La fiancée, Tome 1 – Kiera Cass

J’adore Kiera Cass donc forcément quand j’ai vu la Fiancée, je n’avais qu’une hâte, l’avoir entre mes mains et j’ai beaucoup aimé ma lecture, mais…

La fiancée, Tome 1 – Kiera Cass / Collection R

*Je remercie les éditions Robert Laffont pour ce Service Presse*

Bon bon… bon, par quoi commencer ? À vrai dire, je suis assez perdue. J’adore Kiera Cass donc forcément quand j’ai vu la Fiancée, je n’avais qu’une hâte, l’avoir entre mes mains et j’ai beaucoup aimé ma lecture, mais… Je suis frustrée, j’ai un goût d’inachevé. Ce roman a beaucoup de points positifs, mais ils n’ont pas été exploités comme il le faudrait voire même pas du tout par moment, je trouve cela tellement dommage et frustrant.

Comme le résumé l’indique, Hollis Brite a toujours eu des vues sur le roi Jameson de Corie et quand elle arrive enfin a ses fins, tout va se passer super vite. Hollis va se retrouver piégée par le tourbillon que représente l’univers de la couronne avec ses paillettes et les intrigues de la cour.

Sans en être complétement gaga, j’ai beaucoup apprécié Hollis, c’est une jeune femme appartenant à la noblesse qui ne s’est pas laissée corrompre par le mauvais côté de son statut. C’est une bonne vivante, belle, intelligente même si elle pense le contraire et elle est d’une gentillesse effroyable *effroyable, car ça me fait plus penser à l’adage trop bon trop con* cela la rend tellement naïve qu’on dirait qu’elle vit au pays des bisounours lol. J’ai eu envie de la secouer plusieurs fois, mais elle est tellement adorable qu’on ne lève que les yeux aux ciels face à certaines de ses réactions.

Son Histoire avec Jameson même si ça allait super vite, était digne d’un conte de fée.

Mais ensuite est venu Silas et elle s’est mise à ressentir des choses et à tout remettre en question. Jameson respectait Hollis, il prenait sa défense, lui offrait tout ce qu’elle voulait et désirait absolument en faire sa reine. Mais l’aimait-il ? Gros point d’interrogation, je n’en ai même aucune idée et c’est l’un des défauts principaux de ce roman : l’absence d’émotions.

On ne ressent que très peu les émotions des personnages et c’est déstabilisant surtout face à de gros événements, car il y en a eu, mais 0 réaction en face cela m’a rendu très perplexe. Tout comme certaines réactions et décisions prises par Hollis.

Je n’ai aucune réelle opinion sur les personnages masculins à part Jameson que j’avais bien aimé au début et qui ensuite nous a montré un visage assez inattendu et détestable, je dois dire. Je serais bien rentrée dans le livre pour lui casser la gueule à cause d’un propos méprisable qu’il a tenu. Et encore une fois, c’est bizarre, car on ne penserait jamais que son personnage soit comme ça.

Quant à Silas, on ne le côtoie pas assez pour avoir une vraie opinion de lui. C’est un sans plus pour moi, par contre j’ai beaucoup apprécié certains membres de sa famille.

Autre point négatif, on subit les événements sans qu’il n’y ait de réelles explications, c’est tellement déprimant. Résultat, la Fiancée a manqué de profondeur à plusieurs reprises.

Et pourtant, je n’ai pas pu m’empêcher de dévorer ce premier tome en une journée.

Kiera Cass a une écriture si fluide, captivante et additive qu’on dévore les pages sans s’en rendre compte malgré le fait que tout ne soit pas parfait. II y a beaucoup d’événements inattendus, de surprises et de volte-faces.

Malgré mon énorme frustration j’ai quand même apprécié et je lirai la suite avec plaisir surtout que j’ai des questions sans réponses et des doutes, beaucoup de doutes.

Note : 3 sur 5.

Vous pouvez retrouver ce roman sur Amazon, en cliquant sur les liens des formats qui vous intéressent : Format Numérique Format Broché

Generation One T2 – Pittacus Lore

Amour, action, adrénaline, tout y est pour passer un bon moment. J’ai même eu quelques éclats de rire lors de dialogues, car il faut dire que les personnages sont hauts en couleur !

2
Generation One, T2, Pittacus Lore, Editions J’ai Lu, sortie le 03/06/2020

J’avais bien aimé le premier opus sans avoir de coup de cœur. Pittacus Lore signe son retour avec un roman encore plus dynamique et intéressant que le premier, je suis ravie !

105881273_3154318641304497_1123123092800528275_n

Mais d’abord, de quoi ça parle : nous suivons six jeunes personnes, qui ont développé des superpouvoirs et qui sont formés à l’Académie, pour protéger la Terre de méchants aliens. Sauf que tout ne se passe pas comme prévu, et on voit naître la « Fondation », une entreprise dirigée par des humains qui louent les services de mutants à des prix astronomiques pour leur bon plaisir.

Nous allons donc suivre nos six héros dans cette quête de les faire tomber. Ils s’en sont pris à l’une des leurs, Taylor, qui possède un don extrêmement rare, celui de guérison, et ils ne peuvent pas laisser ça impuni.

J’avais beaucoup reproché au premier opus ses longueurs, surtout au début. Envolés, les moments longs. Nous sommes plongés dans des scènes d’action vraiment bien décrites, tant et si bien qu’on se retrouve le souffle coupé la plupart du roman. Les personnages sont toujours aussi attachants, et nouent des relations touchantes auxquelles on peut s’identifier.

75543738_642817286318589_5411064254416569775_n

Gros point noir pour moi : Taylor ne finit pas avec le protagoniste que je voulais !! Tellement déçue ! J’ai ragé parce qu’elle sort avec un autre des héros et que j’aurais aimé une autre romance… néanmoins leur histoire d’amour est mignonne, quoi qu’un peu ellipsée.

Nous découvrons une trame un peu alambiquée, où les méchants du tome 1 deviennent en fait gentils, et où de nouveaux protagonistes débarquent. J’ai aimé toutes les propositions de l’auteur. Même si certains rebondissements sont plutôt téléphonés, ils sont bien équilibrés avec des plotwists auxquels on ne s’attend pas.

Quand je lis Generation One, j’ai l’impression de me replonger dans un X-Men, et ça fait du bien.

Amour, action, adrénaline, tout y est pour passer un bon moment. J’ai même eu quelques éclats de rire lors de dialogues, car il faut dire que les personnages sont hauts en couleur ! La plume est facile, fluide, on ne voit pas le temps passer.

J’attends le tome 3 avec impatience : qui sait, j’aurai peut-être un coup de coeur pour celui-ci ?

Un grand merci à J’ai Lu pour ce service presse & sa confiance.

Note 4,5

 

Hunger Games 4 – Suzanne Collins

Résumé WP
Hunger Games, La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur – Suzanne COLLINS – Editions PJK – 20 mai 2020 – 560 pages

Ça a été très très difficile d’écrire cette chronique pour moi. Je ne savais pas trop par quel bout le prendre. Je ne voulais pas écrire une chronique trop longue, mais pas trop courte non plus… alors allons-y ! Qu’est-ce que j’ai pensé du spin off d’Hunger Games ?

Bon je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : j’ai adoré. Retrouver la plume de Suzanne Collins, l’univers d’Hunger Games, aaah, j’en ai eu des frissons ! Je vais avouer que je n’étais pas du tout emballée par le pitch. Même si c’est intéressant d’avoir le background du grand méchant de l’histoire, j’aurais préféré une histoire sur Haymitch par exemple mais bon, je n’ai pas boudé mon plaisir. Nous allons donc suivre l’histoire des Dixièmes Jeux de l’histoire, comment ils ont été modifiés au fil des années et surtout, comment Coriolanus Snow s’est transformé en ce monstre qu’on connaît.

101880338_262018248348854_5496731439279898624_n

La plume de Suzanne Collins est toujours aussi addictive. Elle a ce je-ne-sais quoi de spécial qui nous embarque. J’ai eu du mal à me plonger dans les premiers chapitres. Ils m’ont laissée un peu perplexe et étaient un peu longs. On apprend bien vite que la maison Snow est tombée en désuétude et que Coryo va avoir besoin de remporter les Hunger Games pour survivre. Malheureusement, le Tribut qu’on lui accorde n’est pas du tout favori : Lucy Gray est une musicienne du District Douze, menue et caractérielle. Néanmoins, une fois arrivée dans le roman, tout part sur des chapeaux de roue et je n’ai plus vu les heures passer.

Je n’ai pas aimé son personnage, je ne me suis pas attachée à elle, mais j’ai adoré la manière dont elle a été créée. J’ai adoré suivre son aventure et elle avait un truc particulier qui m’a beaucoup attiré. J’adorais Katniss, et rien ne la remplacera mais Lucy Gray est un personnage vraiment intéressant et haut en couleur.

Je n’ai pas trop accroché à leur pseudo romance. Enfin, quelque part elle suivait bien le cours de l’histoire et était nécessaire, a permis ce crescendo d’émotions jusqu’au final. Coryo est plutôt bien écrit, on sent que plus les semaines passent et plus il tombe dans le personnage que l’on connaît de base.

101989545_971856779937718_5454040353415888896_n

C’est difficile de parler de ce roman sans spoiler car la deuxième partie de l’histoire se déroule face à un événement auquel je ne m’attendais pas du tout. Il vient redonner du peps à l’histoire, dynamiser l’intrigue et sérieux, quel plotwist !

Je n’ai pas forcément apprécié les autres personnages comme Sejanus ou Tigris mais là encore, ils étaient importants à l’histoire. En fait, je crois que la force de ce roman, à mon sens, n’est pas les personnages, là où je les avais adorés dans les premiers romans.

Je crois que le côté nostalgique a beaucoup joué. On retrouve beaucoup de fan-service dans ce roman mais je suis tellement fane que ce n’est pas grave… Et ce final ! Suzanne Collins tient toutes ses promesses. Elle a le courage de tenir son personnage, la tension est à son comble, j’ai adoré ce final.

Ce qui m’a aussi conquis ce sont les clins d’œil constant à la trilogie de base. J’ai presque envie de tout relire maintenant que je comprends mieux ce personnage ! Les chansons, LA chanson, putain, LA chanson de mon cœur qui prend tout son sens. C’est un mini-spoil mais sérieux, si vous avez aimé cette chanson dans les premiers opus, vous allez être terrassés par son histoire. J’ai adoré l’utilisation des geais moqueurs. Je pensais qu’elle allait tomber dans une redite de la trilogie initiale, mais pas du tout.

 

En bref : un livre rondement mené, une intrigue haletante, un tome qui tient toutes ses promesses alors que j’étais loin d’être conquise au début.

Moi qui avait un intérêt décroissant pour la saga, je me suis retrouvée durant mon adolescence à dévorer le tome 1 lors des vacances d’été.

Un bon plongeon dans mon passé. Je veux un film ! Je veux un tome 5 !

May the odds, be ever in your favor !

Note 4,5

Eve of Man – Giovanna & Tom Fletcher

Eve of Man est une petite pépite de Young Adult. Je ne m’attendais clairement pas à accrocher autant à l’univers et c’est une très belle découverte pour ma part. Un peu déçue de ne pas avoir compris qu’il s’agissait d’une trilogie, car l’attente pour le prochain tome va être un supplice !

Nous plongeons dans un monde pas si éloigné du nôtre, si ce n’est qu’il y a une technologie légèrement plus avancée que et un problème majeur : plus aucune femme n’est née depuis près de cinquante ans.

Jusqu’à ce que l’incroyable se produise et qu’Ève vienne au monde. Ève est alors mise « en cage », protégée dans un immense Dôme qui surplombe la ville et où elle grandit dans l’espoir, peut-être, de procréer avec un Potentiel, l’un des hommes choisis par le gouvernement pour espérer avoir une descendance. A part les « Mères », des vieilles femmes âgées de 60 ans et la directrice du programme, Vivian, Ève ne connaît personne, ne rencontre personne et a pour unique amie Holly, un hologramme quasi-humain pour faire croire à la jeune femme qu’elle n’est pas seule.

Mais alors qui est Bram, et comment parvient-il à entrer en contact avec Ève ?

Je préfère vous laisser la surprise. J’ai adoré le parti pris des deux auteurs. Je pensais tomber sur une romance un peu bateau et banale où l’héroïne tomberait folle amoureuse du résistant qui voudrait la sauver des griffes du méchant gouvernement, alors que pas du tout ! La façon d’introduire le protagoniste masculin est très très ingénieuse et je ne l’avais encore jamais lu en science-fiction. Alors je ne vais pas vous mentir : de nombreux plotwists sont assez prévisibles et je n’ai pas lu ce roman pour sa trame.

Il y a ce petit détail qui change tout : les héros.

Je suis tombée amoureuse de Bram, de sa façon de voir Ève, de voir la vie, de voir l’amour. 

97949929_898891683910699_1983711644445835264_n

Je suis tombée amoureuse de ces personnages jeunes, naïfs.

On sent bien qu’il s’agit d’un Young Adult mais j’ai aimé retrouver leurs premiers émois. Je me suis beaucoup attachée à Ève, qui essaye de faire de son mieux alors qu’elle est pieds et poings liés.

La plume des auteurs est vraiment douce, adaptée au roman. Le seul petit défaut que je trouve au texte est peut-être ses moments un peu répétitifs. Nous avons beaucoup d’introspection de la part des protagonistes et certains passages auraient mérité d’être un peu élagués. De plus, les auteurs ne prennent pas forcément le temps de donner des raisons extrêmement scientifiques derrière l’incapacité chronique des femmes à procréer. En tout cas, pas dans ce premier opus.

Néanmoins, c’est une superbe découverte qui me laisse encore de nombreuses questions en tête, car le roman se coupe à un endroit charnière. Je suis très frustrée de ne pas avoir la suite entre les mains haha. Ce roman est bien la preuve que parfois, une jolie plume et des personnages attachants peuvent faire plus qu’une trame originale. 

 

Pour conclure : une très belle découverte young adult science-fiction, efficace, et dont les sentiments romantiques ont tout de suite fonctionné pour moi. Le genre de lecture dont on a besoin en ce moment, je trouve.

belle-decouverte

Note 4,5

Je remercie Page Turners pour ce service presse.

King of Scars, Tome 1 – Leigh Bardugo

king of scar re.png

Avis de Jess

Si je vous dis que « King of Scars » était LE livre que j’attendais le plus en cette rentrée de septembre 2019. J’avais de grande attente le concernant parce que j’avais adoré le personnage de Nikolaï et je n’avais qu’une hâte : le retrouver pour connaître son histoire.

Malheureusement, gros chou blanc pour ma part. J’ai du abandonner ma lecture à la moitié du livre et c’est avec beaucoup de regret que je vous livre cet avis qui ne sera pas très long.

Il faut savoir que l’histoire ne se concentre pas seulement sur Nikolaï mais sur plusieurs personnages, déjà première déception. L’histoire se concentre plus sur le sort de Ravka que réellement le Roi de Ravka et ce qui a pu lui arriver après la fin de Grisha.

Nous retrouvons certains personnage, en suivant leurs points de vue avec alternance, que nous avons pu voir dans la série « Grisha » et d’autres dans « Six of Crows » . Et malheureusement, je n’ai pas encore lu cette dernière duologie et je pense que cela  a contribué au fait que j’ai eu beaucoup beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire.

J’ai ramé mais ramé pour lire juste la moitié du livre ! J’en ai ramé à m’en faire mal, et lire pour me faire du mal.. Non merci. C’était long, descriptif avec très peu d’actions, ce qui ne m’a pourtant pas dérangé dans « Grisha » mais ici.. c’était une réelle torture. J’ai trainé pendant deux mois à me trouver des excuses entre chaque chapitre pour lire d’autres livres et ne pas culpabiliser de le mettre de côté.

Le fait que je ne sache pas qui est la moitié des personnages que nous croisons m’a complétement perdu et peu intéressé pour le coup. Du coup, je pense que je laisserai une deuxième chance à « King of Scars » quand je me plongerai dans « Six of Crows » parce que j’adore Leigh Bardugo et l’univers qu’elle a crée.. Et j’espère que je retrouverai l’engouement et tout ce que j’ai adoré dans l’univers Grishaverse !

Je remercie Page Turners éditions pour l’envoi de ce Service de Presse.

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2

 

Les Oubliées – K.R. Alexander

Néanmoins, vous aimerez « les Oubliées » si : vous n’êtes pas un grand lecteur d’horreur, vous aimez les livres courts et qui vont droit au but, que vous avez peur des poupées.

Les Oubliées de K.R. Alexander, Bayard Editions, 16 octobre 2019, 289 pages

Je suis très friande de littérature d’horreur. C’est pour cette raison que je me suis lancée dans ce roman les yeux fermés. Une chose est sûre : les pages s’avalent plus vite que notre ombre ! Nous sentons bien que le public visé est plutôt du jeunesse, avec un vocabulaire plutôt simple, des retournements de situation prévisibles et un livre court.

Est-ce que j’ai apprécié ma lecture ? Plutôt, honnêtement, je suis très bon public sur ce genre-là et j’aime beaucoup tout ce qui est horrifique. Certaines scènes m’ont fait frissonner, surtout celles avec les poupées… mais alors de quoi ça parle au juste ?

Josie et Anne se voient obligées de déménager avec leur mère au fin fond de la campagne pour soigner leur grand-mère, qui commence à perdre ses esprits. Une fois arrivées là-bas, Josie et Anne vont commencer à voir et entendre des choses bizarres, surtout que leur grand-mère les enfonce un peu dans leur délire en leur donnant des directives absurdes, en parlant de son mari qui est décédé il y a bien longtemps… bref, de quoi foutre les chocottes !

Josie fait la connaissance de Vanessa à l’école, la seule personne qui deviendra son amie, et qui habite de l’autre côté de la forêt, dans une maison remplie de poupées, avec une tante que l’on ne voit jamais…

C’est personnel, mais les scènes de cauchemars m’ont laissée un peu de marbre.

Ca ne marche pas vraiment sur moi, car on sait que ce n’est pas réel. J’ai eu beaucoup de mal avec le côté très simple de la trame et des personnages, qui sont à peine développés. Et je pense que c’est ça qui m’a empêché de vraiment apprécier le livre à sa juste valeur : il fait 289 pages, écrit très gros avec de grosses interlignes. Il n’y a pour ainsi dire aucune description, les personnages n’ont pas de personnalité propre, et les « fils » utilisés par l’auteur sont assez éculés

En fait, j’ai dévoré le roman parce que la curiosité me poussait à continuer et parce que la plume est très fluide.

Mais le final m’a laissée un goût de « trop peu », et surtout de « ah, c’est tout ? ».

Je pense que j’ai lu de trop bons livres d’horreur pour passer à ça ensuite.

Néanmoins, vous aimerez « les Oubliées » si : vous n’êtes pas un grand lecteur d’horreur, vous aimez les livres courts et qui vont droit au but, que vous avez peur des poupées.

Merci Bayard pour ce service presse !

Roman disponible en ebook et en broché, suivez les liens :

Toxic Girls – Kit Frick

toxic girls résumé.png
Toxic Girls – Kit Frick
~ Éditions Bayard – Page Turners (Août 2019) ~ Env 368p ~
~ Format Broché ~ Format Numérique ~

Avis de Jess

J’avais été beaucoup intriguée par le résumé du livre. Et je dois dire que le roman porte assez bien son nom « Toxic Girls ».. ! J’ai passé un bon moment de lecture, l’histoire se lit assez rapidement. Les chapitres sont courts ce qui donne un assez bon rythme au récit. 

L’histoire s’alterne entre le présent et le passé, qui nous montre le contraste assez marqué du personnage d’Ellory entre le « Avant » et le « Maintenant ». Les chapitres qui se passent dans le passé sont insouciants, heureux.. Tandis que les autres chapitres sont plus sombres et solitaires.

Nous comprenons qu’il s’est passé quelque chose de grave pour que tout ait changé mais l’auteure garde le suspense jusqu’au bout, sans vraiment nous donner d’indices. Kit Frick maitrise à la perfection son histoire afin de tenir le lecteur en haleine et nous offrir une fin pleines de surprises ! Si j’ai fait pas mal de suppositions, j’étais loin de me douter du dernier rebondissement qui donne tout sens aux événements antérieurs.

Puis, il y a aussi cette amitié entre les quatre filles. Une amitié qui est née et qui tient grâce à (ou à cause de) Ret. Toutes gravitent autour, cherchant son approbation et Ret se délecte de ce sentiment. Il est dommage de ne pas avoir eu quelques chapitre dans sa tête. C’est un personnage intéressant et qui m’a donné envie de découvrir plus profondément son histoire pour comprendre pourquoi et comment elle en arrive là.

« Toxic Girls » est une lecture qui n’est, certes, pas des plus exceptionnelle mais qui fait tout de même son petit effet. C’est prenant et intriguant, l’auteure y aborde des thèmes sur l’adolescence avec justesse et réalisme. J’ai passé un bon moment alors je ne peux que recommander en retour ce roman !

Je remercie Page Turners pour ce Service de Presse.

 

Vous pouvez retrouver ce roman sur Amazon en cliquant sur la couverture du format qui vous convient :

toxic girls brochétoxic girls num