Ce qui ne te tue pas… – Georgia Caldera

Résumé - Ce qui ne te tue pas... - Georgia Caldera.png
Ce qui ne te tue pas… – Georgia Caldera
Éditions J’ai Lu, Collection Fantasme ~ Mars 2019 ~ Env. 320 pages
Format numérique / Format poche

avis-de-jenni-les-tentatrices

-Je remercie les éditions J’ai Lu pour cette lecture en service de presse-

« Ce qui ne te tue pas… » est un très beau coup de cœur qui nous donne envie de voir les personnages heureux… tant l’histoire est douloureuse, sombre et incontestablement poignante !

 

Le dessin c’est tout ce qu’elle a. Tout ce qu’il lui reste, en fait. Plus rien d’autre ne compte désormais pour Violette. Alors quand sa mère lui soumet l’idée de rejoindre la prestigieuse école Arte-Sup, une école supérieure de graphisme, tout en prenant en charge les frais de scolarité, sa décision d’aller s’installer chez sa mère ne s’est pas fait attendre… Repartir de zéro implique de laisser derrière soi tout ce qui a à fait sa vie d’avant… ainsi que son père et son frère. Pourquoi ? Que cherche-t-elle à enterrer et à laisser derrière elle ? Que lui a t’on fait ? Qu’a-t-elle vécu pour vouloir effacer cette partie de sa vie ?

La voilà dans une nouvelle vie, forcée de cohabiter avec le fils du nouveau mari de sa mère, présenté comme un jeune homme pouvant être instable avec des excès de violence… Il est sombre, froid, morose, taciturne, solitaire, mutique… Limite avec elle et donc peu commode par son indifférence à son égard voire ses regards noirs…

Il la déteste au plus haut point. Ils se sont connus il y’a quelques années de ça et elle avait fait de sa vie un enfer. Aujourd’hui la voir réapparaître dans sa vie fait resurgir d’anciens mauvais souvenirs… et amplifie ses cauchemars et angoisses nocturnes.

 

Se méfier des apparences qui peuvent être trompeuses… Voilà ce que je retiens des livres de Georgia Caldera, car elle a un talent inné pour ne rien laisser paraître dans les résumés. Découvrir ses livres c’est à chaque fois plonger littéralement dans l’inconnu où l’on se sent démuni. C’est aussi être dans une situation inconfortable tellement ses mots nous touchent et nous emprisonnent faisant décupler nos émotions…

Ce qui ne te tue pas… normalement te rend plus fort mais si cela te tue à petit pas… à quoi s’accrocher lorsque plus rien ne va ?

Si Violette se montre grande gueule, méprisante et effrontée, au fond elle n’a pas cette assurance qu’elle cherche à montrer. Elle est blessée et demeure dans sa coquille pour ne rien laisser paraître. Quant à lui ses blessures, ils les extériorisent par des comportements destructeurs et incontrôlables pour lui rappeler qu’il est vivant… Introverti et solitaire il se contient en permanence jusqu’à étouffer par ses démons. Adam est pour elle la personne la plus bizarre et insaisissable qu’elle ait jamais rencontrée. Plus le temps passe, plus ils se côtoient – par la force des choses… et plus il lui apparaît comme une espèce d’énigme insoluble, une équation de maths à plusieurs inconnues qui file la migraine au premier coup d’œil. L’obstination d’Adam à se murer dans le silence et à l’ignorer l’exaspère autant que ça la déconcerte… À l’époque elle était tout, il n’était rien… force est de constater que les choses n’ont guère évolué au fil des ans. Selon Adam, Violette ignore encore qu’elle vient de commettre la pire erreur de sa vie en acceptant d’emménager ici… il se pourrait bien qu’il tienne à présent sa pire vengeance à mettre à exécution pour lui faire payer ce qu’elle lui a fait subir au collège… Pourtant ce qui n’était pas commandité va se passer… Une douceur et une infinie tendresse va se tisser au fil du temps passé ensemble…

Une histoire qui résonne en nous et nous ébranle… tant elle est cruelle et bouleversante. Un mal être qui nous prend aux tripes. Troublée par Adam, nous sommes inexorablement attirés par ce jeune homme. L’auteure partage le point de vue de ses deux héros mais le récit est plus centré sur l’histoire d’Adam.

Son histoire fait chaud au cœur et nous brise de l’intérieur. Ressentir toute cette souffrance, cette autodestruction punitive nous met hors de nous. On ressent beaucoup de tristesse, une envie de secourir cet être brisé et malmené qui n’a pas demandé à souffrir de la sorte et qui pourtant se contient pour souffrir en silence. Il se ferme, s’isole, se réfugiant dans sa bulle. Au fil des pages il va s’ouvrir face à Violette. Elle lui donne le courage dont il a besoin pour tenir debout.   Tellement fragile mais aussi tellement fort. C’est tout un paradoxe. Son désarroi fait peine à voir et nous déchire le cœur. J’ai mal pour lui. On souffre à ses côtés. La plume de Georgia Caldera est tellement profonde qu’elle nous fait ressentir les scènes comme si on les vivait. C’est terrible. On se sent impuissant et on est terrifié par certains passages.

On affectionne le tempérament de Violette pour se faire une place aux côtés de ce jeune homme. Elle est présente et le soutient d’une façon protectrice en s’adaptant à lui en finesse pour ne pas le brusquer et pour ne pas le faire fuir. Imprévisible, on ne peut prédire ses réactions. Tous les deux s’estiment et s’apprivoisent apportant à l’autre le réconfort dont ils ont besoin mais cela reste imparfait et fragile. Il y’a beaucoup de sensibilité dans cet écrit. Les personnages se mettent à nu et se livrent d’une façon qui nous échappe et nous bouleverse littéralement ou inexorablement.

Cette histoire me fait mal. J’ai un énorme coup de cœur non pas pour l’histoire car elle est déchirante au plus haut point mais pour la finesse et la précision de l’auteure pour nous faire ressentir les émotions de ses héros. En fermant ce livre je ressens un véritable manque et je n’ai qu’une envie c’est de les retrouver dans « Ce qui nous consume… ». On appréhende la suite parce qu’on se doute qu’il y’aura encore des secrets, des non-dits, des douleurs et donc de nombreuses épreuves… on sait que quelque chose de grave est arrivé à Violette et qu’elle fuit. On sait aussi que Adam est loin d’être guéri. On voudrait se venger et leur offrir des instants magiques qui n’appartiennent qu’à eux, être dans leur bulle où on y est bien. Malheureusement on sait que l’auteure va nous torturer aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur… surtout qu’elle le fait divinement bien.

 

shelleycoupdecoeurnoir

Note 5 logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2



–> Retrouvez ce livre sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (numérique ou poche) :

Format numérique - Ce qui ne te tue pas... - Georgia Caldera Format poche - Ce qui ne te tue pas... - Georgia Caldera

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.