Les Filles de Roanoke — Amy Engel

Les Filles de Roanoke, Amy Engel, J’ai Lu Thriller, 7 mars 2017, 379 pages, Format Numérique et Poche

Les Filles de Roanoke d’Amy Engel est pour moi un OVNI littéraire. J’avais déjà lu The Book of Ivy, son diptyque précédent et j’avais déjà été happée par sa plume, mais alors là !

Voilà ce qui m’a totalement subjuguée dans ce roman : ce style, mais quel style bon sang !

J’étais en Amérique avec les filles Roanoke, je sentais le soleil sur ma peau, je sentais les mains de Cooper sur moi (oui, oui, un peu coquine la chroniqueuse :p). Non, vraiment, bouleversant.

Mais alors, de quoi ça parle ? Pour ne pas spoiler, car c’est un livre à suspense fascinant, on suit l’histoire de Lane, dont la mère se suicide dès le premier chapitre. A seize ans, elle se retrouve « adoptée » par ses grands-parents dont elle ignorait tout, à Roanoke, une grande maison apparemment hantée de secrets.

Pourquoi Lane ne connait rien d’eux ? Pourquoi sa mère s’est enfuie ? Et pourquoi toutes, toutes, toutes les Roanoke finissent fatalement soit par mourir, soit par disparaître dans d’étranges circonstances ? Quelques mois après son arrivée à Roanoke, Lane s’en va.

Le roman débute sur le retour de Lane, des années plus tard, à Roanoke, car sa cousine avec qui elle a passé son été à seize ans a disparu, suivant les traces mortelles de leurs prédécesseures…

Voilà, le ton est lancé, vous avez trois cents pages pour déterrer les mystères.

Les personnages sont vraiment incroyables. Je ne suis pas difficile, mais pour le coup, je les trouve hauts en couleur, vraiment réels et j’avais presque l’impression de pouvoir les toucher. Ils ont tous leurs travers et leurs défauts, comme nous tous. Et évidemment, j’ai eu un énorme coup de cœur pour le protagoniste masculin, Cooper… j’ai du mal avec les « bad boy » d’habitude, mais celui-ci… cache très bien son jeu !

J’ai peut-être été un poil déçue par la fin du livre. Pas parce que ce n’est pas bien ou quoi, mais surtout parce que je ne voulais pas quitter ces personnages… et aussi parce qu’il s’agit quand même d’un roman très sombre, très noir, et que terminer cette lecture n’a pas forcément été aisé.

Le personnage de Lane est assez intrigant et intéressant : c’est peut-être aussi celui qui m’a le moins plu… elle ressemble un peu à une « coquille vide » dans laquelle on peut se glisser « aisément » pour vivre auprès des personnages. A bien des égards, ce livre m’a rappelé « Sharp Objects », un autre livre adapté en série télévisuelle qui m’a aussi transportée de Gillian Flynn.

Enfin bref, vous voulez un thriller teinté de romance noire addictif ?

Lisez les Filles de Roanoke.

                                                             

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (broché ou numérique). Et à petit prix, puisqu’il est sorti en poche !

                                                            

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.