Hot Gun – Angel Arekin

Image résumé
Editions BMR ( octobre 2018 ) – format numérique

Avis de Valou

Je remercie les éditions BMR et NetGalley pour ce service presse.

De mémoire de lectrice et accessoirement de chroniqueuse littéraire, je crois que j’ai toujours aimé les romans écrits par Angel Arekin. Dans l’univers très vaste qu’est celui de la romance, j’ai lu une bonne partie de ses ouvrages, sauf la trilogie « No love, No fear », qui est dans ma PAL bien sûr !

Bref, j’avais eu un coup de cœur pour « Hot Blood » au mois de mai dernier. Lorsque j’ai su que cette histoire aurait un spin-off, j’étais impatiente d’en savoir et surtout  très curieuse, puisque l’auteure nous avait promis une folle histoire, totalement différente  du précédent opus.

Folle histoire, qui dis-je, totalement délirante serait un terme plus approprié je crois ! Chapitres après chapitre, j’avais le sentiment de lire un récit qui pourrait sans peine devenir une série. Hot Gun m’a fait pensé, par certains aspects, à la série Banshee. (Excellente série de 4 saisons, que je vous recommande vivement si vous ne la connaissez pas). Hot Gun et Banshee ont pour point commun, une trame à la fois déjantée et mélancolique, extravagante et désespérée. Les personnages ont chacun leur faille, ils tentent le tout pour le tout dans ce road-trip, à travers le désert américain, auquel j’aurai du mal à attribuer un genre en particulier. A mon sens, il s’agit d’un croisement entre un thriller et un polar, saupoudré d’une pointe de romance. Mais je ne suis pas certaine que cela décrive vraiment l’ensemble. Avant d’aller plus, loin, je vous propose un petit arrêt au stand, pour vous expliquer le contexte.

Hot Gun met donc en avant 4 personnages hauts en couleur. Nous en avions croisés certains dans Hot Blood, notamment Johnny, le petit frère de Siana, qui s’est forgé une telle cuirasse autour du cœur, que personne hormis sa sœur et son neveu ne peuvent l’atteindre. Marley, le dealer à la tête d’un empire, constamment sous coke, nous avais laissé un souvenir déplorable dans le précèdent livre. Cheyenne, dite l’indienne est une jeune femme blessée, esseulée et brisée. Sa vie n’est qu’une succession de galères et de traumatismes. Son seul baume au cœur sont ses échanges de MMS avec Johnny, avec lequel elle a eu une brève liaison dans Hot Blood. Ils ne se parlent pas, mais s’envoient très régulièrement des photos. Le jour où Cheyenne fait parvenir à Johnny un cliché son oncle la gorge tranchée, les affaires vont se corser et ses personnages vont devoir d’unir pour atteindre un but commun ! L’oncle de Cheyenne était en affaire avec Marley, Johnny accourt pour secourir celle à laquelle il ne cesse de penser et la jeune femme se réfugie chez son amie Lilotte, alias la hippie. Ce quatrième personnage ne manque pas de piquant. Elle passe sa vie à étudier les différentes tribus indiennes d’Amérique du Nord et mène une vie en dehors ses sentiers battus. La solitude ne l’effraie pas, bien au contraire. Elle ne vit pas comme une ermite, mais elle a choisi un mode de vie en marge de la société, telle qu’on la conçoit en ce qu’elle a individualiste et matérialiste. Lilotte est à l’opposé de tout cela.

Ce joli petit monde va donc se retrouver forcé et contraint à collaborer ensemble, parce que de la drogue et des diamants ont disparu du restaurant où l’oncle de Cheyenne est mort et celle-ci est la dernière personne à avoir quitté la scène de crime…Marley veut récupérer son bien à n’importe quel prix…et le moins qu’on puisse dire est qu’il ne fait pas dans la dentelle. Mr a la gâchette facile voyez-vous! Ici, pas de chichis. C’est cru, intense, très fort.

Angel Arekin a choisit d’alterner les points de vie de ces 4 personnages pour donner toute la puissance nécessaire à son récit. Et ça marche ! ça fonctionne même parfaitement bien !! L’auteure utilise des références cinématographiques pour illustrer son propos, elle puise son inspiration dans les films comme « Scarface » ou « Le Parrain ».  Son style n’est plus à démonter : l’histoire est menée tambours battants, on ne s’ennuie pas une seule seconde. Les scènes d’action sont très réalistes. Les moments dits de « romance » sont au RDV, même si à mon sens ce n’est pas le sujet principal. John et Cheyenne vont tenter de s’apprivoiser de nouveau. Mais ceux que j’ai adoré et à qui je décerne une mention spéciale couple d’enfer (oui tiens une nouvelle mention comme ça, pour le fun !), sont Lilotte et Marley. Ces deux là sont totalement atypiques ! Leurs joutes verbales sont absolument jouissives. C’est rudement bien écrit…c’est divin ! Petit à petit on en apprend davantage sur ces personnages. Lilotte n’est pas une sorte d’intello/prude, comme il y parait de prime abord. Marley, quant à lui, il n’est peut être pas si odieux et détestable que cela…Les apparences sont parfois trompeuses…ou pas!

Je ne veux pas vous en dire davantage, à vous de vous faire votre propre opinion, mais à mon sens ce « couple » est très intéressant. D’ ailleurs, la fin du livre est très ouverte ( et MEGA frustrante, merci Angel 😉 ). Peut-être que l’auteure écrira un livre sur les suites des aventures de Lilotte et Marley, parce que je suis certaine qu’il a encore de quoi écrire sur ces 2 là !!

Je clôture cette chronique par une citation de Johnny qui illustre à mon sens, l’univers de Hot Gun :

« Dans la vie, il n’existe que deux chemins : celui où tu te laisses crever et celui où tu te bats, les poings fermés, la rage au ventre, un cri dans la gueule»

John.

A lire



Cliquez sur l’image ci-dessous pour vous procurer le format numérique sur Amazon

couv num

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.