Romance Contemporaine

Mr Nice Guy – Jennifer Miller & Jason Feifer

Mr Nice Guy – Jennifer Miller & Jason Feifer – Editions Cherche Midi – Juin 2020 – 460 pages

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Cherche Midi pour ce service presse ainsi que leur confiance.

 

Je termine ma lecture, et je suis dans un état de ni plus ni moins. C’était une lecture sympathique. Ça ne m’a pas énormément emportée mais ça change un peu du genre que l’on peut trouver en romance.

Lucas, le petit journaliste, m’est apparu comme quelqu’un de naïf, avec un gros manque de confiance en lui. Au début, je l’ai même pris en pitié. Je trouvais également certaines de ses pensées bizarres et peu communes comme par exemple trouver le sternum d’une femme attirant… Je l’ai trouvé gentil, mais pas si ambitieux que ça, vue la façon dont les auteurs le décrivaient car, il effectuait ce qu’on lui demandait, ce qu’on attendait de lui mais pas au point d’écraser les autres sur son passage.

Il ne m’a jamais horripilée. Par contre, il m’a parfois déçue dans certaines de ses réactions et ses pensées que j’ai trouvé vraiment puériles et agaçantesIl va également se retrouver confronté à la réalité de son travail. La douche froide, la détresse et la dégringolade vont être sur son chemin tout au long du récit. 

Pour autant, je n’ai pas vraiment accroché à ce protagoniste, ce qui est assez rare, car j’apprécie plutôt aisément les hommes dans les romances. 

Carmen, la journaliste ne m’a pas dérangée plus que ça. On ressent la pression qu’une femme peut subir dans le monde du travail. Être enfermée et cataloguée, ainsi que la difficulté à en sortir. Je l’ai trouvée forte et je l’ai comprise dans sa façon d’être, d’agir et de penser. C’est une femme battante, qui ne baisse pas les bras. Elle garde en tête ce qu’elle aimerait faire et ce qu’elle doit faire pour essayer d’y parvenir en se vendant mais en essayant de garder un minimum de contrôle. Derrière les couches, c’est une personne attachante.

L’histoire débute rapidement malgré l’ennui que peut être la vie de Lucas. Néanmoins j’étais prise dedans car j’ai trouvé que c’était assez original et ça a piqué mon intérêt. Certains passages m’ont amusée notamment lors de leur rendez-vous.

En revanche, aussi paradoxalement que cela puisse être, même si l’histoire était sympa, il m’a fallu près d’une semaine pour la lire.


Il y a quand même
quelques longueurs dans ce roman. Le fait qu’il n’y ai pas que l’histoire de Lucas et Carmen, mais également celles des personnages qui gravitent autour et avec eux, m’a un peu essoufflée dans le sens où je ne voyais pas toujours l’intérêt.

Par chance, on a un petit coup de fouet à la fin de la 1ère partie quand Carmen décide enfin de s’ouvrir à Lucas. Dans la dernière partie du livre, nous avons droit à quelques rebondissements et révélations qui sont plutôt agréables, nous permettant de voir l’histoire dans son entièreté, mais également de comprendre ce qui se déroulait parallèlement depuis le début. 

On assiste également à certaines magouilles de la sphère des plus aisés et des profiteurs, sans aller beaucoup plus loin mais qui reste essentiel au récit. 

Le début du livre est assez pauvre en romance, j’avoue en avoir même ressenti un petit manque. On le comprend facilement de par les termes de leur relation. En effet, si vous avez lu le résumé, Lucas et Carmen devront toutes les semaines, se retrouver et faire un topo de leur nuit. Mais c’est sans compter sur ce que Carmen accepte de lui accorder et lui donner.

Leur histoire est par la suite bien montée, lente, juste et j’aurais aimé profiter un peu plus de leur relation une fois qu’ils se découvrent vraiment. J’ai été un peu frustrée de ne pas en avoir plus.

La plume des auteurs est agréable. Néanmoins, la narration à la 3ème du singulier et le temps employé m’ont un peu gênée. 

Le gros point positif, et je terminerai là dessus, est pour moi l’épilogue. Oui, ça ne fait pas rêver, MAIS, c’est crédible ! C’est la vie tout simplement et rien que pour ça et le courage qu’il faut à un auteur pour l’écrire (et l’assumer même si on n’est pas dans une saga) je dis chapeau. 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :