Mers mortes — Aurélie Wellenstein

Mers mortes, Aurélie Wellenstein, Editions Scrineo, format numérique et broché, mars 2019

Je vais être honnête, c’est d’abord la cover qui m’a fait aimer ce livre. Elle est tellement belle ! Ensuite est venu le résumé, et je suis tombée en amour pour le pitch du roman. J’aime quand c’est engagé, quand l’auteur défend une cause qui lui tient à cœur… et puis il y a eu le nom de l’auteure pour achever de me convaincre. J’ai plongé dans les Mers mortes d’Aurélie Wellenstein avec plaisir, et j’ai savouré chacun de ses mots.

Vous allez plonger dans un univers très particulier et… peu commun ! Un monde où les hommes ont épuisé les mers, ont tué les animaux, et se sont eux-mêmes condamnés. Nous suivons l’histoire d’Oural, un jeune homme ayant développé des dons mystiques suite à l’effondrement de la société. Lui seul est capable de repousser les attaques incessantes des fantômes de poissons, venus hanter les humains pour les horreurs qu’ils leur ont fait subir.

Je ne veux pas trop en dire pour ne pas vous spoiler. L’ambiance de ce roman est assez poisseuse, sombre et glauque et c’est là une de ses plus grandes forces.

Nous avons l’impression d’être dans ces mers mortes, enfermés dans le courant des vagues qui refuse de nous lâcher.

Un autre point fort de ce roman sont les personnages. Je les trouve vraiment attachants, hauts en couleurs, enfin, surtout les deux personnages principaux : Oural et Bengale. Deux autres protagonistes féminins ont aussi un intérêt, ajoutant un peu de douceur à la tonalité du récit. Certes les personnages secondaires sont clairement en retrait mais j’ai beaucoup aimé les joutes verbales entre les deux protagonistes principaux. Pour une fois, qu’il s’agisse de deux hommes (d’habitude on est plutôt sur un duo de sexe opposé) m’a fait apprécier la découverte.

J’ai beaucoup apprécié les scènes d’actions de ce roman ! Alors qu’il s’agit d’habitude de moments complexes à mettre en place, l’autrice a un vocabulaire très imagé qui nous permet de bien percevoir les pouvoirs de l’exorciste qu’est Oural.

Alors quels sont les défauts de ce roman, me demanderez-vous ? J’ai trouvé qu’il y avait parfois des moments légèrement trop rapides, avec des prises de conscience un peu trop… brutales. J’aurais aimé un peu plus de subtilité dans la plume et les émotions. Mais c’est vraiment pour chipoter, car j’ai été entraînée sur le flot des mers avec une facilité déconcertante.

Merci Scrineo pour ce service presse qui m’a ravi les papilles. ♥

Vous pouvez commander ce livre sur Amazon au format numérique, ou au format broché !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.