Four Dead Queens – Astrid Scholte

Four Dead Queens – Astrid Schlote ¤ Editions Casterman (Juin 2020) ¤ 576 pages

J’avais hâte de lire ce roman. Tout me plaisait : La Couverture, Le Résumé, Le Titre.. Malheureusement, je ressors assez déçue.

Si la plume de l’auteure est très agréable à lire, il m’a manqué énormément de profondeur que ce soit au niveau de l’univers que des personnages. Malgré l’originalité de l’histoire avec ses quatre quadrants et ses quatre reines, je n’ai pas été tellement emportée par l’intrigue. 

J’ai trouvé les deux premières parties longues, sans réel intérêts mise à part les explications sur les 4 Royaumes et leurs fonctionnements. Heureusement, les chapitres courts apportent tout de même un certain rythme et on arrive assez rapidement à la troisième partie qui est plus intéressante et rythmée avec les révélations et les quelques rebondissements…. Qui auraient mérité tout de même plus de complexité.

Le réel point fort du récit, c’est que j’ai été surprise dans cette troisième partie. En effet, j’avais quelques théories mais qui sont tombées complétement à plat ! Pour le coup, l’auteure a su garder un certain mystère qui a reboosté sur la fin mon intérêt pour l’histoire !

Concernant les personnages, je ne me suis pas attachée à l’héroine, Keralie et Varin. Je les ai trouvé aussi creux que plats… Leur relation ne m’a pas émue ni même emportée d’ailleurs.. Je regrette également les nombreuses répétitions de phrases, notamment sur les Eonistes et leurs manquent d’émotions qui apportent une certaine lourdeur au récit..

Par contre, j’ai aimé l’alternance des points de vues. J’ai particulièrement apprécié d’être dans les pensées des reines. Et surtout la diversité de ces 4 personnages : dans la couleur de peau, les caractères mais également dans les relations amoureuses.. C’était limite beaucoup plus intéressant que l’intrigue principale.

De ce fait, je regrette qu’il n’y ait pas eu plus d’intrigues et de complots autour d’elles.. Plus de scènarios à la “Game of Throne” comme il est souligné dans la phrase d’accroche du livre.

J’attendais peut-être trop de ce livre au vue des nombreux coup de coeur sur la toile.. Je suis passée à côté malgré quelques points qui ont su rattrapé le récit.. Mais pas suffisamment pour réellement m’emporter.

Note : 2.5 sur 5.

Vous pouvez retrouver ce roman sur Amazon en cliquant sur le lien du format qui vous intéresse : Format Broché / Format Numérique

Twisted Tale : Profondeurs de l’océan – Liz Braswell

20200711_140158_0000
Twisted Tale : Profondeurs de l’océan – Liz Braswell ¤ Éditions Hachette Romans (Sept 2019) ¤ 304p

C’est la première fois que je lis une réécriture de conte Disney et je dois dire que j’étais assez curieuse ! Etant fan inconditionnelle de « La Petite Sirène » , la phrase d’accroche « Et si Ariel n’avait jamais vaincu Ursula ? » m’a eu avant même d’avoir lu une seule ligne !

20200711_133629

Et mon dieu, que j’ai adoré ce livre. J’ai du l’engloutir en seulement quelques jours. Ce fût un réel plaisir de plonger dans cette histoire et retrouver mes personnages préférés.

Ce que je trouve bluffant, c’est que l’on ressent la même atmosphère que dans l’animation, ainsi que la magie Disney en un peu moins niais. Comme si c’était une réelle suite et non pas une simple réécriture !

Cela rend la cohérence entre l’animation et le roman hyper fluide.

L‘histoire est sur la même lignée que l’animation sauf qu’au lieu de gagner, Ariel perd contre Ursula. Le récit se passe donc cinq ans après cette fameuse défaite..

Cette « suite » est vraiment très bien pensée, ultra addictive et un peu plus mature.

20200711_133703

L‘auteure alterne les points de vues entre plusieurs personnages, on retrouve donc Ariel, Eric, Ursula, Eureka, Sébastien.. Chacun aura son rôle et sa place à jouer dans l’avenir du royaume de la terre et de la mer.

C’était vraiment sympathique d’être dans leur tête et les retrouver quelques année après la fin de « La Petite Sirène » (avec la fin modifiée, forcement).

Chacun a changé, evolué… Ariel est devenue plus sérieuse et moins impulsive, Eric est moins rêveur et éclatant. Ursula/Vanessa quant à elle, reste fidèle à son personnage, c’est à dire machiavélique et manipulatrice !

L’intrigue et les rebondissements sont bien menés et justement dosés.

J’ai personnellement ressenti aucunes longueurs tant je me suis éclatée dans ma lecture. L’auteure fait également quelques clin d’oeil à l’animation en reprenant certains détails qui apportent encore plus de cohérence entre l’animation et le roman !

Quant à la fin, elle est relativement surprenante mais un peu trop rapide. Je ne m’attendais pas vraiment à ça et je dois dire que je suis autant frustrée que rêveuse.. C’est une fin mitigée pour ma part mais qui ne gâche en rien le plaisir prit pendant ma lecture.

C’est le premier « Twister Tale » que je lisais et je n’en doute pas que ce ne sera pas le dernier car ce premier essai m’a clairement fait rêver et retomber en enfance. J’ai d’ailleurs ma petite idée de mes prochains achats… Qui seront sans doute « La Belle et la Bête » et « Peter Pan » .

Note 5

belle-decouverte

Feu & Sang, Tome 2 – G.R.R. Martin

1
Feu & Sang, Tome 2, Les Origines du Trône de Fer, G.R.R. Martin, Editions J’ai Lu, 20/06/20

J’avais été très étonnée à la lecture du premier opus, que j’avais trouvé parfois long et surtout, pas raconté du point de vue des personnages comme avait pu l’être Le Trône de Fer. Je reste une fane inconditionnelle de cet univers et je me suis plongée dans la lecture du tome 2 avant beaucoup plus de facilité que je ne l’aurais cru.

105588240_881805752340643_7786328237502481181_n

Je ne sais pas si c’est moi ou pas, mais j’ai trouvé la plume de G.R.R. Martin beaucoup plus fluide. Il n’en reste pas moins un traité comme le premier tome et je déconseille aux personnes qui recherchent l’adrénaline du point de vue interne.

Il faut se plonger dans ce récit en toute connaissance de cause et en sachant que ce n’est pas l’action qui va porter le récit mais plutôt le génie de l’auteur.

Oui, je suis gaga de ses scénarios. Je trouve ses idées toujours plus renversantes. Le type a quand même inventé l’histoire de dynasties !

Des décennies de règnes, de batailles, d’amours, de passions.

Je trouve ça remarquable. Nous découvrons donc la suite des Targaryens qui assiègent les Sept Royaumes et surtout, les unifient.

105833587_974755796310650_7795417046919483409_n

Je ne vais pas vous faire la liste de tous les personnages que l’on rencontre : je vous laisse découvrir tous ces souverains, plus ou moins attachants.

Néanmoins j’ai eu l’impression de lire plus de dialogues que dans le tome 1, vivifiant un peu plus la lecture.

Donc voilà : le premier tome m’avait mise dans le bain.

Je ne recommande pas cette lecture à tout le monde, mais plutôt les fans de la première heure ou ceux qui aiment la stratégie, les mouvements militaires, les histoires aux allures de contes et légendes.

J’espère vraiment qu’ils vont se décider à adapter cette saga, mais peut-être du point de vue des héros en se concentrant sur un règne en particulier.

Je crois que je n’arrive tout simplement pas à me détacher de cet univers que je trouve somptueux.

Je suis tombée amoureuse de Visenya et Rhaneys du premier tome, alors se concentrer sur leur histoire pourrait être intéressant.

J’aimerais beaucoup voir tous ces passages sur grand écran, mais il y a tellement de rebondissements que je me demande si c’est même faisable… Enfin, une belle lecture, qui m’a permise de retrouver mon amour pour cette saga.

Note 4

Un grand merci à J’ai Lu pour ce service presse et sa confiance.

Feu & Sang : Les Origines du Trône de Fer – George R.R Martin

Résumé WP(6)
Editions Pygmalion, novembre 2018, 500 pages

Je suis amoureuse du Trône de Fer. Voilà, c’est dit. La série, les romans, les personnages, l’auteur, la plume, tout, tout, TOUT me fait vibrer. Je ne m’étalerai pas sur ce que je pense de la série même si on pourrait en débattre dans les commentaires si ça vous tente…
Du coup c’est tout naturellement que je me suis jetée sur l’intégrale “Feu et Sang”, un préquel à l’histoire principale : comment Ageon de la maison Targaryen, qui ne vivait que sur un caillou à la base, a réussi à unir les Sept Royaumes pour devenir le Roi unique.

Daenerys Targaryen, dernière représentante de la maison Targaryen

Des dragons, des nouveaux personnages, de la géopolitique, je croyais tomber dans le meilleur roman de ma vie. Malheureusement, ce sera mitigé pour moi, principalement parce que le roman n’est pas raconté comme le Trône de Fer, mais il s’agit en réalité d’un traité écrit par un Maestre, pour la postérité.
Exit les sentiments, les pensées des personnages, les manœuvres à découvrir au fil du roman. Adieu les envolées lyriques, les amours maudites (parce que OUI, je lisais aussi GOT pour ça…) qui n’ont pas leur place dans un traité historique.
Nous n’avons pas le temps de nous attacher à un personnage qu’un autre prend déjà sa place : car ce roman est tout aussi violent et meurtrier et que la saga. Mon coeur s’est déchiré de lire chaque mort de dragon, plus innovante les unes que les autres.
J’ai adoré suivre le règne d’Aegon Sire-Dragon et de ses soeurs-épouses. D’abord Visenya , maîtrisant Noire Sœur sur son dragon Vhagar, menant les batailles les plus épiques qui soit. Ensuite Rhaneys, l’épouse poète, qui rêve de l’au-delà de la Mer du Crépuscule, et qui chevauche Meraxès, l’un des plus gros dragons existants. Ce n’est pas un spoil que de vous dire que tous les personnages trouvent la mort dans ce roman puisque ça retrace 300 ans d’histoire.

Drogon, Rhaegar, Viserion, les trois derniers dragons

Malgré tout, j’aurais aimé plus d’informations sur ces deux reines, qui m’inspiraient toute la sympathie du monde. J’aurais aimé lire leur amour pour leur frère, pour leurs enfants, pour leur dragon.
Elles mènent de superbes batailles notamment à Dorne, dans les déserts où le souffle du dragon est peu efficace… mais rien de tout cela.
Que des mots, bruts. Des faits, exacts.
Là où G.R.R. Martin reste un dieu à mon sens, c’est dans la stratégie.
Je trouve chacune de ses batailles superbe, chacun de ses personnages bien pensés et réaliste. Je ne lui retire pas ça dans ce roman, pour mon plus grand bonheur.
Je me dois simplement d’alerter celles qui voudraient se lancer dans l’aventure. Pour moi, ce roman est surtout du “fan-service”. Vous ne trouverez aucun ingrédient de fantasy, ni les personnages que vous avez aimé suivre. C’est pour agrémenter le monde, pour donner l’opportunité de découvrir d’autres choses à propos des Sept Royaumes.
Conclusion : une bonne lecture, mais pas pour tout le monde, et pas forcément un “bon roman”. Pour moi un roman doit savoir être bon sans qu’on le rattache forcément à la sage principale, c’est un coup d’épée dans l’eau dans ce cas.
note
Retrouvez ce livre sur Amazon en cliquant sur les liens du Format qui vous intéresse :

King of Scars, Tome 1 – Leigh Bardugo

king of scar re.png

Avis de Jess

Si je vous dis que « King of Scars » était LE livre que j’attendais le plus en cette rentrée de septembre 2019. J’avais de grande attente le concernant parce que j’avais adoré le personnage de Nikolaï et je n’avais qu’une hâte : le retrouver pour connaître son histoire.

Malheureusement, gros chou blanc pour ma part. J’ai du abandonner ma lecture à la moitié du livre et c’est avec beaucoup de regret que je vous livre cet avis qui ne sera pas très long.

Il faut savoir que l’histoire ne se concentre pas seulement sur Nikolaï mais sur plusieurs personnages, déjà première déception. L’histoire se concentre plus sur le sort de Ravka que réellement le Roi de Ravka et ce qui a pu lui arriver après la fin de Grisha.

Nous retrouvons certains personnage, en suivant leurs points de vue avec alternance, que nous avons pu voir dans la série « Grisha » et d’autres dans « Six of Crows » . Et malheureusement, je n’ai pas encore lu cette dernière duologie et je pense que cela  a contribué au fait que j’ai eu beaucoup beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire.

J’ai ramé mais ramé pour lire juste la moitié du livre ! J’en ai ramé à m’en faire mal, et lire pour me faire du mal.. Non merci. C’était long, descriptif avec très peu d’actions, ce qui ne m’a pourtant pas dérangé dans « Grisha » mais ici.. c’était une réelle torture. J’ai trainé pendant deux mois à me trouver des excuses entre chaque chapitre pour lire d’autres livres et ne pas culpabiliser de le mettre de côté.

Le fait que je ne sache pas qui est la moitié des personnages que nous croisons m’a complétement perdu et peu intéressé pour le coup. Du coup, je pense que je laisserai une deuxième chance à « King of Scars » quand je me plongerai dans « Six of Crows » parce que j’adore Leigh Bardugo et l’univers qu’elle a crée.. Et j’espère que je retrouverai l’engouement et tout ce que j’ai adoré dans l’univers Grishaverse !

Je remercie Page Turners éditions pour l’envoi de ce Service de Presse.

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2

 

Les Brumes de Cendrelune, Tome 1 : Le Jardin des Âmes – Georgia Caldera

les brumes de cendrelunes les tentatrices.png
Les Brumes de Cendrelune, Tome 1 : Le Jardin des Âmes – Georgia Caldera
~ Éditions J’aiLu (Oct 2019) ~ Env 349p ~
~ Format Broché ~ Format Numérique ~

Avis de Jess

J‘étais très impatiente de retrouver Georgia Caldera dans un univers fantasy. Moi qui avais adoré sa série « Victorian Fantasy » (j’attends d’ailleurs la suite avec une TRÈS grande impatience) c’est avec plaisir que je me suis laissée tenter par le premier tome de « Les Brumes de Cendrelune » .

Outre le résumé, qui a su titiller ma curiosité, je dois avouer que j’ai complètement flasher sur la couverture. Elle est si belle ! Et surtout très représentatif du personnage principal. Nous avons également droit à une petite surprise en fin de tome, avec une autre illustration, du même personnage, faite par l’auteure.

Concernant l’histoire, je l’ai savouré à petite gorgée. C’est un superbe mélange entre Fantasy et Dystopie dont j’ai pris le temps de découvrir et d’apprécier la plume de son auteure.

Beaucoup de descriptions ponctuent le récit afin de s’immerger complètement dans cet univers à la fois sombre et cruel mais aussi poétique et mélancolique. La cruauté et la tyrannie des Dieux sont omniprésentes et l’oppression et l’injustice que subit le peuple nous prennent, dans certains passages, à la gorge.

C‘est dans cet univers que Céphise a grandi et surtout beaucoup perdu. Pour autant, elle ne se laisse pas abattre et rêve en secret de vengeance et de justice. C’est un personnage qui m’a vraiment touché, elle a souffert et sans l’aide de son meilleur ami, elle mènerait une vie solitaire et de paria. Nous ressentons toute la haine qu’elle éprouve pour ceux qui gouvernent le peuple et c’est cette haine qui va rythmer le récit et sa rencontre avec certains personnages.

Les personnages sont d’ailleurs fort bien construits, certains restent encore un mystère mais nous sentons qu’ils joueront un rôle important dans la suite à venir. J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteure introduit un peu de mythologie grecque à travers le noms des Dieux, j’espère qu’elle poussera ce détail un peu plus loin dans son univers.

C‘est un premier tome qui m’a tenu en haleine et surtout qui a su titiller ma curiosité du début à la fin. Beaucoup d’informations nous sont données mais nous avons très peu de réponses aux diverses interrogations que nous pouvons nous poser au fil des chapitres. Cela rajoute encore plus de mystère à l’histoire et, je l’avoue, de frustration.

Georgia Caldera tisse sa toile au fil des chapitres, dévoilant avec parcimonie toute la richesse de cet univers à la fois sombre et poétique. Je n’attends plus qu’une chose : la suite !

Je remercie les éditions J’aiLu pour Elle pour ce Service de Presse.

Vous pouvez retrouver ce roman sur Amazon en cliquant sur la couverture du format qui vous convient :

les brumes de cendrelunes les tentatrices brochéles brumes de cendrelunes les tentatrices num

La Reine Courtisane – Anna Triss

Image Resumé
Black Ink éditions ( Septembre 2019) – Format Numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions Black Ink pour ce service presse.

Je ne lis pas souvent de romances imaginaires ou fantastiques, ce n’est pas mon domaine de prédilection. Pourtant, le synopsis de « La Reine Courtisane » m’a tout de suite plu et je ne vous cache pas que j’étais ravie de retrouver la plume d’Anna Triss.

Nous voilà donc en route pour Symbiose, une île partagée entre 4 royaumes « éléments clan », les Falune, les Gelane, les Tilone et les Voline. Les éléments associés à chaque royaume sont respectivement, le feu, l’eau, la terre et l’air.

Sylvan est le roi Falune. Il est en colère. Les autres royaumes le décrivent comme un être sanguinaire, tortionnaire et tyrannique. Lorsqu’Alena, reine des Gelanes est capturée par Sylvan, elle sait que la mort l’attend. Après avoir épousé contre son gré le roi, elle sera exécutée le lendemain de leurs noces. Cette trame de départ peut paraître barbare, mais elle intrigue…Dès les premiers chapitres Anna Triss nous plonge dans la mythologie de cet univers, aux accents de Fantasy.

Le lecteur est embarqué dans un voyage imaginaire sur Symbiose, au milieu d’un désert rouge. J’avais besoin d’une lecture de détente, qui change pour faire un break avec des romances plus réalistes. Je peux vous dire que je suis servie ! L’auteure a beaucoup de talent pour décrire les paysages qui entourent les héros. On découvre la cité d’Astranis en même temps qu’Alena : on imagine sans peine les odeurs et les couleurs qui la composent. Je me suis très vite attachée aux personnages d’Alena et Sylvan. Plus que jamais les apparences sont souvent trompeuses et je me suis retrouvée littéralement happée par ce récit incroyable. On sent les influences diverses de l’auteure qui l’ont inspirée : comme probablement « Games of Thrones » ou encore « Le seigneur des Anneaux ». J’ai dévoré cette histoire, pressée de connaitre le destin réservé aux personnages. La plume fluide et captivante d’Anna Triss y est pour beaucoup.

Nous sommes à l’opposé de l’univers du « Prince Charmant existe, il est italien et tueur à gages », écrit par l’auteure. Mais ces deux histoires ont tout de même un point commun : l’intensité de la romance. Sur le papier, on se dit que Alena et Sylvan n’ont absolument rien en commun, et pourtant ! L’auteure va faire naître entre ces personnages un amour d’une puissance incroyable. Quelle intensité ! La magie opère dans le récit certes, mais aussi entre nos deux héros pourtant malmenés par les complots et autres manipulations. Les dialogues entre ces deux-là sont savoureux ! A l’instar de Robyn, Alena est une femme forte, de caractère, qui n’a pas sa langue dans sa poche. Pourtant, sa fragilité nous touche, ainsi que sa dévotion aux autres.

Il y a une certaine poésie sur Symbiose. J’ai aimé la symbolique de la perte de la virginité d’Alena, j’ai trouvé cela d’une beauté à couper le souffle. J’ai aussi aimé particulièrement le message que délivre l’auteure à travers cette fantastique histoire : la tolérance naît de l’acceptation de la différence des uns et des autres. De la différence peut se créer une véritable unité et osmose entre les peuples.

Au cours de ce récit, l’auteure nous offre des personnages secondaires de grande qualité. Mon cœur bat un peu plus fort pour celui de l’elfide Beladyn. Cabotin à souhait, souvent drôle et très malin, ce personnage mystérieux apporte un réel plus dans cette histoire. Je suis certaine que Beladyn aura doit lui aussi à sa propre histoire…

Je pourrais encore en parler de ce fantastique comte romanesque, mais il faut bien conclure. Je dois reconnaître qu’en tournant la dernière page de ce roman, j’ai ressenti comme un pincement au cœur de laisser s’en aller le roi et la reine Falune, signe que j’ai passé un moment livresque délicieux!

« Oui l’amour est un comte investi par une magie surpuissante qui régit le mon de depuis l’aube des temps. En cet instant, le nôtre s’inscrit dans l’écho de l’éternité »

Enola.

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon:

couv num

logo-les-tentatrices-service-presse-fond-blanc-lectrice-noire-version-2

Everless, Tome 1 – Sara Holland

everless resumé.png
Everless, Tome 1 – Sara Holland
~ Éditions Bayard / Page Turners (mai 2019) ~ Env. 443 pages ~
~ Format Broché ~ Format Numérique ~

Avis de Jess
~Je remercie les éditions Bayard pour ce Service de Presse~

J‘avais qu’une envie, c’était de découvrir ce roman ! Le résumé a su titiller ma curiosité et la couverture a dessuite attirer mon œil. Elle est vraiment de toute beauté et en vrai, elle est encore plus jolie !

Dès la réception, j’ai littéralement tout lâché pour pouvoir me plonger dans le récit de ce premier tome. Je dois avouer qu’il n’a pas fait long feu entre mes mains ! J’ai beaucoup aimé ma lecture, que j’ai trouvé très prenante. Il y a beaucoup d’éléments qui font d’Everless un roman vraiment génial à découvrir.

L‘intrigue et l’histoire s’installent petit à petit et les rebondissements ponctuent le récit et nous tiennent en haleine page après page. Si la forme reste assez basique, l’auteure a su tout de même tirer son épingle du jeu avec cette histoire de sang qui se transforme en monnaie, et rallonger ou écourter la vie des personnes. Le pourquoi du comment ne se dévoile que vers la fin, et c’est en grande partie ce qui nous donne envie de tourner rapidement les pages ! Vous l’aurez compris, la forme est basique mais le fond reste original ! Sara Holland a crée toute une légende, entre un alchimiste et une sorcière, dont l’histoire se développe tout autour.

Les personnages sont également un grand atout au récit. Les principaux sont bien développés, certains détestables, d’autres adorables et encore d’autres surprenants.. C’est tout un mélange de personnages dont chacun, je trouve, apportent un petit quelque chose au roman ! Le petit + qui m’a fait vraiment encore plus aimé l’histoire, c’est la romance qui s’esquisse en second plan et qui est tout à fait bien mené. J’adore quand la romance est présente sans pour autant qu’elle prenne le pas sur l’intrigue et l’histoire !

Everless est donc un premier tome d’introduction qui met en place un univers fascinant. L’intrigue est très bien exécuté et de nombreux rebondissements ponctuent le récit. Mystères, Légende, Trahisons, Amours.. Les masquent tombent et la fin nous laisse présager une suite un cran au dessus !

Pour finir, si vous êtes fan de fantasy YA et que vous avez aimé la saga « Red Queen » de Victoria Aveyard , je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans cette histoire.

Vous pouvez retrouver ce roman sur Amazon en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse :

everless brochéeverless num

Dividing Eden, tome 2 : Le Royaume des Vents – Joëlle Charbonneau

dividing eden T2.png
Dividing Eden, tome 2 : Le Royaume des Vents – Joëlle Charbonneau
~ Éditions Milan (Fev 2019) ~ Env 288 pages ~

Avis de Jess

~ Je remercie Page Turners pour ce service presse ~

J‘avais adoré le premier tome dont la fin m’avait laissé dans une certaine frustration. J’avais donc hâte de me plonger dans cette suite pour retrouver nos deux jumeaux : Carys et Andreus.

Et bien, j’ai tout simplement autant adoré !

Pour tout dire, j’ai lu ce roman en seulement quelques heures, tant j’étais plongée (et en jour de repos..) dans l’histoire. J’ai retrouvé dans cette suite tout ce qui m’avait charmé dans le premier tome : Complots, rebondissements & révélations !

Le fait que nous ayons le point de vue des deux personnages apporte un certain rythme au récit. Un récit qui donne l’impression que tout va un peu vite mais, ici, cela ne m’a pas dérangé ! Au contraire, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer tant il se passe de nombreux rebondissements. C’est vraiment une suite addictif et prenante !

Si nous laissons Carys et Andreus exactement là où nous les avions laissé à la fin du premier tome, nous pouvons souligner l’évolution fulgurante de ces personnages au fil de notre lecture dans cette suite. J’ai adoré les suivre, que ce soit dans leurs défaites comme dans leurs victoires. Ce sont deux personnages attachants ayant chacun une propre personnalité mais qui se complètent malgré les évènements survenus !

Les personnages qui gravitent autour sont tout aussi intéressants et à vrai dire, je suis assez triste de quitter cet univers. J’aurais aimé en avoir beaucoup plus, que l’histoire soit encore plus développer.. D’ailleurs, la fin est parfaite mais reste ouverte pour laisser le lecteur à son imagination ou à l’auteure de nous réserver une éventuellement suite…

Une diptyque à lire ! Je ne peux que vous recommandez de vous lancer dans cette duologie si vous aimez les complots au sein d’un royaume sous tension. Mais ayez les deux tomes chez vous pour les enchainer l’un à la suite de l’autre.

Vous pouvez retrouver ce roman sur Amazon en cliquant sur la couverture du format qui vous convient :

dividing eden T2 brochedividing eden T2 num