Emma dans la nuit — Wendy Walker

Emma dans la nuit, Wendy Walker, Sonatine Editions , 6 septembre 2018, 312 pages, Format Numérique et Broché

Emma dans la nuit de Wendy Walker est encore un très bon livre… Peut-être pas à la hauteur des autres coups de cœur que j’ai pu avoir chez Sonatine Editions, mais un très bon livre quand même. Entre thriller psychologique et romande vie, c’est toujours avec cette technique des récits enchâssés que j’aime tant que l’histoire nous est contée. Et quelle histoire ! J’ai déjà lu « Tout n’est pas perdu » de Wendy Walker, qui était déjà un très bon récit (quoi que j’ai préféré Emma) mais je suis restée admirative de ce roman pour d’autres raisons.

Tout d’abord la justesse des émotions.

Nous suivons donc l’histoire du point de vue de Cass, portée disparue depuis trois ans en compagnie de sa grande sœur, qui revient subitement un soir toquer à la porte de sa famille, mais aussi du point de vue d’Aby, la psychologue du FBI qui s’est occupée de l’affaire trois ans auparavant et qui, évidemment, en a gardé des séquelles…

Bien sûr, nous sommes encore face à des chapitres qui ne sont pas sur la même temporalité : le passé de Cass, son présent, le passé d’Aby et son présent, car les deux protagonistes se trouvent être très liées pour des raisons que je n’évoquerai pas ici, pour ne pas spoiler.

Ces deux femmes, fortes à leur manière, ont des réflexions si abouties que j’ai eu l’impression de lire le journal intime de quelqu’un.

La relation entre Emma et Cass, non seulement avec leur mère, mais aussi avec leur père, m’a transportée. Je les trouve d’une justesse incroyable et vraiment… paralysante, presque. J’ai adoré la manière dont les soupçons se portaient sur tous les membres de cette famille recomposée : le beau-père qui amène son fils du même âge que les filles, par exemple… Et il n’y a plus qu’une question qui nous taraude tout le livre : que s’est-il passé le soir de leur disparition et pendant les trois ans qui ont suivis ?!

Mais là où l’auteure est très forte, c’est de pouvoir garder de nombreuses zones d’ombre pour nous surprendre : nous sommes dans la tête de Cass et pourtant nous n’avons pas accès à ce qui s’est déroulé pendant trois ans sans que ce ne soit frustrant. Je ne sais pas vraiment comment dire :

Tout arrive à point nommé, les explications ne sont ni trop longues, ni trop courtes et sont parfaitement millimétrées…

Et des explications, il y en a, surtout du point de vue de la psy. C’est ce que j’adore chez Walker, qui met pour la deuxième fois en lumière un personnage psychothérapeute : elle utilise de nombreuses théories et tout est bien distillé dans le livre sans que ce ne soit trop « explicatif ». Donc pour les personnes un peu passionnées de psychologie humaine, c’est vraiment un livre instructif.

Je suis néanmoins passée à côté du coup de cœur surtout à cause de la fin. Si elle est cohérente et bien écrite, je la trouve légèrement… « facile », voire un peu tirée par les cheveux quand on remet bout à bout toutes les pièces de l’énigme. Alors certes, elle ne dérange pas et reste une fin plausible à cette histoire, toutefois elle aurait pu être encore plus époustouflante.

Une lecture qui m’a tout de même scotché à mon livre, tant et si bien que je l’ai fini dans la journée… Un véritable page-turner, en somme !

 

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (broché ou numérique).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.