Non classé

Interview de Fleur Hana – Festival du livre romantique de Dunkerque

 

 

Adji : Bonjour Fleur, pour vous présenter de façon originale, pourriez-vous nous donner 5 anecdotes sur vous qui vous caractérisent bien ?

Fleur : Hello, je ne peux pas trop vous en dévoiler sur moi, sinon il faudra ensuite que je vous tue. C’est salissant et honnêtement fatiguant, même si je pourrais embaucher Bladepour le sale boulot, le héros de mon dernier roman qui porte son nom. À la place, je peux vous dévoiler que je suis aussi maladroite et gaffeuse que Charlie et Sarah combinées, les héroïnes de Cupcakes & Co(caïne)et Feeling Good. J’adore Queen comme Lise dans Follow Me, mais mes amies m’appellent Queen B pour Queen Boulettes. Je collectionne les fées Clochette car je suis fanatique de Peter Pan dont On comptera les étoilesest truffé de références. Mon animal totem est une tortue dépressive inscrite sur staroubliées.com du nom de T-Rex. Dans la vraie vie, je n’aime pas les gogo dancers, même si j’ai écrit la série Golden Boyssur des héros gogo dancers. Fleur est mon véritable prénom et comme je suis égocentrée, comme tous les auteurs, Hana est mon 2° prénom avec un H en plus afin de signifier « fleur » en japonais. Donc en réalité, mon pseudonyme d’autrice est Fleur Fleur. Et je le vis bien.

Adji : Si vous pouviez voyager dans le temps et donner un conseil à votre vous du passé qui sort de l’adolescence, quel serait-il ?

Fleur : Profite de ton corps de déesse, de ta capacité à tenir l’alcool, de ta peau aussi lisse que des fesses de bébé et de ne pas avoir à remplir de déclaration de revenus. Parce que ma cocotte, ça ne va pas durer. Crois-moi, dans 20 ans, tu me remercieras de t’avoir conseillé de vivre à fond, en mode YOLO. Tu ne sais pas encore ce que ça veut dire, ce sera à la mode dans les années 2010. Ah oui, garde ta platine vinyle vintage, tu vas être dégoûtée de l’avoir jetée lorsque tu te mettras à collectionner les 33 tours. Oh, pense aussi à aller voir AC/DC, David Bowie et Prince en concert tant qu’ils sont vivants. Voilà, tu peux retourner t’éclater !

Adji : Quel est le roman qui a fait tilt dans votre tête et vous a donné envie d’écrire ?

Fleur : J’aimerais avoir une réponse philosophique, profonde et chargée de symbolique, histoire que les lectrices et lecteurs de cette interview hochent la tête d’un air entendu à la découverte de mon inspiration initiale. Mais c’est une romance érotique qui m’a mis le pied à l’étrier et je trouve ça tellement plus fun, que je vais tout vous dire : Beautiful Bastarddes Christina Lauren m’a donné envie d’écrire car je me suis dit « Oh, mais de l’érotique et de l’humour, ça fonctionne de ouf ! » et c’est ainsi qu’est né Feeling Good, mon premier roman publié et abouti. Il y en a un autre avant qui est un peu le Voldemort de mes manuscrits : personne ne prononce son nom. Puis si je vous en parle, on repart sur l’obligation d’éliminer les témoins et j’ai trop de travail.

Adji : Si vous pouviez diner avec un personnage réel ou fictif, quel serait-il et pourquoi ?

Fleur : Olympe de Gouges, je voudrais la remercier d’avoir donné sa tête pour les prémices du féminisme, et lui présenter mes excuses sur le fait que la condition féminine, des centaines d’années plus tard, n’a pas tellement avancé.

Adji : Quels sont vos genres de lecture de prédilection ? Vos auteurs favoris, ceux que vous ne pourriez lire et relire sans jamais vous lasser ?

Fleur : Vous avez combien de temps devant vous ? Je lis de tous les genres, sauf du dino porn (car je milite pour la cause animale). Ma préférence va à la littérature féminine, même si les romans que je peux relire une fois par an depuis des décennies sont Le Parfumde Suskind, La nuit des tempsde Barjavel et Le seigneurs des anneauxde Tolkien. Récemment, j’ai découvert et adoré Philippe Besson. Mais pour retourner à la littérature féminine, je vais citer les autrices francophones dont je ne manque jamais une sortie (pas d’ordre de préférence, sinon c’est elles qui vont mettre un contrat sur ma tête) : Jacinthe Canet, Lucie Castel, Amélie C. Astier, Erika Boyer, CS Quill, Angela Behelle et Isabelle Louis.

Adji : Quelles sont vos sources d’inspiration ? Une anecdote à ce sujet ?

Fleur : Attention, réponse très originale en approche : la vie est ma source principale d’inspiration. J’exploite sans aucune honte mon entourage, leurs petites mésaventures, leurs caractères, nos échanges etc. Par contre, aucune anecdote ne me vient. Je suis ce genre d’autrice qui n’a pas d’imagination lorsqu’elle répond à une interview.

Adji : Quel est parmi tous vos personnages, celui qui vous a donné le plus de mal ? A l’inverse celui qui a été étonnamment très simple à écrire et à développer ?

Fleur : Charlotte Monroe de Cupcakes & Co(caïne)a sûrement été l’héroïne la plus facile à écrire car très inspirée de moi. Aucun souci pour cerner son caractère, l’écriture a été évidente la concernant.

Lia de On comptera les étoiles a été un véritable challenge psychologique, car étant l’héroïne de mon premier Young Adult, il était primordial pour moi de ne rien laisser au hasard. J’ai beaucoup travaillé sur ses répliques et ses réactions, son histoire en général et sa personnalité en particulier.

Adji : Préférez-vous écrire des standalones ou des sagas ? Pourquoi ?

Fleur : Un mix des deux avec les séries de tomes compagnons. Ça me permet ainsi de rester dans le même univers, tout en changeant d’histoire à chaque roman. En tant que lectrice, c’est ce que je préfère : avoir l’impression de faire partie de cette bande d’amis et les retrouver au fil de la série. J’écris toujours ce que j’aime lire, les sagas de one shot ont donc ma préférence.

Adji : Pouvez-vous nous parler de votre dernier roman qui sera l’honneur au Festival ?

Fleur : Côté édition traditionnelle, il s’agit de On comptera les étoiles,publié chez J’ai lu. C’est l’histoire de Sam et Lia, des ados de 17 et 18 ans qui apprennent à découvrir leur vie sous un nouvel angle, à travers les yeux de l’autre. Le message porté par cette histoire, que je ne peux pas dévoiler sans spoiler, me tient particulièrement à cœur et est un combat que je mène dans la vie, et également dans mes romans.

Côté édition indépendante, ce sera Blade, le tome 1 d’une série de romances dans le milieu des clubs de motos hors la loi (à la Sons of Anarchy). Dans ce premier opus, on va suivre Hannah et Blade dans leurs erreurs et autres épreuves que la vie met sur leurs chemins. Après, on constatera que je suis assez peu douée pour présenter mes romans (et tous les auteurs et toutes les autrices sont dans ce cas, s’ils vous disent le contraire : ils mentent) donc le mieux est de les lire. Voilà, c’est assez subtil comme méthode marketing, vous pensez ?

Adji : Question traditionnelle que nous sommes obligées de poser : Le héros ou l’héroïne :

  • Parfait à épouser ? Mal dans Stage Dive: drôle, sexy, sensible, talentueux… what else

Adji : Ahhhh ce bon vieux Mal, je suis tout à fait d’accord avec vous ;p.

  • Parfait pour passer du bon temps au lit ? Curran dans Kate Daniels: c’est un métamorphe, donc on frôle mes limites (voir le dino porn plus haut) mais clairement, il a une endurance de dingue et doit pouvoir gérer 99% des positions du Kama Sutra…

Adji : C’est vrai il est chaud comme de la braise

  • Qui vous a donné tout de suite envie de l’étriper dans d’atroces souffrances ? Christian Grey, dans… non, sérieusement, je ne vais pas vous faire l’affront d’imaginer que vous n’avez aucune idée de qui je parle ! Et avec lui, j’étriperais bien tous les pervers narcissiques de son genre. J’aimerais me retrouver en face de lui pour pouvoir lever les yeux au ciel, qu’il essaie de me mettre une fessée pour me punir et que je lui fasse une prise de krav maga. Même si du coup, il faudrait que j’apprenne cette discipline. Mais honnêtement, ça vaudrait la peine de suer juste pour… Pardon, je m’emballe et j’exorcise des années à détester ce héros et tout ce qu’il représente. Comme on dit sur Internet, si Christian Grey avait été bedonnant, calvitien et avait vécu dans une caravane avec moins du smic, 50 shades serait un épisode d’Esprits criminels et pas une romance…

Adji : Comment vous nous avez démonté Christian mdrrrr. Attention vous risquez de vous faire beaucoup d’ennemies. On touche pas à Mr 50 nuances ^^.

  1. Et pour finir, un portrait chinois. Si vous étiez (et n’hésitez pas à commenter vos choix ^^) :

–      Une couleur : turquoise, parce que depuis que mes lunettes de soleil sont bizarrement teintées, je vois les feux de circulation turquoises au lieu de verts et honnêtement, ça rend la vie tellement plus chouette.

–      De la nourriture : du Pepsi Max, ce n’est peut-être techniquement pas de la nourriture, mais je pourrais exclusivement me nourrir de ça, donc ça compte ?

–      Une destination : Nouvelle Zélande, je veux voir les maisons des Hobbits et un Haka en live.

Adji : Le rêve la Nouvelle Zélande

–      Un animal : une tortue dépressive has been.

Adji : Ce n’est pas toujours dépressif une tortue ^^ ?

–      Un Disney : Kuzko ou Hercule, les deux meilleurs, impossible de choisir.

–      Un héros Marvel ou DC Comic : Loki. Je ne comprends même pas que la question soit posée tant c’est évident. Je me sens limite insultée.

Adji : Ahhh mais on est obligé de demander, vous auriez pu être de la Team Stark , Thor ou Wonder Woman ? Mais le méchant Loki pourquoi pas, on adore le détester ^^.

–      Une chanson : Starlight de Muse. J’ai écrit mon tout premier roman à partir de ce titre, mais c’est le fameux manuscrit Voldemort. Du coup, je ne devrais peut-être pas choisir ça… Non mais, ce n’est pas la faute de la chanson, clairement, donc je valide mon choix.

–      Un des 7 péchés capitaux : La paresse. Glander de longue devant Netflix en ayant des serviteurs qui m’apportent tout ce dont j’ai besoin et m’évitent de bouger ne serait-ce qu’un orteil. Si j’ai droit à un péché bonus, j’aimerais ajouter la gourmandise, parce que Netflix sans grignoter, c’est un peu comme Sonny sans Cher : ça n’a aucun sens.

Adji : Je valide à 300 % ce péché, j’ai même une tasse qui en fait l’apologie lol.

–      Un vêtement : Des chaussettes, parce que franchement, quand il commence à faire frais, c’est l’élément essentiel pour survivre. Je crois. Il ne fait jamais hyper froid chez moi, donc ma réponse n’a pas vraiment d’intérêt.

–      Une citation : « Je sais pas ce qui me retient de te casser la gueule. / La peur peut-être ? / Ouais, ça doit être ça ! » Les bronzés font du ski (finir sur une citation ringarde, c’est comme ça que je laisserai une trace dans ce monde de brutes, aussi j’aimerais que ce soit mon épitaphe, en vous remerciant.)

 

Adji : Fleur, merci infiniment pour toutes ces réponses et rendez-vous au Festival du Livre Romantique !

Fleur : Merci à vous pour ces questions qui permettent à vos lectrices et lecteurs de constater que je suis ce qu’il y a de plus saine d’esprit. Bonus : je peux danser la Macarena à quiconque m’apportera un caramel macchiato de Starbucks en dédicace. Et des chocolats. Et… [requêtes de l’autrices censurées par le FLR] [Non, je déconne, je m’autocensure car à un moment, il faut juste arrêter de dire n’importe quoi…][Le souci est qu’il est presque impossible de me faire taire, une fois que je suis lancée.]

 

 

Tentez votre chance pour gagner, 1 exemplaire papier de « Nous deux à l’infini » et 1 exemplaire papier de « Tu embrasseras mes larmes » de Fleur Hana.  Pour cela, il suffit de remplir le formulaire et « liker » la page facebook du https://www.facebook.com/FestivalDuLivreRomantique/

Le roman sera à retirer par vous ou un tiers au Festival. Vous pourrez ainsi le faire dédicacer par l’auteure !

Lien du formulaire

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :