La Reine Courtisane – Anna Triss

Image Resumé
Black Ink éditions ( Septembre 2019) – Format Numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions Black Ink pour ce service presse.

Je ne lis pas souvent de romances imaginaires ou fantastiques, ce n’est pas mon domaine de prédilection. Pourtant, le synopsis de « La Reine Courtisane » m’a tout de suite plu et je ne vous cache pas que j’étais ravie de retrouver la plume d’Anna Triss.

Nous voilà donc en route pour Symbiose, une île partagée entre 4 royaumes « éléments clan », les Falune, les Gelane, les Tilone et les Voline. Les éléments associés à chaque royaume sont respectivement, le feu, l’eau, la terre et l’air.

Sylvan est le roi Falune. Il est en colère. Les autres royaumes le décrivent comme un être sanguinaire, tortionnaire et tyrannique. Lorsqu’Alena, reine des Gelanes est capturée par Sylvan, elle sait que la mort l’attend. Après avoir épousé contre son gré le roi, elle sera exécutée le lendemain de leurs noces. Cette trame de départ peut paraître barbare, mais elle intrigue…Dès les premiers chapitres Anna Triss nous plonge dans la mythologie de cet univers, aux accents de Fantasy.

Le lecteur est embarqué dans un voyage imaginaire sur Symbiose, au milieu d’un désert rouge. J’avais besoin d’une lecture de détente, qui change pour faire un break avec des romances plus réalistes. Je peux vous dire que je suis servie ! L’auteure a beaucoup de talent pour décrire les paysages qui entourent les héros. On découvre la cité d’Astranis en même temps qu’Alena : on imagine sans peine les odeurs et les couleurs qui la composent. Je me suis très vite attachée aux personnages d’Alena et Sylvan. Plus que jamais les apparences sont souvent trompeuses et je me suis retrouvée littéralement happée par ce récit incroyable. On sent les influences diverses de l’auteure qui l’ont inspirée : comme probablement « Games of Thrones » ou encore « Le seigneur des Anneaux ». J’ai dévoré cette histoire, pressée de connaitre le destin réservé aux personnages. La plume fluide et captivante d’Anna Triss y est pour beaucoup.

Nous sommes à l’opposé de l’univers du « Prince Charmant existe, il est italien et tueur à gages », écrit par l’auteure. Mais ces deux histoires ont tout de même un point commun : l’intensité de la romance. Sur le papier, on se dit que Alena et Sylvan n’ont absolument rien en commun, et pourtant ! L’auteure va faire naître entre ces personnages un amour d’une puissance incroyable. Quelle intensité ! La magie opère dans le récit certes, mais aussi entre nos deux héros pourtant malmenés par les complots et autres manipulations. Les dialogues entre ces deux-là sont savoureux ! A l’instar de Robyn, Alena est une femme forte, de caractère, qui n’a pas sa langue dans sa poche. Pourtant, sa fragilité nous touche, ainsi que sa dévotion aux autres.

Il y a une certaine poésie sur Symbiose. J’ai aimé la symbolique de la perte de la virginité d’Alena, j’ai trouvé cela d’une beauté à couper le souffle. J’ai aussi aimé particulièrement le message que délivre l’auteure à travers cette fantastique histoire : la tolérance naît de l’acceptation de la différence des uns et des autres. De la différence peut se créer une véritable unité et osmose entre les peuples.

Au cours de ce récit, l’auteure nous offre des personnages secondaires de grande qualité. Mon cœur bat un peu plus fort pour celui de l’elfide Beladyn. Cabotin à souhait, souvent drôle et très malin, ce personnage mystérieux apporte un réel plus dans cette histoire. Je suis certaine que Beladyn aura doit lui aussi à sa propre histoire…

Je pourrais encore en parler de ce fantastique comte romanesque, mais il faut bien conclure. Je dois reconnaître qu’en tournant la dernière page de ce roman, j’ai ressenti comme un pincement au cœur de laisser s’en aller le roi et la reine Falune, signe que j’ai passé un moment livresque délicieux!

« Oui l’amour est un comte investi par une magie surpuissante qui régit le mon de depuis l’aube des temps. En cet instant, le nôtre s’inscrit dans l’écho de l’éternité »

Enola.

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

couv num

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2

Amour, Flingues et Macaronis – Anna Triss

Macaronis 2 Résumé
Editions Black Ink ( Juin 2019) – Format Numérique

Nous remercions les Editions Black Ink pour ce Service de Presse.

Je ne suis pas prête d’oublier mon coup de cœur pour « Le prince Charmant existe… » : une pépite avec un vrai vent de fraîcheur  dans le monde de la romance. Toutes celles qui ont lu ce premier opus d’Anna Triss,  n’avaient qu’une hâte : retrouver Rob et Val, et je vous avoue que j’étais hyyyyyper pressée de les retrouver aussi, surtout un certain rital, qui nous a obligé à ressortir « Nono le ventilo » de la cave !

Pouvez-vous me dire pourquoi, mais pourquoi donc Rob a quitté Val ? Mais qu’est-ce qui lui est passé par la tête ?? Elle a perdu le sens commun je crois. Quand j’ai lu cela dans le synopsis d’ « Amour, flingues et macaronis », je ne me suis dit, mais WHAT? Evidemment, l’auteure nous explique petit à petit ce qui a amené la jolie tatouée à rentrer en France avec sa fille Anya, qui a bien grandi depuis. Le moins qu’on puisse dire c’est que 7 ans après, la fille de Rob est devenue une adolescente, avec un sacré caractère. Elle en veut à sa mère d’avoir quitté Val et la Toscane aussi précipitamment. Cela va créer de nombreuses étincelles entre mère et fille.

Et Val de son côté ? Le pauvre (oui le pauvre !!), cela fait 3 mois qu’il se morfond. La femme de sa vie l’a quitté et son passé le rattrape dangereusement. Après de multiples tergiversations, il va se bouger et va endosser le rôle du macaroni chaud comme la braise qu’on adore. La reconquête de sa femme va être sa priorité !

J’ai adoré retrouver la plume d’Anna Triss, l’humour est toujours aussi présent. C’est aussi la clé de la réussite de ce diptyque. On passe beaucoup de temps entre le rire et le coup de chaud ! Val et Rob vont s’adonner à leur jeu préféré : à savoir se faire beaucoup de mal et beaucoup de bien en même temps : il faut être très doué pour ces choses-là ! Je dois reconnaître que, même si on comprend parfaitement les intentions de Rob et sa volonté de protéger sa fille, elle m’a quand même bien agacée pendant une bonne partie de ce roman. Sa perpétuelle hésitation entre « je veux mon mari » et «  je veux divorcer » est fatiguant. Rob a une capacité à refouler ses sentiments, c’est impressionnant! Val m’a davantage touchée dans cet opus. Il a mis tout son cœur pour changer de vie, pour se racheter en quelque sorte et devenir quelqu’un de bien aux yeux de celle qu’il aime.

Lorsque tout vole en éclat, sa peine est poignante. Sa relation avec Anya est tellement attendrissante que je me suis dit à plusieurs reprises que Rob était aveugle et bien trop têtue, pour reconnaître que cet homme est le seul qui lui convienne ! Et dire qu’elle en doute…Je suis objective non?

Lorsque Rob et Val vont enfin refaire équipe, parce que vous vous doutez bien que cela va arriver (sinon on aurait virtuellement étripé Anna Triss), on retrouve alors tout ce qui fait l’essence de cette histoire : humour, érotisme et rebondissements. C’est pourquoi je mets la note de 4.5 pour cette opus, parce que le couple est à mon sens trop longtemps séparé dans la trame. Mais je mets aussi un coup de cœur, pour l’ensemble de l’histoire que j’ai dévorée et qui m’a apportée un énorme plaisir livresque. Inutile de préciser que la plume d’Anna Triss est à suivre de près !

Mention spéciale au couple formé par Nina et Giacomo : alors ces deux-là nous offrent des moments d’anthologie divins ! La scène au zoo, dans la fosse aux crocodiles, (non sans rappeler une scène du « Père Noël est une Ordure« ), est dantesque ! Ils sont tellement drôles ! Lui devient légèrement « beauf » avec le temps et elle est particulièrement frappa-dingue ! Mais leurs échanges sont tellement croustillants. Vous les retrouverez d’ailleurs, dans un bonus écrit par Anna Triss, publié sur sa page auteure FB : on ne s’en lasse pas !

Pour Conclure, je dirais que déjantée et loufoque sont les maîtres mots de cette romance qui vous donne la banane tout au long de votre lecture. C’est un vrai plaisir, on s’attache aux personnages, on rigole, on voyage, on a chaud, très chaud (Val : le fournisseur des émotions…dans votre petite culotte !) Bref, on adore !

Il me tarde de découvrir la recette du semifreddo qui m’a donnée l’eau à la bouche !

Merci Anna pour cette excellente histoire, au plaisir de retrouver ta folle plume !

« Rien de pourra plus nous séparer…hormis la mort. Je suis son sanctuaire lumineux.  Il est mon ténébreux refuge. Pour toujours et à jamais »

 

 

J’attends ce deuxième tome comme … les soldes (oui, c’est très important !) ou des vacances et là on lit le pitch et on se dit : c’est quoi ce bordel !!!! (Pardon pour la vulgarité !) qu’a fichu Valentino ?

Ben oui, qu’est-ce qu’on découvre : Robyn a quitté Val, sans un mot, et elle est repartie en France après plusieurs années de bonheur à Florence.

Je me lance dans ma lecture, à fond, carrément aux abonnées absentes, mais là c’est dur, comme vous en doutez bien, l’alchimie entre les deux qu’on avait adorée, dans le premier, est inexistante, vu la situation. Alors on ne perd pas l’envolée verbale de Robyn, même en pleine dépression amoureuse, elle n’abonne pas sa verve, ni ses mots et expressions colorées, zéro filtre et c’est encore pire pour sa copine Nina ! Cette dernière, ne nous épargne rien des désagréments de la grossesse, au point de bien rire, la scène de l’après-choucroute dans une Porsche, est juste énorme !

Tout ce qui avait fait que j’ai adoré le duo Robyn – Val peine à venir, ce qui va avec le choix de l’auteure de les avoir séparés. Quand Val décide de venir reconquérir sa femme, là, on retrouve toute cette tension verbale, sexuelle décuplée par leur séparation et les raisons de cette dernière.

J’ai ri, et halluciné sur leurs échanges, les situations rocambolesques qu’ils vivent, en me demandant quand même, Anna où vas-tu pêcher toutes ces idées ?

Ce n’est pas aisé entre Val et Robyn, ça rame, ça se sabote, ils ont peur, du coup, le personnage de Valentino apporte de suite sa touche, qui fait beaucoup à l’histoire, mais le lecteur ressent bien toute la difficulté qu’il a à se faire entendre auprès d’une Robyn entêtée (limite tête à claques parfois !). On découvre une facette plus vulnérable de lui, qui est émouvante, il va y mettre toutes ses tripes à retrouver sa femme. D’ailleurs, elle ne cesse de dire qu’elle aime encore son mari mais, je trouve que Robyn est légèrement girouette et geignarde lors de sa phase dépressive post rupture.

J’ai aimé retrouver la petite Anya qui a bien grandi, et noué une magnifique relation avec son beau-père ! Les joies de l’adolescence sont vues au travers de chacun des personnages, un vrai poème, surtout avec de tels caractères trempés. Mais, certains nous étonnent par leur subtilité pour arriver à dompter l’adolescente.

Je trouve que la mafia est un peu trop « gentillette » dans ce tome, pas dans les événements passés mais plutôt présents. On sent la menace mais de façon un peu trop légère, à mon goût, c’est un peu facile, comme le dénouement auquel je n’ai pas adhéré.

J’ai pris plaisir à retrouver tous les personnages, avec leurs langages sans pareil. J’ai passé un agréable moment à rire, les sentiments sont là, certaines scènes ou révélations sont bouleversantes, pourtant je n’ai pas autant ressenti la tension qu’il y avait dans le premier. Peut-être parce qu’il n’y a plus l’effet de surprise sur ce duo, avec une suite. La menace est très présente, or, elle passe en second plan par rapport à la romance et manque de punch du coup.

Mais rassurez-vous, « Valenbyn » vous réserve de belles surprises, de beaux moments grâce à la superbe plume d’Anna Triss ! Foncez les retrouver pour savoir ce qui s’est passé !

 

Vous pouvez commander ce livre sur Amazon au format qui vous convient en cliquant sur la couverture :

Le format broché devrait arriver d’ici peu !

 

 

 

 

 

Le prince charmant existe ! (Il est italien et tueur à gages ) – Anna Triss

Le prince charmant existe (Il est italien et tueur à gages ) – Anna Triss – Editions Black Ink – Version NumériqueVersion Broché – Sortie le 03/05/2019

Nous remercions les Editions Black Ink pour ce Service de Presse.

J’étais tellement pressée de découvrir ce nouveau roman. Parce que le résumé est fort alléchant. Parce que la couverture donne vraiment envie d’en savoir plus. Parce que je ne connaissais pas la plume d’Anna Triss.

Ça faisait longtemps que je l’attendais et le voici le voilà: le coup de cœur!!! Aaaah mon dieu que ça fait du bien! Voyez, comme lorsque vous dégustez un bon mojito sur une plage de sable fin face à la mer bleu azur ou quand Chou vous fait ce truc là…Oups! Je m’égare!

N’en dis pas plus Valou, tu risques de raconter des conneries…D’autant plus qu’ici la reine du franc parler drôlissime c’est Robyn! Quel merveilleux personnage! C’est simple je l’adore! Elle est tout bonnement excellente. C’est véritable une femme forte, haute en couleur. Ses sorties sont divines, je me suis bien marrée en la lisant. Pourtant, elle a vécu l’enfer et les galères, et pas des moindres! Robyn est une battante, elle s’en est sortie, la belle a utilisé sa fragilité pour en faire une force. A elle toute seule, elle représente un symbole de l’héroïne actuelle, dotée d’une répartie de tous les diables! Sa plus belle réussite? Sa fille Anya sans conteste! Leur relation mère/fille est absolument touchante.

Lorsqu’elle va rencontrer son voisin, Valentin, beau comme un dieu mais terriblement glacial, Rob va enchaîner les situations cocasses! Vous allez rire pendant cette lecture, oui, mais la plume d’Anna Triss va au delà d’une simple Chick-Lit classique. L’intensité entre Rob et Val est indéniable, tellement puissante, plaisante à lire et découvrir. C’est HOTement addictif, et ça on adore! Le beau Valentin va tenter de résister au charme de sa belle voisine atypique. Mais son métier de tueur à gages (je ne spoile rien, tout est dans le titre!), l’empêche d’envisager une quelconque relation sérieuse. Malgré cela, il est loin de rester indifférent lorsqu’il croise Rob….

Pourrait-il envisager une vie de famille? Pourrait-il enterrer son Berreta pour Rob et Anya?

En attendant, de connaitre la réponse à cette question, vous allez en prendre plein les yeux en découvrant l’alchimie qui naît entre ces deux là! Les moments érotiques sont nombreux et rudement bien écrits. Ils vont vous donner très chauds, sortez les ventilos!!!A chaque fois, ces moments sont ponctués de passion et d’humour. C’est ce qui fait l’originalité de cette histoire. La plume de l’auteure est tellement prenante. Je dirai même qu’elle est visuelle, tant on imagine sans mal la transposition de cette histoire sur un écran de télé! 

STOP obligatoire à ce niveau de la chronique! Comment est-il possible de créer un personnage masculin aussi divin? Hein? Vous pouvez me le dire? Le mec est beau, certes, tatoué certes, mais surtout tellement attentionné avec sa douce, tout en étant dominant quand il faut! OH MY GOSH!!! Le mec, en plus, lui parle italien au creux de l’oreille, cela rend tout chose Robyn et nous aussi par la même occasion!! On retire sa culotte les filles, elle ne sert à rien!!! Hallucinant ce type! WAOUH!

Ce point essentiel méritait d’être souligné!

Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Je pense notamment à Nina, à Anya, à Lili. D’ailleurs, pour cette dernière on peut lui attribuer pour l’éternité le « César livresque du meilleur second rôle »!! Elle est juste énorme!

Vous l’aurez donc compris, j’ai passé un excellent moment livresque! Hyper divertissant, je vous le recommande évidemment. Je ne crois pas que ce roman ait besoin de nos mots pour être remarqué, je crois que la partie est déjà gagné.

Allez vite découvrir ce conte de fée tatouée des temps modernes, un très joli coup de cœur. J’ai vraiment hâte de lire le tome suivant, quelque chose me dit que je vais passer un très bon moment!!!

 

 

Une magnifique revanche sur la vie grâce à l’amour, l’amitié, l’italien et le tout sur un ton tellement drôle !

Robyn est un phénomène haut en couleurs à elle toute seule. Entre ses paroles plus qu’imagées, sa maladresse, son impertinence et son culot vous avez une idée du genre de jeune femme à qui vous avez à faire ! Pourtant, elle sait surprendre et a repris une sacrée revanche sur la vie !

Mon dieu ce qu’elle m’a fait rire, entre le macaroni périmé, ses cadeaux dans les boites aux lettres, je vous jure qu’il y’a vraiment de quoi se bidonner, la palme revient au retour d’un bon repas italien ! Mais elle m’a également attendrie avec sa relation mère-fille d’une profonde intensité.

Pourtant, cette romance n’est pas seulement légère, car il ne faut pas oublier le spécimen de niveau 5, Valentin Laurent : l’italien hors catégorie qu’elle a comme voisin qui a un métier à passer sous silence mais qui est beau comme un dieu, sait faire monter la température en quelques mots ou regards … Pfiouuu, un véritable désintégrateur de culotte les filles ! Il y a une tension sexuelle à couper au couteau entre eux, ils vous feront vivre des préliminaires à distance à faire pâlir la banquise (oui, j’invente des expressions, mais Val me rend toute chose) !

Alors son atout, dont il a conscience en plus, ce sont ses mots, phrases, en italien disséminés au grès des dialogues qui sont une arme massive de séduction pour la lectrice. Il est quasi impossible de résister, je n’ai pas pu, j’ai complètement succombé, et vous pourrez difficilement faire autrement !

S’ajoute à cela, le danger amené par le métier de Valentin, mais également par le passé de Robin, la tension grimpe avec les menaces qui affluent. La morale et la sécurité qui voudraient que Valentin s’écarte de Robin, mais si c’était lui qui pouvait la protéger ?  Elle arriverait presque à nous faire penser le métier de tueur à gages comme normal et légal !

Tout au long du livre ou l’on ne s’ennuie pas une seule seconde, on est porté par la légèreté, l’irrévérence du ton de Robyn ! Quelles que soient les circonstances, elle arrive encore à nous surprendre, par ses expressions, ses réactions, son comportement.

Bravo, à cette auteure qui a su apporter cet humour, peu vu dans ce genre de romance, tout en l’alliant avec brio à d’autres moments beaucoup plus sensibles, poignants, forts en émotions. 

Le coup de cœur ne fût pas loin… La fin presque trop « gentillette » et idyllique ne collait pas, à mon goût, parfaitement à ces deux exceptions, attention, je chipote vraiment car qu’on se le dise cette lecture fut un régal !

J’ai donc un passé un moment de pur bonheur à m’éclater avec ses deux personnes que peu de choses destinées à faire se rencontrer, tout comme les personnages secondaires qui sont presque aussi déjantés qu’eux. Nous les retrouverons avec une certaine impatience dans le tome deux !

 

 

Vous pouvez commander ce livre sur Amazon en cliquant sur la couverture qui vous convient :