Ce qui nous consume… – Georgia Caldera

Dans l’ensemble nous plongeons dans une histoire d’amour savamment écrite touchante et attendrissante pour un dénouement empreint d’espoir… Dommage qu’elle ne soit pas plus étoffée surtout sur les derniers chapitres car on a la sensation que tout est rapidement résolu alors que les répercussions restent lourdes de conséquences…

Résumé - Ce qui nous consume... - Georgia Caldera
Ce qui nous consume – Georgia Caldera
Editions J’ai Lu ~ Collection Fantasme ~ Mai 2019 ~ Env. 416 pages
Format numérique / Format poche

avis-de-jenni-les-tentatrices

-Merci aux éditions J’ai Lu pour cette lecture en service de presse-

La sensation d’être précieux et particulier est si grisante dans les yeux de l’autre qu’il est difficile de l’assimiler pourtant elle va se révéler indispensable et même vitale pour ces deux personnages… Adam a été conditionné à se considérer comme insignifiant en tout point… Violette fera son possible pour réparer tout ce qui a été cassé en lui. Elle agit avec prudence et tact, elle va faire pour lui ce qu’il fait si bien pour elle… Prendre soin l’un de l’autre pour restaurer la confiance perdue…

J’aime beaucoup la finesse et la sensibilité avec laquelle l’auteure parvient à troubler ce duo.

 

Notre cœur ne peut s’empêcher de gonfler face à l’histoire d’Adam ! Il bataille pour ne rien laisser filtrer, afin de garder ce monstrueux secret pour lui. Si elle ouvre ses portes, sans restriction, finirait-il par déverrouiller les siennes pour elle ? Elle seule a les clés pour le pousser dans ses retranchements pour le faire sortir de sa coquille par peur de glisser dans ce ravin obscur dont il longe le bord depuis si longtemps. Les défenses d’Adam s’affaiblissent les unes après les autres tandis qu’il s’acharne à les contourner. La présence de son ange à ses côtés lui fournit un point d’ancrage, une véritable raison de progresser avec elle au milieu de cette vie compacte… Leur relation prend vie sous nos yeux et on va aimer la douceur et la tendresse qu’ils se transmettent. Entre Adam et Violette va se construire une complicité réconfortante et revigorante pour leur permettre d’aller de l’avant.

Dans l’ensemble nous plongeons dans une histoire d’amour savamment écrite touchante et attendrissante pour un dénouement empreint d’espoir… Dommage qu’elle ne soit pas plus étoffée surtout sur les derniers chapitres car on a la sensation que tout est rapidement résolu alors que les répercussions restent lourdes de conséquences…

Oui, malheureusement la fin me laisse un goût d’inachevé et ne répond pas pour autant à mes attentes. C’est frustrant et cela me chagrine car la souffrance d’Adam est une véritable torture à lire. On ne cesse d’avoir peur pour lui tant la trop vive émotion de ce jeune homme qu’il ne peut contenir nous bouleverse complètement. C’est pourquoi j’y attendais des chapitres revanchards et que justice soit faite… peut-être que l’auteure corrigera le tir avec un troisième opus pour pouvoir assister à l’évolution d’Adam après tout ce qu’il a subi comme atrocités ! (Affaire à suivre…)

 

note logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2



–> Retrouvez ce livre sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (numérique ou poche) :

Format numérique - Ce qui nous consume... - Georgia Caldera Format poche - Ce qui nous consume... - Georgia Caldera

Ce qui ne te tue pas… – Georgia Caldera

Une histoire qui résonne en nous et nous ébranle… tant elle est cruelle et bouleversante. Un mal être qui nous prend aux tripes. Troublée par Adam, nous sommes inexorablement attirés par ce jeune homme. L’auteure partage le point de vue de ses deux héros mais le récit est plus centré sur l’histoire d’Adam.

Résumé - Ce qui ne te tue pas... - Georgia Caldera.png
Ce qui ne te tue pas… – Georgia Caldera
Éditions J’ai Lu, Collection Fantasme ~ Mars 2019 ~ Env. 320 pages
Format numérique / Format poche

avis-de-jenni-les-tentatrices

-Je remercie les éditions J’ai Lu pour cette lecture en service de presse-

« Ce qui ne te tue pas… » est un très beau coup de cœur qui nous donne envie de voir les personnages heureux… tant l’histoire est douloureuse, sombre et incontestablement poignante !

 

Le dessin c’est tout ce qu’elle a. Tout ce qu’il lui reste, en fait. Plus rien d’autre ne compte désormais pour Violette. Alors quand sa mère lui soumet l’idée de rejoindre la prestigieuse école Arte-Sup, une école supérieure de graphisme, tout en prenant en charge les frais de scolarité, sa décision d’aller s’installer chez sa mère ne s’est pas fait attendre… Repartir de zéro implique de laisser derrière soi tout ce qui a à fait sa vie d’avant… ainsi que son père et son frère. Pourquoi ? Que cherche-t-elle à enterrer et à laisser derrière elle ? Que lui a t’on fait ? Qu’a-t-elle vécu pour vouloir effacer cette partie de sa vie ?

La voilà dans une nouvelle vie, forcée de cohabiter avec le fils du nouveau mari de sa mère, présenté comme un jeune homme pouvant être instable avec des excès de violence… Il est sombre, froid, morose, taciturne, solitaire, mutique… Limite avec elle et donc peu commode par son indifférence à son égard voire ses regards noirs…

Il la déteste au plus haut point. Ils se sont connus il y’a quelques années de ça et elle avait fait de sa vie un enfer. Aujourd’hui la voir réapparaître dans sa vie fait resurgir d’anciens mauvais souvenirs… et amplifie ses cauchemars et angoisses nocturnes.

 

Se méfier des apparences qui peuvent être trompeuses… Voilà ce que je retiens des livres de Georgia Caldera, car elle a un talent inné pour ne rien laisser paraître dans les résumés. Découvrir ses livres c’est à chaque fois plonger littéralement dans l’inconnu où l’on se sent démuni. C’est aussi être dans une situation inconfortable tellement ses mots nous touchent et nous emprisonnent faisant décupler nos émotions…

Ce qui ne te tue pas… normalement te rend plus fort mais si cela te tue à petit pas… à quoi s’accrocher lorsque plus rien ne va ?

Si Violette se montre grande gueule, méprisante et effrontée, au fond elle n’a pas cette assurance qu’elle cherche à montrer. Elle est blessée et demeure dans sa coquille pour ne rien laisser paraître. Quant à lui ses blessures, ils les extériorisent par des comportements destructeurs et incontrôlables pour lui rappeler qu’il est vivant… Introverti et solitaire il se contient en permanence jusqu’à étouffer par ses démons. Adam est pour elle la personne la plus bizarre et insaisissable qu’elle ait jamais rencontrée. Plus le temps passe, plus ils se côtoient – par la force des choses… et plus il lui apparaît comme une espèce d’énigme insoluble, une équation de maths à plusieurs inconnues qui file la migraine au premier coup d’œil. L’obstination d’Adam à se murer dans le silence et à l’ignorer l’exaspère autant que ça la déconcerte… À l’époque elle était tout, il n’était rien… force est de constater que les choses n’ont guère évolué au fil des ans. Selon Adam, Violette ignore encore qu’elle vient de commettre la pire erreur de sa vie en acceptant d’emménager ici… il se pourrait bien qu’il tienne à présent sa pire vengeance à mettre à exécution pour lui faire payer ce qu’elle lui a fait subir au collège… Pourtant ce qui n’était pas commandité va se passer… Une douceur et une infinie tendresse va se tisser au fil du temps passé ensemble…

Une histoire qui résonne en nous et nous ébranle… tant elle est cruelle et bouleversante. Un mal être qui nous prend aux tripes. Troublée par Adam, nous sommes inexorablement attirés par ce jeune homme. L’auteure partage le point de vue de ses deux héros mais le récit est plus centré sur l’histoire d’Adam.

Son histoire fait chaud au cœur et nous brise de l’intérieur. Ressentir toute cette souffrance, cette autodestruction punitive nous met hors de nous. On ressent beaucoup de tristesse, une envie de secourir cet être brisé et malmené qui n’a pas demandé à souffrir de la sorte et qui pourtant se contient pour souffrir en silence. Il se ferme, s’isole, se réfugiant dans sa bulle. Au fil des pages il va s’ouvrir face à Violette. Elle lui donne le courage dont il a besoin pour tenir debout.   Tellement fragile mais aussi tellement fort. C’est tout un paradoxe. Son désarroi fait peine à voir et nous déchire le cœur. J’ai mal pour lui. On souffre à ses côtés. La plume de Georgia Caldera est tellement profonde qu’elle nous fait ressentir les scènes comme si on les vivait. C’est terrible. On se sent impuissant et on est terrifié par certains passages.

On affectionne le tempérament de Violette pour se faire une place aux côtés de ce jeune homme. Elle est présente et le soutient d’une façon protectrice en s’adaptant à lui en finesse pour ne pas le brusquer et pour ne pas le faire fuir. Imprévisible, on ne peut prédire ses réactions. Tous les deux s’estiment et s’apprivoisent apportant à l’autre le réconfort dont ils ont besoin mais cela reste imparfait et fragile. Il y’a beaucoup de sensibilité dans cet écrit. Les personnages se mettent à nu et se livrent d’une façon qui nous échappe et nous bouleverse littéralement ou inexorablement.

Cette histoire me fait mal. J’ai un énorme coup de cœur non pas pour l’histoire car elle est déchirante au plus haut point mais pour la finesse et la précision de l’auteure pour nous faire ressentir les émotions de ses héros. En fermant ce livre je ressens un véritable manque et je n’ai qu’une envie c’est de les retrouver dans « Ce qui nous consume… ». On appréhende la suite parce qu’on se doute qu’il y’aura encore des secrets, des non-dits, des douleurs et donc de nombreuses épreuves… on sait que quelque chose de grave est arrivé à Violette et qu’elle fuit. On sait aussi que Adam est loin d’être guéri. On voudrait se venger et leur offrir des instants magiques qui n’appartiennent qu’à eux, être dans leur bulle où on y est bien. Malheureusement on sait que l’auteure va nous torturer aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur… surtout qu’elle le fait divinement bien.

 

shelleycoupdecoeurnoir

Note 5 logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2



–> Retrouvez ce livre sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (numérique ou poche) :

Format numérique - Ce qui ne te tue pas... - Georgia Caldera Format poche - Ce qui ne te tue pas... - Georgia Caldera

Archer’s voice – Mia Sheridan

Résumé - Archer's voice - Mia Sheridan.png
Editions J’ai lu, Collection Fantasme – (août 2017)
Parution en format numérique & poche – Environ 476 pages

avis-de-jenni-les-tentatrices

-Je remercie les éditions J’ai Lu pour ce service presse-

Une vraie histoire d’amour, entre deux personnes destinées l’une à l’autre comme j’aime… l’histoire de Bree et Archer est hors du commun, sensible et d’une beauté pure…

 ‘Archer’s voice’ est une histoire déchirante. Mon cœur s’est serré à de nombreuses reprises tant j’ai été profondément touchée et meurtrie par l’histoire de Archer ! Dommage que l’auteure ne lui ait pas consacré plus de chapitres au niveau de sa vision car j’aurais aimé en savoir plus sur lui et pouvoir le cerner davantage par son point de vue. Mais bon cela ne m’a pas empêchée de suivre le mouvement et de m’accrocher à chaque chapitre comme à une bouée de sauvetage tant les personnages m’ont bouleversée par l’ironie du sort et du destin si je puis dire… car leur relation est condamnée avant même d’exister.

Finalement que leur reste il ? À quoi se raccrocher quand sa propre vie part en flambeau ? C’est le combat d’un terrible chagrin que vont mener les héros… elle qui ressasse des flashbacks continuellement de la pire nuit qu’elle a vécue et lui écorché vif par la tragédie qui lui a ôté son sens et son repère. Tous deux ont perdus ce qu’ils avaient de plus cher et luttent pour survivre. Ils ont réagi différemment face à la terreur mais sont tous les deux blessés. Ils sont si différents… et si semblables pourtant. Elle porte en elle la culpabilité de ne pas avoir lutté quand elle pensait qu’elle aurait dû le faire, lui porte la cicatrice de ce qui s’est passé parce qu’il l’avait fait… À deux on est certes plus forts, néanmoins tous les deux semblent condamnés par la vie.

Avec des mots percutants, Mia Sheridan nous entraîne dans un récit poignant où manipulation, jalousie, égoïsme, indifférence et abandon font ressortir ce qu’il y’a de plus mauvais en un individu. On ressent de la peine pour les personnages principaux avec un élan d’espoir qu’un meilleur les attend. Bree décide d’entreprendre un road trip pour fuir un choc émotionnel qu’elle vient de subir afin d’avoir les idées plus claires pour pouvoir se retrouver. Ce voyage est une évasion temporaire à la recherche de la paix intérieure. Avec l’espoir sinon qu’un endroit nouveau lui apporterait la guérison. Et qu’ensuite elle serait capable de faire face de nouveau à son existence. C’est dans la petite ville de Pelion qu’elle pose ses bagages et qu’elle trouve du réconfort pour démarrer une nouvelle vie. Elle va rencontrer Archer, un jeune homme étrange par son allure et son attitude mais qui la fascine et ne la laisse pas indifférente… Mon cœur s’est serré et a même éclaté face à leur douleur respective. Mais c’est surtout Archer ce petit garçon livré à lui-même qui a dû se construire seul et sans modèle pour aller de l’avant qui m’a profondément touchée et bouleversée. Il est un homme blessé par la vie qui l’isole du reste du monde. L’auteure manie sa plume avec brio puisqu’elle nous entraîne dans des montagnes russes émotionnelles !

J’ai adoré cette histoire. J’ai adoré ces personnages atypiques. Ils sont beaux ensembles. J’ai adoré chaque moment et ce même si j’ai eu mal pour eux et j’ai particulièrement adoré le dénouement… Merci pour ce très bon moment !

Note 4,5 logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2

Pour découvrir l’avis de Helle & Marina lors de la première édition (2015) cliquez ici


–> Retrouvez ce livre sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (numérique ou poche) :

   Format numérique - Archer's voice - Mia Sheridan   Format poche - Archer's voice - Mia Sheridan