Les étoiles de David – Kristina Ohlsson

Me voilà de retour pour une chronique de Kristina Ohlsson. Agréablement surprise par le tome 3 « Les Anges Gardiens » reçut en service presse, je me suis penchée sur le tome 5, « les Etoiles de David » (oui, toujours pas dans le bon ordre). Et punaise ! J’aimerais être vulgaire tellement j’ai été subjuguée par ce roman-là. Alors bien évidemment, il a des défauts, mais j’ai été totalement emportée.

Nous suivons donc à nouveau une enquête d’Alex et Fredrika. Une institutrice est abattue et deux petits enfants ont disparu. Ce que j’aime tout particulièrement c’est l’alternance des points de vue : nous allons suivre de nombreux protagonistes qui nous donneront tous un angle de vue différent sur le roman… et qui ne laissent passer aucun indice à mon grand regret haha !

C’est difficile de parler d’un thriller sans en dévoiler les ficelles, mais l’auteure va réaliser un tour de force extraordinaire en emmêlant différents fils de la trame, enchevêtrant les chapitres pour nous donner la solution qu’à la toute dernière page.

Pour ce qui est de l’enquête en elle-même, ce n’est pas la plus incroyable. Ça reste un policier assez commun, mais le décor de la Suède, juxtaposé aux indices semés au compte-goutte par l’auteur m’a vraiment séduit.

Je suis toujours amoureuse des petites touches de personnalité qu’elle donne aux enquêteurs : même si ce ne sont pas les personnages principaux du roman dans le sens où nous ne connaissons pas grand-chose de leur vie, chaque introspection est toujours bien dosée, juste, et très à propos.

On pourrait croire que le thriller est froid et que les personnages sont peu attachants mais elle m’a presque émue aux larmes sur la fin.

Ce qui est étrange avec Kristina, c’est que je ne la lis pas spécialement pour l’enquête en elle-même, qui reste dans les codes des thrillers normaux, mais pour ses personnages, extrêmement humains, et sa manière de jouer avec nous sur la forme de son roman – certains chapitres n’ont pas de titre de personnage et il faut arriver à deviner de qui elle parle… et à chaque fois, c’est à côté !

Ce livre vous plaira si vous aimez les écritures sobres et assez « froides », les histoires bien documentées, les retournements de situation qui vous font vriller le cerveau… et si vous acceptez d’être mené par le bout du nez par un auteur qui sait exactement comment ne pas ménager son lecteur.

Vous pouvez retrouver le roman sous format ebook ou à petit prix en format poche en cliquant !

Une autre histoire — Sarah J. Naughton

Une autre histoire, Sarah J. Naughton, Pocket Editions, Format numérique et poche, 8 mars 2018

Une autre histoire est un roman publié aux Editions Sonatine : une de mes maisons préférées. Alors évidemment, je me suis jetée sur le roman quand je l’ai vu ! J’en ressors avec un ami mitigé… car si je n’ai pas trop accroché au début, bon sang, la fin est spectaculaire !

On fait donc la connaissance de Mags, une jeune avocate qui vient de voir son frère mourir. Tombé du quatrième étage… enfin, « tombé« . La petite amie de son frère lui jure qu’il a sauté, dépressif. Un suicide. Mais pas de lettre… pas de psychothérapeute… rien qui n’indique qu’Abe soit dépressif, en réalité. Et surtout, Mags n’a jamais entendu parler de cette fameuse petite amie…

Si Mags connaît si peu son frère, c’est parce qu’ils ont partagé une enfance difficile, aux mains d’un père violent et abusif. Obligée de replonger dans son passé, la jeune femme va faire tout ce qui est en son pouvoir pour découvrir ce qu’il s’est réellement produit, ce soir là… et si Abe n’aurait pas été poussé, par exemple.

Evidemment, le roman porte très bien son titre. L’auteure nous mène par le bout du nez, même si certaines pistes sont assez évidentes dès le début. Il suffit d’être attentif. Et à la fin, nous faisons face à une autre histoire, qui m’a entraînée. Mags est tellement badass. J’ai adoré suivre le côté « avocate », car oui, il y a bien un procès à la fin, mais pas celui auquel on pourrait s’attendre !

Le style n’a rien d’incroyable mais il fait le travail. C’est efficace, tranchant et… j’avoue, j’ai même versé une petite larme. Nous faisons face à des flashbacks d’un personnage pour nous décrire son enfance et je dois avouer que les sévices qu’il subit m’ont vraiment touchée. J’étais dans le RER à ce moment-là, j’avais l’air maligne…

On suit aussi Mags qui essaye de repousser un homme, Daniel, qui lui fait des avances. J’ai aimé aussi cette touche de romance, ça apporte un peu de légèreté au roman bien que leur romance soit assez sombre quand même – Mags est plutôt torturée comme fille.

Enfin voilà : un roman bien dosé, qui m’a happée et m’a plu.

Retrouvez ce livre sur Amazon, que ce soit en broché ou en numérique en cliquant sur la couverture !