Psycho Killer

Psycho Killer, Sonatine & Le Livre de Poche, 17 octobre 2013, format numérique et poche

Psycho Killer m’a attirée au début pour sa couverture. On voit rarement ce genre de choses, et dans les têtes de gondoles, ça attire forcément le regard. Encore mieux quand je vois que l’auteur est anonyme

Psycho Killer fait donc partie de la série des Bourbons Kid, et du Livre sans Nom. Comme d’habitude, je me suis plantée et j’ai attaqué par celui-ci, mais ça ne m’a posé aucun souci : l’histoire se comprend d’elle-même, et même si le personnage est déjà apparu dans d’autres livres, il n’est pas nécessaire de connaître sa biographie pour comprendre.

Je dois avouer que je n’ai pas grand-chose à dire sur ce livre.

C’était une lecture très sympathique, et atypique, mais qui ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. L’écriture est fluide et le scénario assez curieux pour tenir en haleine. Je ne savais pas vraiment où voulait nous emmener l’auteur. Le rythme est assez saccadé, le livre court, il n’y a pas un moment où l’on s’ennuie.

J’ai beaucoup aimé les scènes d’action et c’est assez rare pour être souligné : elles sont fortes, intéressantes, punchy.

Et je ne pensais pas du tout m’accrocher au « tueur », et pourtant… j’ai adoré son personnage et son charisme !

Il dégage quelque chose de cet homme que je ne pensais pas apprécier. Tout comme le soupçon de… romance ? ou en tout cas de chevalerie qui apparaît dans le dernier tiers. C’est inattendu, frais, et bien écrit.

Je ne sais pas trop quoi dire d’autre : une bonne lecture qui m’a permis de m’évader, mais qui ne laisse pas une marque incroyable. Voilà…

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (format poche ou numérique).

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.