey, qui rôde comme un spectre autour de leur relation. Le poids du passé et les blessures de l’enfance, sont à nouveau abordés finement au niveau de la psychologie des personnages. Les séquelles des traumatismes vécus par Aria et Casey sont à vif, comme des plaies béantes qui ne cicatrisent pas. Ce sera probablement le combat contre ce passé qui sera le plus dur à affronter, au-delà des batailles de chronos dans le bassin olympique et des affrontements sur le ring.

Vous l’aurez donc compris, Sonia Eska nous offre à nouveau une romance totalement addictive, qui remue les tripes. J’ai passé un excellent moment livresque à tel point que je n’avais pas envie de quitter les personnages et cette histoire.

Je terminerai ma chronique par les paroles d’Aria, qui je trouve justes en tout point. L’eau est mon élément, celui dans lequel je me sens le mieux, c’est pourquoi ses mots m’ont particulièrement touchée.

« Nager c’est se perdre en connaissant pourtant l’issue de secours. C’est étouffer le monde extérieur, oublier ses contrariétés et laisser ses émotions au fond de l’eau. Nager, c’est être forte. Et Gagner. […]. Nager ici c’est aussi lui. C’est le sentir près de moi, même s’il ne m’approche plus. »

Aria

 

Cliquez ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

couv num

Mariage Forcé – Un contrat indécent – Caroline Mongas

Quelle épopée ! Cette lecture m’a offert une bouffée d’oxygène livresque, si je puis dire cela ainsi. J’ai aimé lire l’histoire de Diane car elle va se montrer tour à tour téméraire, fougueuse et passionnée.
De bout en bout, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, passionnée par ce couple si uni et si beau à lire. Une véritable aventure romanesque, à mi-chemin entre « Angélique Marquise des anges » et la série « Versailles ».

Image Résumé
Editions Addictives (Novembre 2019) – Format Broché

Avis de Valou

Je remercie les éditions Addictives pour ce service presse.

Je dois vous avouer qu’il s’agit de ma première romance historique. Ce n’est pas mon genre de romance de prédilection, cela dit le synopsis de ce roman m’a tapé dans l’œil. Me voilà donc plongée, au temps de Louis XIV, dans l’histoire romanesque de Diane et Gabriel.

Ce qui m’a frappée d’emblée, c’est la qualité de l’écriture de Caroline Mongas ( que je connaissais déjà avec « Seuls au monde »), quant à la description de l’époque et des lieux. Immédiatement, je me suis immergée dans cette fresque et prise d’affection pour le personnage de Diane.

Diane vit avec son père et son frère dans une magnifique demeure, nobles, ils disposent de ressources suffisantes, qui leur permettent de mener un train de vie très confortable. Si l’argent ne manque pas, l’amour et la tendresse ne sont pas de mises au sein de cette famille. Diane entretient des relations distantes voire tendues avec son frère et son père. Promise à un futur mari aristocrate, son avenir est tout tracé. Le décès du père de Diane va bouleverser son destin. Criblé de dettes, son père s’est éteint en laissant à ses enfants de lourdes créances. Le frère de Diane, joueur invétéré, acculé, va lors d’une partie de carte, miser la main de sa propre sœur, face au Duc noir, Gabriel de Keyrac. Notre héroïne se retrouve donc en posture d’être la nouvelle épouse du duc de Keyrac, à la réputation sujette à controverse, qui l’effraie tout autant qu’il l’attire.

Quelle épopée ! Cette lecture m’a offert une bouffée d’oxygène livresque, si je puis dire cela ainsi. J’ai aimé lire l’histoire de Diane car elle va se montrer tour à tour téméraire, fougueuse et passionnée.

Si ses premières semaines au sein du domaine de Gabriel la glacent, elle sent malgré tout une attirance très intense pour son nouveau mari. L’auteure sait faire monter le désir entre ses deux personnages principaux. Tout comme Diane, on a envie de connaitre les secrets du Duc. Que cache-t-il ? Leur histoire d’amour est addictive. Ils s’attirent et se repoussent, pour ensuite ne faire qu’un, comme des aimants. Si Gabriel se montre froid et arrogant au début de roman, lorsque sa relation avec Diane va s’installer, il va se révéler sous un autre jour. Une fois la barrière des secrets tombée, nous voilà projetés dans la affres de la cour du Château de Versailles, entre complots et trahisons.

De bout en bout, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, passionnée par ce couple si uni et si beau à lire. Une véritable aventure romanesque, à mi-chemin entre « Angélique Marquise des anges » et la série « Versailles ». Les rebondissements jalonnent le récit et la fin donne à entrevoir la suite possible des aventures du couple.

J’ai passé un moment livresque délicieux, j’ai d’ailleurs dévoré ce roman, contre toute attente, je peux le dire : j’ai kiffé ma première romance historique, il ne faut jamais dire jamais ! Vous connaissez mon attirance pour les histoires intense et passionnées. Ici, l’auteure écrit et décrit les sentiments des personnages avec beaucoup de justesse. Leurs moments intenses, sont chargés d’électricité, de passion et d’amour, ce qui apporte du piment à l’ensemble de la trame.

A lire et à découvrir au coin de la cheminée pour les fêtes de fin d’année!

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format broché sur Amazon:

couv broché

L’homme idéal est une LICORNE comme les autres – Erin Graham

L’homme idéale est une LICORNE comme les autres – Erin Graham – Editions Addictives – Version Numérique – Sortie le 11/12/2019

Je remercie les Editions Addictives pour ce Service de Presse.

« L’homme idéal est une licorne comme les autres » est une comédie romantique New Adult qui défrise tout comme son titre !

Laly, 25 ans , célibataire, instit de CP, rêve d’une romance comme dans les livres, avec l’homme idéal, mais ne la trouve pas, la faute à Erin bien sûr ! Aidée de ses deux colocataires, elle met un plan au point pour avoir toutes ses chances de tester tous les hommes types de ces romances et évidemment trouver son homme idéal.

Y arrivera-t-elle ? Quel sera l’heureux élu, la star, le boss, le bad boy, le byker, le papa divorcé, le voisin ?????

Une vrai folie de cette auteure dont tout est la faute, d’ailleurs ! C’est frais, léger, avec une héroïne complètement loufoque. J’ai souri, ri et me suis amusée de ses plans dragues romances. J’avoue que par moments on frôle la caricature, mais la lecture est plaisante. La situation met un peu de temps à se mettre en place tout comme le projet romance de Laly. Normal, il faut trouver son type d’homme idéal de romance, c’est long, il faut tester, se casser le nez, recommencer ! Mais j’aurais aimé, qu’elle soit moins butée, Laly ! J’ai eu un petit coup de cœur pour Aaron … Hummm, je n’en dirai pas plus … il va falloir aller le lire !

Beaucoup de référence aux auteures de romance, qu’elles soient aux éditions addictives mais pas seulement.  Et c’est tellement agréable, mais n’empêchera nullement celles qui n’ont pas lu ces livres d’apprécier cette lecture, ça leur donnera peut-être des envies ! Elle est sympa cette auteure qui fait la promo de ses copines romancières 😉 .

C’est vraiment drôle, un vrai délire, les situations cocasses, les quiproquos, les échanges hauts en couleur de Stan et Laly ou d’Hector et Aaron du vrai petit lait à lire, je suis certaine qu’Erin s’est éclatée à écrire ce livre.

C’est extrêmement divertissant à lire, même si j’émets quelques réserves sans importance pour le lecteur sur la vie d’instit, déformation professionnelle oblige. Mais la vieille rombière aigrie de directrice peut encore exister, je crois que j’aurais été machiavélique avec un tel énergumène … pire qu’un petit diable en culotte courte !

Cette romance est de celle qui se lit pour être surpris, puis profiter des aventures rocambolesques de cette jeune demoiselle en quête de l’amour et de l’homme idéal à 25 ans ! Laly vous emmènera sans nul doute dans ses délires les plus fous … Mais tous les hommes sont-ils des licornes ?

Ah oui j’oubliais… une mention spéciale pour le clin d’œil à Bon Jovi qui a bercé une bonne partie de mon adolescence… Nostalgie, quand tu nous tiens ! Merci pour cette belle parenthèse !

Vous pouvez commander ce livre sur Amazon en cliquant sur la couverture :