Iron Gold — Pierce Brown

Iron Gold, partie 1 & 2, Pierce Brown, Hachette Romans, septembre & octobre 2018, Format numérique et broché

La mise en bouche de la dernière fois sur les premiers tomes de la saga Red Rising de Pierce Brown trouve donc une conclusion ici même, avec ma critique sur le tome 4 et 5. Pourquoi faire une critique de deux tomes d’un coup ? Parce que pour une raison étonnante, il s’agit d’un unique tome scindé en deux pour les besoins de l’édition. J’ai donc lu les deux à la suite et je ne le considèrerai que comme un tome unique.

Je ne vais pas trop en dire sur la trame en elle-même au risque de spoiler pour celles qui voudraient se lancer dans les premiers tomes… (d’ailleurs, n’hésitez pas ! C’est une tuerie !) Simplement il est intéressant de savoir que vous n’êtes absolument pas obligés de lire cette suite.

Red Rising trouve une fin, et une belle fin au tome 3.

Et mon inquiétude était la suivante en attaquant cet « Iron Gold », donc : est-ce que ce n’était pas mieux de se contenter de la trilogie initiale ?

La réponse est mitigée, je dois l’avouer. Pierce Brown n’a pas perdu en talent. Ses personnages sont toujours impitoyables, le scénario extrêmement bien ficelé, et bien sûr, les retournements de situation nombreux.

J’ai toutefois trouvé que l’intrigue s’est légèrement essoufflée. Il y avait comme un sentiment de redondance, enfin, surtout sur les deux cents premières pages.

Les quatre cents suivantes, par contre… c’est comme une explosion.

Pierce Brown avait besoin d’un moment pour tout mettre en place, avant de vous prendre par la main et de vous faire voir un nouveau monde sous sa plume.

On retrouve Darrow, bien sûr. Darrow qui vous brisera le cœur, comme il ne l’a encore jamais fait.

Vous étiez ravis de savoir certains personnages encore en vie à la fin du troisième tome ? Ah ah ah, j’espère que vous avez attaché votre ceinture, parce qu’ils ne survivent pas à ce tome-ci. Et le pire dans tout ça ? C’est qu’il est clair que ce n’était qu’un préquel à la suite. L’auteur avait besoin de poser les fondations d’une suite forte et déterminante.

Alors oui, Iron Gold est plus lent, plus « langoureux ». Il prend le temps de mâcher ses mots, de vous faire découvrir un triptyque de personnages qui seront amenés à se haïr, à se détruire, à se tuer, même.

Mais quand je connais la férocité de l’auteur… cette lenteur est presque douloureuse.

Alors même s’il ne s’agit pas d’un coup de cœur comme les premiers tomes, il s’agit tout de même d’un bouquin que j’ai absolument dévoré. D’ailleurs, j’ai été assez déçue de ne pas plus voir un personnage féminin auparavant très charismatique… Je me demande ce que la romance va devenir dans ce nouveau cycle, elle qui était si présente dans la trilogie initiale…

Retrouvez-le sur Amazon, en cliquant sur la couverture du format qui vous intéresse (broché ou numérique).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.