Mon amie Adele – Sarah Pinborough

Edition Préludes Noirs, septembre 2017, 448 pages, Format Numérique, Broché et Poche

Mon amie Adele de Sarah Pinborough est un roman… extrêmement étrange. Et j’ai adoré ! Je ne sais même pas trop comment le chroniquer de peur de vous dévoiler des informations sensibles, ah ah. En tout cas, le plotwist final est digne d’un bon mal de crâne mais aussi d’un moment d’arrêt en mode « oh putaaain, elle n’a pas osé ! ». Je tiens tout de même à prévenir, et ce sera un genre de spoil, mais c’est le genre de choses que je préfère savoir avant de me lancer dans un roman :

Il y a une petite touche de fantastique.

Moi qui déteste ça d’habitude, là je me suis laissée porter et je ne regrette pas du tout mon achat, mais je sais que parfois, ça peut déstabiliser

J’ai adoré ce livre aussi parce qu’il y a des histoires d’amour ! Nous embarquons aux côtés d’un trio bien curieux, que je vais essayer de vous décrire sans trop en dire… Nous suivons donc l’histoire de Louise, une assistante de cabinet médical, mère célibataire depuis peu, qui se laisse aller après avoir quitté son mari infidèle… Dans un bar, elle va faire la connaissance de David, qu’elle va embrasser… pour se rendre compte le lendemain qu’il s’agit de son nouveau patron, et qu’il est marié !

En parallèle, Adèle, la femme de David, va tout faire pour devenir amie avec elle… dans le dos de son mari. A mesure que Louise apprend à connaître Adèle, elle découvre une femme apparemment battue, ou en tout cas retenue par son mari qui contrôle le moindre de ses faits et gestes. Pas d’argent, pas de téléphone, et David étant psychiatre, il lui prescrit des médicaments à gogo… Louise commence à se demander si elle n’est pas tombée amoureuse d’un psychopathe. Pourquoi reste-t-il avec Adèle s’ils n’ont plus envie d’être ensemble ? Pourquoi ne le quitte-t-elle pas, avec ses allures de femme parfaite, elle retrouvera forcément quelqu’un…

Nous plongeons alors dans un jeu du chat et de la souris, sans savoir qui est réellement le chat.

La plume est fluide et je dois avouer qu’il ne se passe pas grand-chose au cours du roman. C’est assez contemplatif, mais cela dépeint si bien la réalité de certains couples que j’ai adoré… « Mon amie Adele » est assez long, par contre, et je dois avouer que j’ai parfois eu envie de le laisser poser un peu. Pourtant, quelque chose me titillait :

Comment l’auteure va-t-elle finir cette histoire ?

Nous découvrons de plus en plus de choses étranges au sujet de ce couple… Adele qui est en fait une héritière richissime à cause d’un incendie ayant tué ses parents dont David l’aurait sortie in extremis…. Pas d’amis, pas de connaissances, personne pour attester de leur passé… Louise est curieuse, Louise fouine, et Louise va se retrouver coincée entre deux grands manipulateurs.

Et cette fin ! Bon dieu, quelle fin !

J’ai rarement été aussi renversée par la fin d’un thriller psychologique. Tout s’éclaire enfin lorsque l’auteure explique son plan diabolique au cours du dernier chapitre. Une fin coup de poing, qui n’est certainement pas une happy end mais pas une bad end non plus.

Un compromis doux-amer que j’ai adoré et qui restera pour moi une des fins les plus ambitieuses que j’ai lues.

Alors pas un coup de cœur à cause des petites longueurs durant le roman, mais rien que pour cette fin, les fans du genre devraient se plonger dans ce titre ! Je lirai les autres romans de cette auteure avec beaucoup de curiosité.

Vous pouvez retrouver ce roman sous format kindle ou à petit prix en format poche en cliquant sur l’une des images ci-dessous :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.